EVENT #3 | PATACITROUILLES
 :: Vivre folles aventures :: Domaine de Poudlard :: Grande Salle

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Jack O'Lantern
TRICKSTER
hiboux : 62
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 14:37
Intervention MJJACK O' LANTERN
Disparition | Le repas commence... tranquille assemblée ripaillant. Costumes éclatants, Jack a toujours beaucoup aimé cela. Toute cette bonne humeur, toute cette insouciance. Un lugubre éclat de rire résonne dans la vaste salle. Rire hystérique, aigu, vif. Nuage de fumée. Lorsque le brouillard s'est dissipé, chacun peu se rendre compte que toutes assiettes (et leur contenu) ont disparu, à leur place, des petits tickets d'or à gratter brillent sur les nappes sombres Ticket surprise de Jack ; grattez pour jouer. Quelque part, dans le château, un homme à tête de citrouille s'en va disperser des poignées de tickets de-ci, de-là !
Lucius A. Malefoy
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 511
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 2 Giphy
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Déc - 11:58


Patacitrouilles
« Froissement d'un déguisement plaqué sur les traits. Cicatrices serpentent jusqu'aux égides énamourés. Les cieux s'ouvrent sur la clarté d'une désespérance. »

Délicat mouvement du poignet pour déposer un verre de jus de citrouille sur la nappe après y avoir quis lampée en écoutant la délicieusement rêveuse voix d’une jeune rousse coiffée des atours des devineresses. Serait-elle odalisque splendide des cieux ? Vierge céleste coiffée d’étoiles ? Coup d’oeil à la voisine. Non, définitivement non. « N’étiez vous pas là ? » Franche surprise dessinée sur le visage tandis que la question polit le silence. « Je n’arrive pas à me remémorer si je vous avais aperçue ce soir-là... » Froncement de sourcil. La préoccupation est réelle : cette étrange chevelure flamboyante aurait-elle plus de pouvoir que ne le laisserait supposer l’air rêveur perpétuellement peint sur le visage de cette junkie de la caféine ? Le mystère demeure entier. « Notre bon Directeur avait tenté une désastreuse importation d’un jeu moldu dans le château. Un jeu d’enquête, je crois, nommé « cluedo » où il faut trouver l’assassin d’une victime. La victime était ici le Directeur lui-même. » Moue boudeuse. « étrange idée, tout de même. »

Champ de pensée interrompu par la prédiction d’ennuis à l’horizon. Infime raidissement de la carne tandis que l’échine s’hérisse d’un frisson coulé jusqu’au bas des reins. Venus et des ennuis… Allons bon. Quiétude troublée d’un homme qui a gros à musser sous l’innocence d’une factice jeunesse. Sourire en coin, vague déstabilisation. « Allons, pensez-vous ? Remarquez, je n’ai jamais eu beaucoup de chance en amour. » Haussement d’épaule celant un trouble. Qui aurait cru le sieur Malefoy mystique ? Certainement ni lui, ni son épouse, ni son enfant. Disgrâce enchaîne le corps et l’esprit à de bien basses besognes et de bien noirs atours. Glas craque les chairs, éventre les cauchemar. Crainte d’être découvert, frayeur d’être mis à nu. La vieille carcasse ne résiste à l’inspection que parce qu’un Polynectar la transfigure en angélique bouille. Noire carne, vieux bouc enchâssé dans l’innocence du chaton. Un petit être noir à côté du Directeur lorgne le monde. Depuis quand notre vieux Rogue est-il homme à chat ? Promesse d’une enquête.

Les yeux balaient la foule. Glapissement à la table des Serpentard. Une mignonnette s’est grimée en Seigneur des Ténèbres. Plaisanterie du plus mauvais goût après le discours de Severus. Plissement d’oeil, question à un voisin autre. Regulus Black. Voici longtemps que sa dégaine n’avait été aperçue. Atterrement de le découvrir vif plutôt que mort. « Je ne suis pas expert en bon goût, mais… est-ce une bien bonne idée que de laisser… » Froncement de sourcil, étude attentive du petit groupe environnant le Seigneur des Ténèbres factice « Miss Carrow, si je ne me trompe, se grimer en l’un des plus grands traumatismes de votre pays au cours des trente dernières années ? » Coup d’oeil à la table des Gryffondor. « Certains lionceaux semblent avoir remarqué la facétie du petit serpent : ne craignez-vous pas que le sujet soit encore un peu… sensible ? » Si le professeur affiche une mince concernée, l’ancien partisan réprime un éclat de rire. Si la mère de la belle petite rousse était une déception à bien des égards, l’enfant semble une promesse faite rose.

Mouvement de foule. La plèbe s’offusque de la disparition des victuailles. Les oeillades courroucées se tournent vers le Directeur trônant en majesté. Christ que la populace n’aura de cesse que de crucifier s’il est l’auteur de cette galéjade. Distraitement, l’ongle ripe sur le ticket à gratter, sourire en coin mussé sous le masque. Chacun ici sait à quoi servent ces rouleaux d’or dispensant billevesées comme audacieuses malédictions.
code by bat'phanie
Eirian Almasdóttir
MEMBRE
hiboux : 290
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 2 190218090309833479
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Déc - 2:12
Le cerf était impatient. Cela se voyait à ses jambes se balançant nerveusement sous la table et à cette mâchoire crispée sous l'imposant crâne de cervidé. Malgré le banquet à foison, aux milles et un mets tous aussi appétissant les uns que les autres, la nervosité tordait les boyaux de la fillette. Seules les pâtisseries trouvèrent grâce à ses yeux et son estomac malmené. Ce n'était pas plus mal quand on y réfléchissait bien ; au moins, elle se préservait pour les festivités de ce soir auprès de sa famille. La viande et l'alcool à flot jusqu'à plus faim et plus soif. Même s'il était vrai que les sucreries manquaient dans cette soirée païenne. Alors, autant en profiter. De ce fait, dans son petit coin de table, la Verbena mangeait doucement le gâteau de citrouille à la crème tandis que Muninn vidait les entrailles d'un poulet. Le rapace avait très vite pris l'habitude que lui avait « imposée » sa petite humaine, à savoir de manger avec elle durant les repas, malgré l'avis de certains. Sa présence était nécessaire pour la jeune Eirian qui y voyait un véritable soutien psychologique envoyé par une certaine Divinité borgne... La chamane cervidé réfléchissait, apaisée par le bruit infâme que produisait son compagnon à plume.

Voyons voir, avait-elle tout préparé pour son départ auprès de son village de Verbenae ? On pouvait dire d'une certaine manière qu'elle était habillée pour l’événement. La poudre de cheminette prêtée par le Directeur est sur sa table de chevet. L'utilisation se fera dans la cheminée de la salle commune des Poufsouffles. Espérant que Muninn restera sagement sur son bâton pendant le processus. Ha ! Et il ne faut pas oublier son bocal avec sa petite luciole ! Ça sera le moment idéal pour la relâcher. Elle s'y plaira dans la région, la fillette en était certaine. Puis ses pensées dévièrent à imaginer le déroulement de sa soirée à en venir. Des chants anciens, le rythmes des tambours, les silhouettes dansantes autours du grand feu sacré, les rires, les sourires... Puis vint les sacrifies et les offrandes, les paroles sacrées du Grand Devin Orwenn, le recueillement auprès des morts, la cérémonie du feu et les braises ardentes que chacun gardera précieusement en vie jusqu'au prochain Samhain... Mais cette fois, Eirian ne pourra pas admirer l'âtre sacrée le reste de l'année dans la cheminé de son Oncle Osgeir... Est-ce qu'elle pourra prendre une flamme sacrée avec elle à Poudlard ? Orwenn accepterait-il ? Pour la mettre où ? Ho ! Et pourquoi pas pour sa bougie éternelle ? A voir, à voir... Et surtout, qu'est-ce que cette nouvelle année allait lui réserver ? La fillette aurait bien voulu demander à sa Völva lui prédire l'avenir... Ha ! Et si elle essayait ?

Le cerf tourna sa tête osseuse auprès du corbeau. D'étranges paroles résonnèrent dans le crâne et Muninn cessa son joyeux et morbide festin. L'oiseau lui répondit de son cri morbide avant de se déplacer sur la table, au rythme de cette langue oubliée. Les serres se refermèrent sur un lapin entier dans une belle assiette garnie et le volatil prit son envol pour lâcher violemment le gibier dans l'assiette d'Eirian. Un sourire satisfait étira ses lèvres. Parfait ! Muninn se posa sur une des cornes du cervidé tandis que la chamane fit tournoyer une couteau entre ses doigts. Bam ! La lame s'enfonça profondément dans le torse, entaillant sa chaire cuite tout du long. Les doigts fins s'enfoncèrent dans la cage thoracique. Un bruit funeste résonna. Les os craquèrent, cédèrent, se brisèrent et la viande se déchira. L'enfant explosa son poitrail avec ses deux mains, un sourire sinistre sur sa mâchoire à l'ombre de son crâne de Cerf. C'était amusant !

Voyons, voyons voir... chantonna Eirian en jouant avec son couteau de ses mains souillées.

Muninn se pencha de son perchoir pour admirer les entrailles de la victime. Comme cela semblait appétissant ! Mais ce n'était pas pour se repaître si la jeune Verbena venait de lui ouvrir le torse, mais bien pour lire l'avenir. Il y avait de tout temps, bien des manières pour y arriver. Sa Völva Ragnhild, elle, le faisait avec ses runes, mais aussi en lisant la carcasse des animaux. De toute petite, la petite Poufsouffle s'était toujours demandée comment il était possible de voir le futur à travers les boyaux d'un gibier. Dégoût et fascination se disputaient à la vue de cette pratique pour aujourd'hui en éprouvait une curiosité quasi morbide. La Völva avait essayé de lui expliquer que chaque placement des organes, de leurs formes, de leurs états et de leurs couleurs étaient révélateurs d'une parcelle d'avenir. Evidemment, son bon petit lapin cuisiné avec amour n'était pas le meilleur des instruments, voir même inutilisable, mais il fallait bien s'entraîner. Et puis, elle ne pouvait pas s'empêcher d'essayer, murmurant tout bas tout ce qui lui avait appris Ragnhild à ce sujet et...

Muninn !

Le corbeau avait arraché à coup de serres foie, poumons et coeur. Eirian tenta de les lui reprendre mais l'oiseau évita judicieusement ses mains en bondissant d'un plat à un autre. Un rire cristallin résonna dans le crâne cornu.

Allez Muninn ! Tu pouvais pas attendre que je termine ?

Et pouf ! Plus de lapin ! Plus de plats ! Disparus ! Dans un rire digne du plus terrifiant des méchants de Disney. Quoi ? Le banquet était fini ? L'enfant jeta des regards aux alentours en essuyant ses mains tandis que son Corbeau mangeait ce qui semblait être la dernière trace du prestigieux repas de Poudlard. Bizarre, tout le monde avait l'air surpris, ce n'était pas prévu ? Ses doigts attrapèrent le fameux ticket à gratter du fameux Jack. Encore ? Un soupir échappa à l'enfant qui ne savait guère si elle trouvait ça amusant ou si, au contraire, elle devait se montrer lasse car comme d'habitude, les sorciers ne faisaient pas dans la simplicité. Bon, soit, jouant encore une fois. Reprenant son couteau, l'enfant gratta la surface se demandant quelle surprise, ou catastrophe, allait en sortir et si la soirée était finie. Non parce que, si c'était le cas, Eirian n'avait plus intérêt de rester au château et pourra ainsi retrouver ses proches plus tôt que prévu.

1 044 mots


Between Two Worlds

Invité

Invité
Ven 28 Déc - 15:18
La Grande Salle a revêtu ses plus beaux apparats. Halloween est un événement prévu depuis des mois dont l’organisation est restée secrète et ce jusqu’à la dernière seconde. Arkady n’apprécie guère se remémorer les souvenirs de la guerre qui ne font que ressasser ses souffrances. La guerre n’a laissé personne indemne, surtout ceux qui y participaient. Contre leur gré pour certains. Mais le russe n’était pas de ceux-là, il y a pris part de son propre chef. La folie de Voldemort devait s’arrêter, trop de sang avait coulé par sa faute. Traumatisme présent, latent dans l’esprit du professeur de défense contre les forces du mal. Participer à une telle soirée n’a rien d’agréable pour l’homme qui n’aspire qu’à la tranquillité, au calme, loin des cris enfantins. L’effervescence est présente entre les étudiants de Poudlard qui ont hâte de se remplir l’estomac avec les mets fastueux. De toute évidence, ils ne sont pas là pour écouter le discours du directeur Rogue. Ses paroles ne tombent cependant pas dans l’oreille d’un sourd. Wladanovisk ne peut qu’approuver l’hommage rendu aux proches perdus lors de la guerre. Il ne faut pas oublier le passé, jamais, auquel cas, les horreurs pourraient de nouveau se dérouler. L’être humain a une piètre mémoire, ou du moins sélective. Les éléments fâcheux sont volontairement occultés pour une question de simplicité. La paix est fragile, menacée chaque jour par des parasites. Pour sûr qu’elle ne durera pas éternellement.
Les mots du directeur se terminent et sont rapidement brisées par les bavardages et dégustations des nombreux mets. Tout comme ses paires, Arkady compte bien se faire plaisir, se rappeler un instant que lui aussi a pu profiter de ce genre de banquet naïvement des années plus tôt. L’innocence du passé n’est jamais loin, surtout lorsqu’il pose ses opales sur les gamins riants, les joues rosées par la chaleur. Distraitement, il ne manque rien de la conversation de Miss Irvine et la nouvelle recrue, Monsieur Wilson dont les cheveux or ne laissent personne indifférent. Sa tignasse ressemble à une perruque tant elle brille, à en aveugler la rétine. Même en laissant pousser ses cheveux, le quarantenaire n’aurait pu jouir d’une quelle qualité de cheveux. Les siens n’auraient pas été aussi disciplinés. Voilà pourquoi il les coupe très souvent. « Vous devriez vous méfier…Vénus est pile en position pour vous créer des ennuis. » Phrase provenant de la professeure de divination au sujet d’Ernst. Wladi ne peut réprimander un léger sourire moqueur, reportant son attention sur son assiette encore bien remplie. Il redoute la suite de la soirée, en espérant que Rogue n’ai pas une nouvelle fois décidé d’organiser un énième jeu. Drôle de définition de l’amusement, propre au Directeur de Poudlard il faut dire. Car ce jour-là, personne ne s’était amusé, et encore moins les élèves.
Wilson se dirige vers une élève, déguisée en Voldemort, déguisement d’une incroyable maladresse, surtout en cette date douloureuse. Les jeunes gens ne se rendent parfois pas compte du sang qui a pu couler à cause de la folie d’un sorcier. Néanmoins, l’observation d’Arkady est interrompue par un rire machiavélique, il résonne dans toute la pièce, figeant les convives.  Les mets disparaissent sous leurs yeux. Le russe jure, il n’a pas réellement eu le temps de s’en mettre plein la pense. Pour une fois. A la place de son repas, un ticket surprise de Jack est apparu. Un regard lancé à ses collègues, Wilson, Irvine, et Black. « Soyons fous. Espérons que notre Directeur Rogue ne soit pas encore l’investigateur de cette farce. » Lâche-t-il dans un sourire amusé. Les défis, il ne dit jamais non. Enfin, pour sûr, sa décision, sera amèrement regrettée par la suite. Mouvement d’ongle, le blond commence à gratter.
Jack O'Lantern
TRICKSTER
hiboux : 62
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Déc - 21:43
Intervention MJJACK O' LANTERN
Ticket perdant n°1500 : mauvaise plaisanterie | @Lucius A. Malefoy gratte le ticket à bout de bras. Rien ne semble se passer... étrange. Dans le noir, quelqu'un ricane.

Note MJ : Ce ticket maudit a été placé dans ton inventaire. Il te donne droit à une intervention MJ aléatoire pour troubler un de tes rp ; tu peux te débarrasser de la malédiction en offrant le ticket à un personnage joueur en main propre ou par voie de hibou. Si tu le perds ou l'abandonne quelque part, le ticket réapparaîtra dans ta poche.

Ticket gagnant n°6 : sixième lot | @Eirian Almasdóttir est de ces petites pépites Verbenae qui ont de la chance. Le focus d'Halloween est tout au petit bout. Jack est fier de voir apparaître dans sa paume un set runique de toute beauté : les pierres sont rehaussées d'or fin et gravées en leur centre des runes de pouvoir. Cornalines, Grenats, rubis, pierres de soleil et cristaux de roche répondent aux tourmalines, onyx et améthystes. Violet et Orange. L'esprit de Samhain vibre dans la paume de l'enfant, pour le meilleur et pour le pire.

Ticket gagnant n°42 : la réponse universelle | @Arkady Wladanovisk semble aventureux. Bien, très bien, le bon vieux Jack aime ça. Le voici doté d'un étincelant ticket où brille le numéro 42. Symbole fort pour tout amateur de bonne littérature, le bon vieux Jack se sent obligé de lui offrir le Lebor Gabála Érenn Oghamique, recueil de légendes relatant les anciens temps sur les terres d'Irlande. Cet ouvrage a-t-il un pouvoir autre que celui d'apporter la connaissance à qui sait le déchiffrer ? Mystère.

Eirian Almasdóttir
MEMBRE
hiboux : 290
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 2 190218090309833479
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Déc - 23:12
Elle était quand même quelque peu méfiante la petite Eirian, car on ne savait jamais sur quoi tomber avec ces fameux ticket à gratter de l'illustre Jack. Une fois, par exemple, il avait explosé en feu d'artifice de lucioles. Bon, certes, c'était joli, mais elle aurait pu se blesser ! Et comment ne pas aborder le sujet de ce fameux ticket qu'elle ne pouvait plus s'en débarrasser ? Quoi qu'elle fasse, il retrouvait toujours le chemin de sa poche. Foutue magie de l'ordre d'Hermès ! Mais cette fois, une curieuse surprise sortit de ce ticket à gratter pour le moins instable : une lourde bourse de cuir apparut au creux de sa main, déchirant l'enveloppe fragile de papier. Intrigué, Muninn reprit sa place sur l'épaule de sa petite humaine cornue, lorgnant ce nouveau trésors d'un oeil avide. Qu'est-ce que c'est ? Ça se mange ? Ça brille ? C'est précieux ? L'enfant pesa le petit paquet. Son masque de cerf cacha ses froncements de sourcils, lui donnant un petit air de méfiance sur son minois juvénile. La chose lui paraissait étrangement familière, dans son poids, dans le roulis qu'elle sentait sous ses doigts, dans le bruit qu'il émettait et surtout, par l'énergie magique qui s'en dégageait. Serait-ce un... ?

Eirian se figea, le coeur s'était brusquement emballée dans sa poitrine. Nul doute, elle connaissait cet objet qu'elle tenait à bout de bras. Une main timide tira sur le cordon et son visage se rapprocha précautionneusement au cas où il s'agirait d'une mauvaise farce. Mais non, la lueur des bougies se reflétèrent dans les pierres polies et les symboles ancestraux aux écritures d'or se gorgèrent de la lumière.

C'est pas vrai...

Murmure incrédule. Ça serait quand même bien tombée de recevoir comme prix un set de runes. La petite Verbena sortit alors les pierres de la petite bourse de cuir, les disposant sur la table et force de constater, après avoir vérifié si tous les symboles étaient présents, qu'il s'agissait bien du focus de sa vieille tradition familiale. Mais pourquoi avoir mélangé les pierres ? Et pourquoi des cristaux précieux qu'à la couleur orangée et violette ? Drôle de fantaisiste, encore un coup de ses Sorciers de l'Ordre d'Hermès ? Bon, il fallait quand même avouer que le travail était d'une bonne manufacture : les pierres étaient bien polies et l'homme avait le goût - et l'oeil - pour avoir choisis les meilleures parmi les meilleures. Même les runes étaient gravées avec de l'or. Un set de rune de qualité donc. Et face à un tel gain, le petit coeur d'Eirian dansa d'une certaine allégresse pour avoir gagner cet objet si familier des plus unique...

Mais qu'est-ce qu'elle allait en faire ? Cette interrogation, elle la reçu comme une violente gifle qui glaça sa petite joie. C'est bien beau d'avoir reçu un set de runes, mais à quoi cela lui servait ? Elle avait déjà son propre set de labradorites qu'on lui avait offert pour son dixième anniversaire. Son tout premier set de runes offerte par la Völva elle-même ! Une offrande qui faisait d'elle officiellement une Verbena à en devenir ! Le premier set de runes est généralement le seul compagnon du Verbena tant il était symbolique et d'une grande valeur sentimentale. Jamais Eirian ne le délaisserait pour un autre set de runes aussi raffiné soit-il et par ailleurs, un Verbena en a besoin que d'un seul...

Un soupir exaspéré sortit du crâne de cerf. Affalée sur la table, la fillette jetait un regard agacé à son nouvel arrivant dans son inventaire. Elle n'aimait pas s'encombrer de choses inutiles. Là, clairement, ces runes lui étaient inutiles. S'en débarrasser ? Le donner ? Le revendre ? Ha si elle pouvait... Le problème, c'est qu'Eirian était bien trop respectueuse envers les runes pour leur offrir une telle destinée : on ne vendait pas un set de runes comme un vulgaire objet ! Et on ne les offrait pas au premier ignorant venu ! Pas question non plus de les porter sur sois, car encore une fois, elle n'a pas besoin d'un deuxième focus, ça serait inutile et ridicule d'avoir deux pacages de cuir sur chacune de ses hanches et elle aurait l'impression de manquer de respect envers ses labradorites ! Reste donc la solution du je-vais-les-mettre-dans-un-tiroir-ou-dans-un-coffre-et-on-n-en-parle-plus... Mais là encore, ça serait trop cruel pour ces pauvres runes qui ne demandent sûrement qu'avoir un compagnon Verbena !

Le bruit sourd d'un crâne de cervidé s'abattant sur la table en bois résonna, faisant envoler Muninn dans un croissement sinistre : un facepalme dans les règles de l'art, un grognement mécontent mêlé à un râle firent vibrer la gorge de la petite. La colère teinta sa voix tandis que les orbites du Cerf fusillèrent la bourse en cuir d'un regard noir :

Mais qu'est-ce que je vais faire de toi ?

Pauvres petites runes, elles n'avaient rien demandé. Il en va de même pour Eirian qui, encombré par ce nouveau focus qu'elle ne désirait guère, se retrouva dans une impasse fort ennuyeuse. Clairement, cela sapa son morale et les festivités d'Halloween ne furent plus au goût de l'enfant ; elle n'avait plus envie de s'amuser tant cette histoire allait lui prendre la tête. Finalement, jusqu'aux derniers instants de cette fin d'année les Sorciers de l'Ordre d'Hermès lui auront fait chier ! Vivement qu'elle retrouve son domaine familial ce soir pour retrouver le cocon sécurisant dans son petit chez-sois. Faudra qu'elle prenne ce set de runes avec elle aussi, ne sait-on jamais, peut-être que la Völva Ragnhild ou le Devin Orwenn sauront quoi en faire ou peut-être la conseiller.

Déprimée et en colère, l'enfant jeta un regard à la table de ces camarades blaireautins : est-ce qu'ils avaient eu plus de chance qu'elle ? Avaient-ils de lots plus sympathique à la faire jalouser ? Ou au contraire recevront-ils une nuée de lucioles en feu d'artifice ou un ticket à gratter impossible à s'en débarrasser ? Regard rapide vers les tables des autres maisons, puis vers les professeurs. Qu'est-ce que ça gagne un professeur ? Quelque chose de grandiose, non ? Pourtant, le professeur Ernst ne reçu rien, si ça ce n'était pas étrange... Par contre, le professeur Arkady, lui, avait reçu un livre. Tiens, qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Quel type d'ouvrage peut-on recevoir à ce genre d’événements ?

1 057 mots


Between Two Worlds
Caroline-Emma Jenner
ADMINISTRATRICE & MJ
hiboux : 392
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Jan - 19:27
PATACITROUILLES
Event Poudlard



Les cils battent campagne tandis que la mine intriguée détaille l’assemblée. Paume réajuste un élégant petit chapeau citrouille sur le sommet du crâne, la mirette accroche trois éléments intéressants. La première est un Connor boudeur arborant les couleurs de Serdaigle. Badge sur la poitrine claironne « j’aime Serdaigle », clignotant avec un « J’aime pas les filles de Serdaigle » du plus bel effet. C’est que le lionceau montrerait presque la griffe. La deuxième est l’oeil bleu pâle du Directeur des Serdaigles. Soupir énamouré généralisé d’une partie de la plèbe féminine de Poudlard. Ce que peux de belles savent, en revanche, c’est que la sublime, la pétillante, l’adorable Meadow Quinn est sur le coup ! Et ce n’est pas un foutu maître des sortilèges qui lui résistera, parole d’aigle ! En suivant le regard du beau blond, je laisse mes oeillades dériver vers la table des Serpentard où une forme noire s’installe face à Ollivander – que fiche-t-elle à cette table ? – et Beurk. La face blême, les yeux rouges… Lord Voldemort est parmi nous. J’en recrache le jus de citrouille porté aux lèvres par réflexe.

Je plisse les yeux… Ollivander et Beurk ? La troisième membre du trio féminin infernal est manquant. Voldemort ne peut-être autre que Carrow. A quoi joue-t-elle ? Ne sait-elle que sa réputation est déjà suffisamment sulfureuse comme ça ? Carrow n’est-elle après tout la fille d’Alecto Carrow qui, dit-on, a traumatisé une génération d’élèves de Poudlard en leur faisant pratiquer le doloris contre des premières années ? Je sais que certains dans la salle ont été particulièrement marqués par les exactions de la maman Serpent, et voilà que la gamine se pavane en Mage Noir ? La grâce seule m’empêche de faire se rencontrer le front et le plat de la paume. A la place, je lève les yeux au ciel en maugréant « quelle faute de goût ! »

Alors que je m’apprête à happer une part de tourte, le plat disparaît et la fourchette se plante dans un ticket d’or. Damned ! Sourcil levé, soupir poussé. Je gratte distraitement la pellicule d’or, en me retournant vers la table des Gryffondor… Wilson hors de portée et Carrow probablement sous surveillance, il ne me reste plus qu’une personne à importuner. O’Niallain. Après avoir empoché le lot de la tombola, je me dirige vers lui à pas feutré et m’assois à côté de lui, interrompant sans vergogne le fil de ses pensées.

« Alors O’Niallain, t’as réussi à faire changer Ollivander de maison, carrément ? Elle est très sexy dans son uniforme de Serpentard, tu crois qu’elle va prendre la place de leur gardien ? »

Oeillade vers le badge. Ronronnement amusé.

« Très mignon, j’aime beaucoup. »


502 mots


THE SUN COURT & THE MOON
Asao Watnabe
MJ
hiboux : 98
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Jan - 13:22
Hey ! Ça va. Être à la bourre, ça arrive à tout le monde. Alors okay, j'ai peut-être, peut-être oublié le repas d'Halloween, planqué dans la salle sur demande à bidouiller ma guitare. Oui, et ? Ça pose un problème à quelqu'un ? Du coup, j'ai dévalé les escaliers en éructant un « merde » Ou deux... Ou trois. Oh ça va, me jugez pas, il n'y avait personne pour m'entendre et m'oter des points ! J'y ai veillé, que croyez-vous ? Un Rogue est si prompt à popper au détour d'un couloir. Je me suis toujours dit qu'il était encore plus efficace que des caméras moldues : un vrai système de surveillance magique à lui tout seul. Et si vous pensez qu'il le genre de dirlo à rester derrière son bureau et à déléguer, vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'au c... Au coude. Voilà, jusqu'au coude.

Le gars, c'est un maniaque du contrôle. Ou bien un extraterrestre. Notez que cette dernière hypothèse n'a jamais été prouvée, mais on ne peut l'écarter : j'ai toujours dit que sa manière de faire flotter ses capes derrière lui était pas naturelle ! bref, je me suis dépêché jusqu'au grand hall et ai collé l'oreille à la porte de la grande salle : j'ai pu entendre juste à temps l'annonce de la minute de silence. Je suis resté derrière les portes, pensif. J'ai eu la chance de ne perdre personne dans la guerre, mais beaucoup ont été profondément marqués. Je suis à peu près certain qu'il en va de même pour Severus Rogue. Pour lui plus que quiconque. Les bruits qui courent laissent entendre qu'il serait carrément mort pendant la grande bataille et qu'il serait revenu sous forme d'un zombie ou d'un vampire... Ou alors, hypothèse personnelle, son phénix lui a sauvé les miches. Un vampire qui marche sous la lumière du jour, et pourquoi pas un lapin garou fléau des potagers ?

Lorsque la rumeur des conversations roule dans la grande salle, je m'y faufile aussi discrètement que cela est possible pour un mec aux cheveux roses : ah ça, j'y avais pas pensé le jour où je me suis fait la teinture. Le rose, c'est rock, ça balance, par contre, clairement, côté infiltration, on repassera. Ça va, je pouvais pas prévoir que j'aurais besoin de jouer les ninja à un repas d'Halloween. En fu fu, je pose mes guêtres à la table des Pouffsouffles et y voit du coin de l'oeil la petite bouille adorable d'une première année regardant avec insistance un objet dans ses mains, visiblement peu satisfaite de son lot. Les runes brillent dans ses paumes joliment, pourtant. Mes années d'étude des runes me permettent de les reconnaître facilement. Il ne me faut pas longtemps pour apercevoir le ticket intouché à ma place... j'aurais préféré de la bouffe quand même.

Je l'attrape et l'agite sous le nez de la petite.

« tu veux voir si tu auras plus de chance avec celui là ? Gratte le, si tu veux ! »

J'aime le défi de la loterie, mais j'ai jamais pu me résoudre à laisser une gamine déprimer dans son coin.


Ps : mise en forme quand je ne serai plus sur portable

Invité

Invité
Dim 13 Jan - 1:13
Elle haussa les épaules, air presque embêté. Avait-elle raté quelque chose ? En réalité, elle ne savait même pas pourquoi elle avait été absente ce soir là. "Oh, je vois !" finit-elle par répondre. Mensonge, elle ne voyait pas du tout. Toute éducation moldue qu'elle ait eu, les jeux de sociétés restaient un domaine obscur dans l'esprit d'Alys. Si les Irvine y avaient joué un jour, cela avait fini en concours de triche puis en dispute. Il était cependant vrai que le directeur avait des idées étranges. Elle posa des yeux songeurs sur ce dernier quelques instants avant de perdre son regard vers le plafond étoilé pendant que ses pensées dérivaient   Elle sourit vaguement à la réponse de Wilson, sentant les regards moqueurs de certains de ses collègues sur elle et le rouge lui monter aux joues. Oui, il valait mieux se concentrer sur la nourriture. Au moins, le principal intéressé n'avait émis aucune remarque désobligeante.

Le voilà qui bavassait sur savoir s'il était de bon goût ou non de se déguiser en Seigneur des Ténèbres avec le professeur de potion. Alys suivit les regards pour tomber sur le petit groupe d'élèves contenant la déguisée au mauvais goût. Elle n'en était néanmoins pas plus offusquée que ça : vrai que cela faisait un bon déguisement d'halloween. Quant aux traumatisés, Alys n'en faisait pas partie alors elle ne s'en préoccupait pas outre mesure. Voire elle en avait absolument rien à foutre. Ce qui comptait pour l'heure, c'était le contenu de son assiette. Elle s'apprêtait d'ailleurs à se préparer une première bouchée quand un rire sinistre lui fit relever les yeux. Qu'est-ce que... Et, pendant son instant d'étonnement, l'assiette de la rousse en avait profité pour se volatiliser, emportant la nourriture avec elle. Voilà, Alys n'avait désormais plus aucun intérêt pour ce banquet. Malgré son agacement, elle s'empara tout de même du ticket à gratter, espérant y gagner un quelconque réconfort.
Eirian Almasdóttir
MEMBRE
hiboux : 290
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 2 190218090309833479
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Jan - 17:25
Le cervidé tourna sa tête mortuaire vers cette voix assez familière. Nul doute, cette chevelure rose, Eirian la reconnaissait entre mille : Asao. Son aîné de septième année et le préfète en chef. Par réflexe, l'enfant tourna son regard à ses alentours, cherchant à voir si, en réalité, le jeune homme ne s'adressait pas à une autre personne. Il ne la trouvait pas dérangeante et folle avec son crâne de cerf sur sa tête et sa tenue de chaman primitive ? En fait, maintenant qu'elle y pensait, Asao n'a jamais été véritablement froissant envers elle, malgré leurs deux origines distinctes. De ses séances d'observations sur ses camarades Poufsouffle, blottie dans un coin de leur salle commune, il n'a jamais paru méchant, irrespectueux ou moqueur envers les autres. Il a juste une coupe de cheveux étrange. C'est peut-être pour ça que, sur le coup, la fillette se sentit terriblement impressionnée ; une grande-personne aux grandes responsabilités qui était gentil avec elle... Ça la faisait toujours perdre tous ses moyens. Elle commença même à se dandiner sur sa chaise, comme mal à l'aise. Et heureusement que son crâne cornu cachait à Asao ses rougeurs naissantes, ça serait la honte !

Tu... Mais... C'est le tiens... non ? Tu veux pas savoir... ?

Eirian tripota nerveusement sa nouvelle bourse de runes fraîchement gagnée. Avoir plus de chance avec ce ticket ? Techniquement, elle se savait chanceuse, c'est un très bel objet qu'elle avait là. Mais il y avait comme un petit problème :

C'est... C'est juste que... Une verbena a besoin... d'un seul set de runes... Tu comprends ? Et je ne sais pas quoi en faire... sans être irrespectueuse envers ces runes...

Elle n'en dit pas plus, se sentant comme bête face à lui. Pourtant, elle ne le devrait pas, mais ces jeunes sorciers ont eu don d'entacher sa confiance en elle. Face à eux, elle n'était que bizarrerie. Alors dire qu'elle considérait les runes presque comme un focus avec sa propre âme, le préfète allait la juger de loufoque. Changeons donc de sujet... Allez, un peu de courage, elle pouvait faire la conversation, non ? C'est fou ça ; elle pouvait discuter sans gêne à une armée d'adultes sans le moindre problèmes, mais quand il s'agissait d'enfants de son âge ou d'adolescents, pouf ! Le courage n'y était plus. Faut dire qu'elle se sentait bien à l'écart d'eux en plus d'avoir grandi dans un village où elle était la seule enfant. Pas la meilleure chose pour travailler les interactions sociales... Allez, oust, on saute dans le bain :

T-tu ne t'es pas déguisé ? Je croyais que tous les Sorciers de l'Ordre d'Hermès le faisait... et les... euh... « Moldus »... le soir de votre Halloween...

Pouah ! Ça tapait super fort dans sa poitrine et c'est à peine si elle pouvait parler sans que sa voix se brise à chaque syllabe. Mais maintenant qu'elle y pensait, en observant bien le grand Hall, il y avait encore beaucoup d'élève n'étant pas vêtu pour l'occasion. Même les professeurs. Donc, finalement, on se déguisait oui ou non durant la nuit du trente-et-un Octobre ? Tout cela semblait bien plus compliqué que son Samhain...

533 mots


Between Two Worlds

Contenu sponsorisé

Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum