EVENT #3 | PATACITROUILLES
 :: Vivre folles aventures :: Domaine de Poudlard :: Grande Salle

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 396
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Fév - 18:15
Intervention MJTirage au sort
Une chance sur deux | La pièce tournoie dans les airs et retombe sur la paume de Hilde. Sa voix peut annoncer fièrement que c'est à @Edwa D. Black de commencer à envoyer ses boules !

PS : les MJ viendront à chaque tir vous donner les résultats de vos actions, Edwa & Winnie

Winnie Carrow
MEMBRE
hiboux : 610
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 Tumblr_inline_pdrtkg1vEf1uzl60b_400

LITTLE BAT
EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 Eb35f7bfe2771b91097188d5f871a33c
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Fév - 14:48
égarement familier



Mignarde poupon, sous l’artifice supercoquentieux de « Messie-Potter », tisonnait sa malacie. Si  fraîche et pourtant déjà si bondissante. Winnie se ciselait les lèvres d’une langue sybarite. Ribouldingue qu’elle gageait tintamarresque. Ronronnait le chaton Carrow devant l’oiselet mordoré. Le ressort qu’elle éployait avec autant de caractère dégourdissait sa propre chronique dans la fleur d’un âge infantile. Loupiot éhonté s’était finassé sous la charogne d’une cinoque louve. Estafilade d’impudence. Jugeant d’une éméraldine rapace  la petite marcotte, la risette couchée sur un lit d’improbité, elle était engraissée de cocasses expectatives.

« Voldie ?  Si jeune et déjà si insolent ce petit ‘Potty’.  Tu ne perds rien pour attendre. Mieux vaut un nez absent qu’une cervelle manquante »  Accord madré. Elle caquetait de plaisir. La dragonne à l’écaille vermeille léchait du regard le folâtre lutin. Croustillants gazouillis bradaient finassières intentions. « Mhhh quelle excellente idée !  Je verrais bien notre cher directeur @Severus Rogue couronné d’un rose-bonbon…Et toi qu’en est-il pour ton cher et tendre paternel  @Regulus Black?  Jaune poussin ? Arc-en-ciel ?  Paillettes argenté ?  Le jaune-poussin le rendrait plus … ‘convivial’, je trouve? »

Poupée blondine allongeait les inimitiés. Le follet cinabre qui clapissait sous la dramatique mascarade de son artifice piétinait d’empressement. « Tu n’auras le temps de rien manger qu’un dernier soupir, petite marmaille ! »  Sa main amignonnait la petite patoche de sa croquignolette belligérante. Flagorneuse à l’égard des nuances ovariennes, elle étreignait les boules vertes. « Gardons les bonnes habitudes, Potty… »  Ses prunelles papillonnaient jusqu’au professeur Wilson pour avorter sur ses deux intimes amies. « L’heure est à la chute de  ‘l’élu’ !»  Elle gondolait de pasquinade, la nécrose Carrow. Hilde ménageait remarquablement la lice où s’évaluaient les deux prosélytes.  Induction d’une allègre entropie. Quelques lunes déjà avaient été avalées dans le bourdon depuis son dernier paroxysme d’insanité. Son amie ne faisait qu’électrolyser un peu plus le branle-bas de la cohue estudiantine. Frisson zélé. « Canaille tu es Hilde ! Tu titilles déjà notre princesse » avançait-elle dans un murmure ahanant à l’encontre de leur propret professeur. Impondérable chuchotis.  

Winnie appréciait Hilde d’un soupirail haletant. Le nom de l’agnelet chapeautait la paume de sa main, l’honorant de la première giclée. Ses commissures s’ourlaient de condescendance, non sans un liard de fanfaronnade. « Ne déçois pas ton public, Potter. J’attends de toi que tu échauffes correctement la partie ! » L’instant était à la lutinerie.  




(c) AMIANTE
Regulus Black
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 578
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 Tumblr_pu25h00PqW1xy9vvgo2_500
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Fév - 18:46
Patacitrouilles
Une théière runique ? Qui est auto-chauffante et punit l'impudent qui n'est autorisé à s'en servir par une cruelle brûlure ? Regulus fronce tellement les sourcils qu'ils semblent soudainement se rejoindre. Il ne connait pas l'étrange farceur derrière toute cette mascarade, mais il a une drôle de conception en matière de cadeaux "intéressants". Au moins, le présent possède une certaine utilité et n'est pas dangereux, enfin... seulement pour son propriétaire légitime. Il lance un regard en biais en direction de Severus, mais ce dernier semble innocent de cet étrange évènement douteux. C'est du moins ce qu'il prétend, et notre professeur de potions ne peut que le croire sur parole. Depuis la mésaventure du "jeu de pistes" de Severus, il tend à se méfier de ses bonnes idées récréatives.
L'ancien Serpentard fixe tristement les tables vides de toute nourriture, et rabroue silencieusement son pauvre estomac qui proteste de ce jeun imposé. Le responsable de cette facétie n'a pas intérêt à se présenter devant lui, la liste des maléfices envisagés en guise de représailles s'allonge à mesure que les minutes passent sans satisfaire sa faim.

Un autre tracas vient tourmenter notre homme. Sa psyché déjà assombrie par la famine et par l'insolence de sa fille, elle ne s'améliore pas lorsque le professeur Wilson rejoint le groupe des filles pour y mettre son grain de sel. Il oublie presque de respirer lorsqu'il l'entend annoncer qu'il va arbitrer une partie de Bavboules entre les deux filles, simulacre du célèbre duel entre Potter et le Seigneur des Ténèbres. La parodie amicale fait rire jaune le pauvre père de famille. Mais une promesse reste une promesse : pas d'interférence. Le père ne peut interdire à sa fille de jouer les idiotes devant toute une école.
Son calvaire ne fait que commencer : Astreint au silence, il ne peut qu'observer la scène qui se joue sous ses yeux. Il n'a aucune motif valable pour faire cesser cette farce grotesque, et s'il le faisait quand même, il s'agirait d'une victoire pour sa fille. Elle n'aurait de cesse de le tourmenter avec cet affront.
Ce qui n'arrange pas ses affaires, c'est que l'idée du duel de Bavboules plait énormément. Émoustillés par l'annonce grandiloquente de Wilson, les élèves se sont approchés du groupe. Les rires fusent, les déguisements sont même parfois applaudis. Des mornilles changent de mains, témoins des paris qui se font en toute discrétion. La mâchoire serrée, Regulus entend même les commentaires experts d'un élève qui évalue les chances de victoire de chacune des deux filles.
Mais ce qu'il y a de pire, c'est de voir Wilson encourager ce spectacle. Si, en un sens, Regulus admire secrètement l'audace et l'exubérance de sa fille bien-aimée, de même qu'il se réjouit fièrement de la popularité de cette dernière, il désapprouve totalement le comportement de Wilson.
Non...
Soyons honnête. Il désapprouve le regard réjouit et admiratif que lance Edwa à ce professeur. Il y a peu encore, c'était à lui qu'elle réservait un tel visage. Aujourd'hui, c'est tout juste si elle ne lui crache pas au visage. Il serre les poings. Le père en lui s'avoue jaloux. Le professeur raisonne ce comportement compulsif et appelle au calme. Edwa fait tout pour l'agacer, et plus il va répondre agressivement à ses provocations, plus elle se fera une joie d'enchérir.

Alors il regarde, de loin, comme un professeur simplement curieux de ce qu'il se passe. Il s'efforce même d'apprécier ce petit jeu improvisé entre élèves. Il n'y a aucune malveillance derrière tout cela, il n'y a donc pas besoin de s'en faire. Rester détaché, bienveillant.
Les traits de Regulus se relâchent enfin. Sa respiration est calme, ses yeux ne suivent pas systématiquement les faits et gestes de sa petite fille. Il ne parvient pas, cependant, à éloigner le ressentiment qu'il éprouve à l'encontre de Wilson. Il ne l'aime pas. Il supporte mal son attitude maniérée, sa prestance très théâtrale. Bref, il le trouve faux, louche. Il s'en méfie. Ce n'est qu'une impression, mais elle est mauvaise. Il garde pour lui ses sentiments, ses doutes. Il se trompe peut être. Des années de fuite et de secrets l'ont sans doute rendu un peu paranoïaque.
Mais tu le déteste.
Secrètement, bien sûr.

Quitte à subir cette scène horripilante, autant y participer, même un peu. En toute innocence. Et en y mettant ce piquant qui a fait la réputation des Black. Regulus se détourne de la table des professeurs et s'approche de quelques pas de la zone de duel. Il fixe chacune des concurrentes sans montrer à quel point la situation l'embarrasse, ou que Wilson lui sort par les yeux.
La première à entamer le jeu est décidé à pile ou face. C'est Edwa qui commence. Mais avant que les deux joueuses démarrent, sa voix s'élève.
- Bigrement intéressant, intervient-il en esquissant un sourire amusé. Voilà qui pimente la soirée et va nous faire oublier notre faim. Et si nous ajoutions un enjeu ?  
Les yeux pétillants de malice, il annonce :
- La gagnante se verra dispensée du devoir de potions de son choix.
Un sourire sadique s'esquisse ensuite, laissant planer sans le moindre doute la menace du gage pour la perdante.
- Par contre, la perdante sera automatiquement portée volontaire pour nettoyer l'infirmerie sous la houlette de l'infirmière. J'ai ouïe dire qu'il y a récemment eu une étrange épidémie et qu'un bon nombre de malades avaient abondamment vomi sur le sol de l'infirmerie. Evidemment, le nettoyage se fera sans baguette, sinon le gage perd de son intérêt.
En vérité, des élèves de cinquième année se sont imaginés intelligents de sauter quelques cours (et interrogations surprises !) en se rendant volontairement malades avec des Pastilles de Gerbe. Mais le septième année qui les leur a vendu ne s'est pas fourni chez les Weasley. Il s'agissait d'une fabrication maison et le dosage a été malheureux. Au final, six élèves se sont retrouvés intoxiqués, et l'infirmière et lui même se sont retrouvés à élaborer un antidote en toute urgence pour calmer nausées et tremblements.
L'enjeu parait sadique, mais tellement motivant. Si le duel plait, le prix également. Des élèves sifflent, enviant la gagnante, et plaignant d'avance la pauvre perdante qui sera condamnée à astiquer l'infirmerie à la mode moldue.
Regulus n'a pas précisé qu'il comptait prendre une photo de cet instant mémorable pour l'afficher dans toutes les salles communes. C'est un Serpentard dans l'âme. Et un Serpentard, c'est bien connu, c'est sacrément roublard.



Défi : 1066 mots
Codage par Libella sur Graphiorum
Edwa D. Black
MEMBRE
hiboux : 234
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 BlondLeafyBluewhale-small
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Fév - 23:12




















   ❝ HALLOWEEN ❞
 

Event Poudlard

 

 



Tu aimes la volubilité de ce Lord Voldemort ! Tu ne peux pas t’empêcher d’avoir les yeux qui pétillent au son de vos joutes verbales ! « Prépare ton cercueil, Voldichou, les menaces ne te mèneront à rien ! » Tu es heureuse, tu pourrais presque sentir tout ton être vibrer de surexcitation. Vous vous êtes partagées les bavboules, et tu as pris les vertes. C’est beau, le vert, et les reflets mats de la couleur te dérangent moins que l’irridescence argenté des autres boules… Oui, tu as refilé celles dont l’éclat pourrait te distraire à Winnie. De rien, c’était cadeau.

Tu murmures à son oreille « Jaune-poussin, c’est très bien, on fera ça ! » Balancer une métamorphose sur les vêtements de ton père juste pour le faire enrager ? Et pourquoi pas ? Mais il faut que personne ne puisse se rendre compte que le lâche attentat vienne de toi. Sinon, à coup sur, tu es repartie pour une guerre froide avec ton père… Or tu essaies de calm… ouais, non, personne ne peut vraiment croire que tu essaies de calmer le jeu. Qu’est-ce que tu fais à Serpentard avec ta foutue impulsivité, déjà ? Pourquoi le choixpeau ne t’a-t-il pas mis chez les rouges et ors ? Le mystère reste entier.

Tu entends Hilde te rappeler les règles du jeu. Tu es presque prête à entrer en lice quand ton père fait irruption… Évidemment. Annonce d’un prix et d’une punition. Tu hausses le sourcil avec dédain. Ton allégresse est retombée. Tu t’amusais bien, et voilà qu’il a trouvé une manière de ramener à lui la couverture… Ta main en tremble un peu. Rage contenue. Si tu lui fracassais la bavboule au visage, ça ferait mauvais effet… Tu respires profondément. C’est pas ses fringues que tu vas passer en jaune poussin, c’est son corps tout entier, de la racine des cheveux aux ongles de doigts de pieds !

Tu inspires, expires. Tu jettes un œil à Hilde, à Winnie, à Veredis, au professeur Wilson. Tu dédaignes ostensiblement le professeur de potions que tu ne voudrais que trop prendre pour cible. Tu pourrais bien entendu recourir à la délation en expliquant à ta mère combien ton père s’immisce dans tes jeux d’enfants, mais ce qui est à Poudlard reste à Poudlard. Et la vengeance se mange sortie de ce truc que les moldus appellent congélateurs. Tu es presque sûre que c’est ça l’expression : tu l’as vue dans une bande dessinée empruntée à l’un des rares nés moldus de Serpentard. Hé ! Il faut bien s’ouvrir aux autres cultures, surtout quand on a un paternel à faire enrager. Prends ça la pureté du sang, dans ta face !

Tu tires ou tu pointes ? Tu pointes. Tu expires, tu tire. Ta main fait jaillir prestement la boule qui s’en va rouler sur le sol de pierre froide. Tu gardes la position quelques instants, comme hébétée d’avoir lancé cette sphère de cristal. Et maintenant, tu peux voir le résultat de ton tir.

   
 


 

 
© Code de Phoenix O'Connell - 506 mots
 
Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 396
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Fév - 23:19
Intervention MJLancer de bavboule
Réussite critique | L'adresse d'Edwa n'est manifestement pas à prouver. Malgré la déconcentration subie par l'intervention paternelle, le petit orvet semble être parvenu à retrouver un vernis de calme. Main audacieuse, tir gracieux, voici la bavboule dans le cercle du milieu, à quelques millimètres à peine du trou central. Une position dangereuse, assurément !

Invité

Invité
Dim 17 Fév - 15:01
Event # 3 : Patacitrouilles
ft. Trop de gens.
« Trick or Treat ? » ▬ CONNOR.

Margrave affublé de l’étendard fut disposé, mignotant des quinquets collations. Pébroque de fatuité l’imperméabilisant des ris goguenards de la harde. Un us après quinquennat poudlardien entre les rigolbochages de ses germains. S’embecquant simplement des effets de sa mise. Accrêté des égards exaltant sa bouffissure autant que des palmes de son apostolat. Le torpilleur des racontars sur une prétendue allégeance au safre. L’origine ? Une foutue fredaine à Pré-au-Lard. Grimé d’une palette seyant guère à son atma de basalte. Bave en avait sanci. L’engonçant en Judas cameloté en vertu de sa queue. Devenu dès lors attelé à chamarrer de nouveau sa noblesse jaspée d’antédiluvienne crédulité pour une flave. Bien qu’en conjecture profonde qu’archelle de maitre baguetier avait pilonné le moineau de son propre lignage. Abjurant sa cognition. Et encore, clébard n’avait composé constat de ces vêpres.

Simba indocte itou candide parmi la meute. Sans que ne nécrose les déjà manifestes chancres de félonie. L’acrobate sous les brocarts de son cirque. Faseyant d’un perchoir dont point de mire n’obombrait les orvets. Mouille altière sertie de sardoniques fossettes. Imputées qu’aux carmins ralliés à sa probité en l’instant. Malgré exaspérations à mi-captieuses du public sur panne de truisme. Eux, coutumiers de l’infatué zig pépiant en bruit de fond :

« Excusez-moi si je vous éblouis de mes talents en sortilèges. »

Faraud qu’il put être. Guignant d’avance sur les chatteries ronronnant auprès de la gloutonne malice du céladon. Lipides monarques des saxes qui sous apparats poulaille ravirent en ultimo le seuil de son œsophage. Quêtant par les tenailles sa graille sous les arpèges de la narquoise réminiscence d’une putain de colle. Opportunité certaine d’acquérir ce nouvel apanage. Griffe de symétrie gratifiant de rif les gouailleurs.

Polyptyque usité de la coterie. Reculée pour cette cène des alizées limitrophes. Cordillère morgue de cinabre obturant ses cimes aux foehns. Notamment pour friselis sur malachite plèbe. Et ce malgré des borborygmes babillant le blason le plus funeste de leur ère. Que ces lombrics rampent sur leurs écailles, les fauves n’en avaient que faire.

Cependant ritournelle d’accointance pâmée par lugubre barcarolle. L’abdication pour trémolo riotant. Machiavélique certainement pour les esgourdes des jouvenceaux – ou encore les couards. A contrario de l’éphèbe. Excoriant de ses lucarnes les ogives pavoisant soffite. Cette égide tarole d’échos ricochant en canon. Museau érigé dans l’éther pour qu’adjointe péripétie figure dans de renflées volutes bises. Pernicieux butane enclavant les madriers jusqu’au dais professoral. Fuligineux au point que viride percevait guère plus les porcelaines et leurs ripailles.

« Putain, c’est quoi encore ça ? rognonna cyon. »

Avant qu’au rauquement mofette mime célère abrogation. Ne déferlant primo qu’allègement. En secondo toutes psychés cédèrent à une collégiale commotion. Affairement d’ensemble quand fut déposé l’examen des kaolins. Rutilants d’aubaine. Pour que ne trône dans leur moire que coordonnées rimes chrysocalques. Oripeaux cerise du sevrage. Des matricules analogues des déchues des ramilles de ça des culminants gradins. Paires aussi de sa mégarde passée dans les frondaisons du bercail estudiantin. Là même où macaque s’esbignait, capon sous toutes ses facettes. La saleté l’inoculait chèvre.

Mais méfiance ne s’éplorait auprès de ces cippes. Choyant à la préférence mânes des fumisteries du dirlo. Dans couvoir même de son huchement à la sédition. Une lucarne à sa vengeance. Avant que le dépèce marâtre Némésis. L’infant des tourbières contus ne recouvrerait des estafilades. Tourments arrimés à la carcasse. Dont empyreumes étiolaient nucléation d’innocuité des momillons.

Ainsi dans l’ire macérait à la ressouvenance rodomont. S’enquérant par œillades de l’homogénéité des vicissitudes. L’assertion s’édicta sous maxilles souquées. Prasin alors dévoyé par les ourlets de Sieur Friteuse-et-Fritures. Cependant rien n’alésait badigeon de sébum. Déconvenue du cabéru tarissant l’ondée subito de marmottements sibyllins. L’écume lichant la muraille de ses escarpements sans s’haler au belvédère : son égard.

Les cadrans s’émacièrent avant qu’outrecuidant n’épande lichen sur sa bergerie. Spectateur d’ouailles binant des galoches inopportuns folios. Accessits affectés au brûle-pourpoint. Pour leur allégresse autant que quelques mécomptes. Matamore à la fringale de mimétisme. Faute d’un prurigo intrinsèque, fomentant l’effronté. Quiddité contendante avant bogue. Laquelle surent jobarder les affriolantes cursives.

De ce fait, trop blèche auprès des paris, ergot s’apprêta à limoger sa soif. Mais guillotine ne sabra le collet de Jack O’Lantern. Aria en bluettes émerillonnant les prunelles des homologues polychromes inopinément dilettanti. Pantois et babas sommeillant dans des nitées de mutisme que fat eut l’érudition d’en assigner la genèse. Tendron d’Eve abordait leur rivage.

Pivot pour agréer spécieux flibustier. Vis-à-vis alors des blandices matois d’une renarde de même quintessence. La filouterie atavique en as des étrennes concédées par omnipotente Nature. Syncrétisme adextre bissant au benoît la fortune de ses prédilections. Bidard dans sa jouissance des vénustés majestées. Une risette suborneuse attifa alors ses lippes. Scient encore des cancans sur de latents badinages que le sot prisait. S’enorgueillissant de la nymphe dernière prétendue accroc de ses aines – et lui de ses reins. Déserteur de nouveau des torts gazouillés sous des boucles de cachou tantôt. L’absence du probloque brailleur fortifiant l’omission. Bien qu’on ne corroderait même quenottes menottées à l’hyménée le larron.

Goinfrant braseros d’Eros pour s’ourdir à leurs immuables polissonneries. Les déboires aux grelots de ses vocalises s’affermirent que plus drus. Déclin des badigoinces laudatives pour contorsions fielleuses. Cortégé des pouacres railleries feutrées des labadens. Que plastron impromptu n’eut de temps à endiguer. Préludé illico suricate muté en recors d’une forfaiture d’une de ses femelles. Serin en outre écœuré du subside dernier alloué au transfuge. Comment osait-elle..?

Sénescence s’atrophiant guère au certificat d’authenticité. Vilipendant jusqu’à froufrous de l’oréade. Ses falbalas spoliées de ses carillons. Point distincte mesure que bassesse de bachelette serait révérer par maestro. Son vermeil instillé d’exclusivité à la parjure. S’en rama trombine de chérubin.

Tout compère en usage de corniaud alors Nostradamus du prochain typhon. L’un des frangins d’étymologie aux tribulations sous motus. Giboulées de rosseries. D’éthuse plus méphitique que bile coutumière. Scélérate passée à l’accès de l’échelon exempt d’amnistie.
Et dire que pour quiqui, l’obole de César rimaillait de ses parangons. Paon pelé de sa gloriole. Pour ne glaner dans les bradés rachis qu’uniques rameaux. Tous détaillés par une avanie, guère qu’à son encontre. Mais celle de la complétude des cerbères d’Hyperborée. En cause de sa causticité. Ichor des leurs convaincu rétif d’un quelconque despotisme. Sans que smalt décèle duce sous ses allures. Autocratie contrepartie des belligérants des Arimaspes. Enfantant chez diadoque prosélyte de sa sentence ; la répudiation.

Dans l’ornière de bisbille acrimonie sous effervescence. Allumelle du béquillard réfractaire même des lustres d’Aphrodite.

« Toujours à remuer la merde dès que tu en vois, Quinn. »

Timbre algide débilitant fournaises propriétés d’agréments. Rubéfaction ultime rescapée de l’incartade. En outre nidoreuse par l’inopérante aumône ébarbant sa vanité.

« Tu sais quoi ? Qu’elle y reste, jappement acescence s’écoula au travers de sylves de crocs. Les filles fêlées ça a l’air d’être leur kiff de toutes manières. »

Rogne charpentée de râblées chantignolles à mesure des cadences. Nattant dans chassieuse bruine galbe sirupeux de la gerce. Gouge fort aise de sa nouvelle soue. Tandis que se déflagrait le breuil de toujours. Bécasse incendiaire d’une faction pyromane. Un exploit désormais si vierge par la sève dépistait ce borgnion son baldaquin.

Cependant l’émail sinople dévoua le bigarreau de jais aux riverains de filasse. L’acuité même particulière pour une cireuse binette. Emaciée. Nue de nase. Absconse dans un proche antérieur que des armoiries ne lambinèrent à assujettir. Lord Voldemort.

« Mais il leur manque des cases à ces bouffons ma parole… »

Atone et statique. Habituelle faconde engourdie de cette honnie audace. Abhorrant galéjade de même grade que pour guano régent des parpaings de tartan. Avant l’oxydation d’antipathie par l’identification du désopilant luron via ses douves. L’émoussé alors déplora. Oh non mais merde quoi, Carrow…

Ahan s’élança du labre. Recelant dans l’interne prime péjoratif aphorisme. Bambine de charogne immunisée d’intime rondache. Quasi-fraternelle. Bien que leo ne mussa guère l’extrinsèque objurgation. Paré à instruction ultérieure de l’anicroche. Agacé. Pourquoi rosières de discutables connexités l’accaparaient-elles tout le temps ? Zut à la fin..!

Par dévotion sans cagotisme, audience obliqua alors aux magistrats précepteurs. Emondement spécifique de la souillure charbonnée. Le gabarit illégitime de l’auguste dynastie. Scellant sa diète à un laïus dont cynique ne se métabolisa. Embesogné à discerner si fané filou s’émoustillait d’aviser manitou suranné. Alors qu’au pôle véronèse sautelait poussinet. Engageant là la guinche des calembredaines. Poivré d’Ernst qui ne pouvait ne se juxtaposer au séraphique potage. Ponctuation de l’assaisonnement par hâbleur :

« Tiens, ta Princesse préférée. »

Satire de quille. Indolent d’exhiber fibrille hyperesthésique de l’uraète pour amerloc. Mais énucléé des lazzis quand ambre paria s’affabula exégète des pasquinades. Billot repaissant le foyer d’âcreté. La renégate auto baguée glossateur. Dans une virtuosité lacunaire pour laquelle Jordan chignerait toute sa baille. Ronflement auprès de ses affidés. Eux-aussi outragés à sa manière.

« Je veux rien savoir : Ollivander jarte. Qu’on arrête d’essayer de vous faire gober que c’est moi qui déconne. Regardez-la comment elle est fière. Véronèse éperonnant l’or à l’horizon. C’est ça, souris, montre à tout le monde comment t’es contente d’être aussi conne. Cajolant derechef les comparses diligents. Qu’elle parte à Serpentard avec ses copines ; je m’en care. Ils comprendront vite quel type de MST ils viennent de choper. »

Dextérité ou non, camouflet tonitruait son bannissement.


Credits : Gasmask



Défis écriture effectués:
 
Caroline-Emma Jenner
ADMINISTRATRICE & MJ
hiboux : 392
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Fév - 12:02
PATACITROUILLES
Event Poudlard


Il y a quelque chose de profondément jouissif à pousser à l’incartade le mignon petit – pas si petit que cela – Gryffondor. Je le dévore d’un œil amusé lorsque claque sa voix dans le brouhaha de la grande salle.

« Toujours à remuer la merde dès que tu en vois, Quinn.
- Bien sur, mon petit lionceau, tu serais déçu si j’agissais autrement. »

Rire roule dans la gorge tandis que le bout d’un ongle fraîchement manucuré s’égare sur le bout de nez basané de l’adolescent… poursuite de l’exploration jusqu’à saisir l’arrête du naseau pour le pincer brièvement d’une pichenette affectueuse.

« D’ailleurs, je te vois, et je te remue… Cela veut-il dire que tu te considères comme de la merde, O’Niallain ? Je pensais que tu avais un peu plus d’estime de toi que cela, tout de même, chaton. »

Hilarité claironne quelques instants. Bon sang ce que je peux adorer provoquer le capitaine des Gryffondor. Il montre généralement les griffes avant même que les premières estocs n’aient percé la fourrure drue du fauve. Irrésistiblement mignon.

« Tu sais quoi ? Qu’elle y reste, les filles fêlées ça a l’air d’être leur kiff de toutes manières.  Mais il leur manque des cases à ces bouffons ma parole… »

Je pouffe devant l’air outré de Connor O’Niallain. Paume pour dissimuler allégresse peinte sur ma frimousse rêveuse.

« Je trouve ça plutôt audacieux, personnellement, et les costumes sont bien foutus. »

On ne commentera pas le bon goût ou l’absence de bon goût de la chose, bien entendu. La chose en est laissée à la libre appréciation de chacun en son âme et consciences, songé-je fort sérieusement. Mais il me faudra féliciter quand même Carrow à l’occasion. La capitaine de l’équipe de Serpentard a brillamment réussi à déstabiliser O’Niallain, et c’est beau.

« Tiens, ta Princesse préférée.
- Ton sarcasme glisse sur mon indifférence, O’Niallain ; avoue que même d’ici on peut se rendre compte de ce fessier tout à fait avantageux, non ? »

Et puis c’est l’explosion. Autour de moi, les gryffons s’enflamment. Les septièmes années, surtout, les plus jeunes semblent ne pas comprendre bien ce qu’il se passe. Ma mine s’alarme un peu tandis qu’une Hilde, déguisée en Serpentard, enflamme l’ire populaire.

« Je veux rien savoir : Ollivander jarte. Qu’on arrête d’essayer de vous faire gober que c’est moi qui déconne. Regardez-la comment elle est fière. C’est ça, souris, montre à tout le monde comment t’es contente d’être aussi conne. Qu’elle parte à Serpentard avec ses copines ; je m’en care. Ils comprendront vite quel type de MST ils viennent de choper. »

Je demeure silencieuse, songeuse. Pesant le pour et le contre. Lettre pour prévenir un professeur ou la jeune fille ? Tenter de calmer la vox populi biliaire qui s’élève ? Pensive, distraite soudainement du mignon petit fessier du professeur Wilson.Quelque chose de plus important se trame. Ollivander vaut-elle le coup d’être aidée, épaulée ? Comment a-t-elle pu négliger la tendance frondeuse des Rouge et Or ? Tout le monde sait pourtant qu’une bonne part d’entre eux est prompte à foncer tête baissée dans n’importe quelle situation… La blonde ne fait manifestement pas exception. Hésitation rouage le derme. Cas de conscience. Il va falloir agir avec souplesse et subtilité. Une lettre. Oui. Voilà. Une lettre anonyme. A qui l’envoyer ? Ollivander ? Non, elle n’a manifestement pas tout son sens. Quelqu’un de responsable. Oui. Qui ? L’oeil navigue le long de la table des professeurs. Le Directeur n’a pas l’air dans son assiette, mauvaise idée donc. Un chignon austère à sa droite. Bingo. Je me lève avec douceur en tapotant le crâne de O’Niallain qui s’énerve entouré de ses camarades.

« T’es vraiment con des fois, O’Niallain… Et bonne chance pour trouver un gardien que l’on n’atomisera pas au  premier jeu de la saison ! »


Avant qu'il n'ait pu répondre, j'ai déjà regagné les rangs de ma tablée pour observer avec intérêt la compétition de Bavboules.
638 mots


THE SUN COURT & THE MOON
Eirian Almasdóttir
MEMBRE
hiboux : 290
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 190218090309833479
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Fév - 23:50
Les rougeurs sur ses joues bien rouges s'accentuèrent : le Préfet en Chef était si... gentil. Eirian s'attendait réellement qui la juge, qui se moque d'elle ou que son regard change en une expression qui la dénigrerait. Mais non. En réalité, sa compassion et sa compréhension face à son terrible dilemme furent l'effet d'un petit baume tout chaud dans sa petite poitrine ; la jeune Verbena se sentit accepté et comprise. Et ça, ce furent des sentiments tellement plaisant quand on ne se sentait pas à sa place entre ces quatre murs. De plus, il savait comme la parler, comme la mettre en valeur, comment étouffer cette vilaine perte de confiance ; Eirian se trémoussa sur sa chaise, un sourire enchanté étirant ses fines lèvres noires. Pour Asao, elle était à présent une Gardienne, destinée à trouver un être qui sera digne de ce set de runes, rien que ça ! Pourtant, à la voir gonfler sa poitrine, nul doute qu'elle prit son rôle très au sérieux ! Ainsi, ce dilemme n'était plus, mais se mua en une importante quête, une destinée, une aventure ! Alors les petites runes aux couleurs d'Halloween, tu les enlaces contre ton coeur et tu leur promets tout bas qu'un jour, tu trouveras quelqu'un qui saura les mériter et qu'en attendant ce jour, tu veillerais sur elles. Et cela commença dès maintenant, en les mettant bien à l'abris dans ta besace et tu en profites pour t'instruire auprès du Préfet en Chef, rapprochant ton petit nez sur l'article de journal. Avant ce jour, Eirian ne s'était pas réellement posé de question au sujet des baguettes, mais cela la surprit grandement de savoir qu'elles n'étaient pas si différentes des runes. Par contre, cette fameuse blonde que tu connaissais que de nom, la fillette savait à présent qu'elle était la petite fille du vendeur de baguette au Chemin de Traverse ! Quel héritage fabuleux quand même, ça devait être un honneur pour elle, non ?

En tout cas, la revoilà revigorer comme jamais ; Asao était magique ! Il lui avait redonné de la motivation, de l'espoir, et lui arracha même un petit rire cristallin, honneur qui revenait jusqu'à lors à son corbeau. Le sujet s'y prêtait et, mise en confiance, la jeune Verbena osa se confier à lui d'une petite voix timide :

Ton déguisement est réussi... Je... J'ai... J'ai peur des gens d'ici... Ils ne me ressemblent pas et je ne me sens... pas à ma place...

Eirian tripota nerveusement ses doigts et préféra changer rapidement de sujet ; son regard se posa ainsi sur le ticket à gratter que lui tendait Asao. C'était vraiment gentil à lui. Beaucoup trop ? Il avait déjà bien assez fait en cette nuit pour toi et en plus, il t'offrait son unique ticket de Jack ? La petite Verbena ne voulait pas profiter ingratement de cette gentillesse si rare et se sentit obliger de le remercier. Mais comment ? L'enfant fouilla dans sa besace, écoutant distraitement le brouhaha qu'émanait de ce tête à tête entre deux élèves déguisées. Tu ne comprends pas trop ce qu'il en est question, mais tu ne t’intéresses pas vraiment à l’événement. Non, ce qui importait, c'était de trouver quelque chose à lui offrir et... Ha ! Voilà ! Tu sors toute triomphante tes cinq cartes de chocogrenouilles de Jack et les tend à Asao d'une voix toute étouffée par la timidité :

C'est.. C'est pour toi... Pour te remercier... Merci pour ton aide... je me sens mieux... et... et pour la carte... Je n'aime pas les chocogrenouilles donc... Voilà, je te les offre et acceptes les s'il-te-plait !

Le masque mortuaire ne suffisait plus à cacher les rougeurs sur ses joues bien rondes et Eirian, par gêne, le fourra presque dans les bras de son cadet pour abréger ce moment. Ouf ! Quelle épreuve ! L'enfant se sentait toute flasque maintenant sur sa chaise : trop d'émotions d'un coup ! Tu essayes de te changer les idées en reportant ton attention aux alentours. Les voix des professeurs s'élèvent, d'abord pour avertir que le banquet était victime d'une farce, que si on recevait par ailleurs une farce sous forme de ticket il était préférable de le remettre à un professeur - et c'est parfait ça ! Elle allait enfin pouvoir se débarrasser de ce ticket pot-de-colle - et que la soirée s'ouvrait désormais sur un tournois de... de boules... entre Harry Potter et Lord Voldemort ? Eirian soupira, levant sa tête de cervidé vers Asao et murmura pour lui :

Je ne comprends pas bien vos pratiques de Sorciers... C'est pas comme chez moi... J'ai hâte de rentrer !

Et ce fut dans l'optimisme de retrouver ses proches, passer une bonne soirée entre les rires, les chants, les danses, les tambours, les sacrifices, les prières et le feu sacré, que l'enfant gratta joyeusement le ticket de Jack : qu'allait-il en sortir ? Est-ce qu'Asao porte bonheur ?

826 mots


Between Two Worlds
Winnie Carrow
MEMBRE
hiboux : 610
pictures : EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 Tumblr_inline_pdrtkg1vEf1uzl60b_400

LITTLE BAT
EVENT #3 | PATACITROUILLES - Page 4 Eb35f7bfe2771b91097188d5f871a33c
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Fév - 17:39
égarement familier


Le  contour patriarcal se croquait doucement dans l’échine du myrmidon piou-piou, qui l’effarouchait toujours avec un même allant. Ebauche du paternel Black dans ses confidentes nébuleuses, la couronne houppée d’un ‘ truculent safrané’. Griserie se déployait dans un forban rictus devant une fécondité aussi inénarrable. ‘Poussin’ d’ordinaire rébarbatif se diaprait d’une nuance de condescendance. Black était plus accort ici qu’en cours.  Son préambule dans le théâtre des scurrilités semblait courroucer son mignard mômichon. La trogne roidie dans une geignarde baboue, Edwa semblait chanter pouilles en silence. Exquise. Arquepincer ses badigoinces églantines de ses boursicoteuses paluches n’aurait sûrement pas emmiellé son humeur.

Le lucre dont il pourvoirait le lauréat était diablement appétissant. Bien qu’engageante à l’égard de son cours, s’exempter d’un impératif n’était jamais déplaisant. La carotte qu’il palabrait devant les deux grivetons la gondolait dans un paroxysme d’émulation. Le professeur chuintait comme un serpent. Serpentard dans l’âme ! « Eh bien…Je suis très motivée pour m’épargner un nettoyage intensif de l’infirmerie ! »  Lippe crapuleuse.  

« Pense ‘jaune-poussin’ Edwa.... »  Marmottement. Les crocs rongeaient de cautèle le jeune pouce, s’engageant à épuiser son algarade.
Picorant les préliminaires, Edwa dardait sa première bavboule. Fastueux premier largage. Ses prunelles tortoraient d’insatiabilité sa moutarde belligérante. L’espoir d’une bagatelle gratinée. La suite miroitait déjà d’un branle capiteux.

« Bien joué … Espérons que ce ne soit pas juste la chance du débutant … » gouaillait-elle, toujours dilapidée dans l’écorce du Lord trépassé.

A son tour de passer dans le massicot. Une lorgnade libellule glissait sur son ami Connor. Elle pouvait le deviner emboqué de saisissement. Elle allait immanquablement jouir de ses harangues avant la fin de la sauterie.

S’arrachant finalement de son concerto mental, elle récapitulait sa position de pugilat. Ses phalanges léchaient la croûte de sa baguette avec intention. L’ardeur était égale à celle des matchs de Quidditch. Démangeaison de fléchir l’adversaire.  Féroce compétitrice, malgré tout édulcorée devant le croquignolet loupiot Black. La langue de sa baguette crachait finalement une bavboule en direction de celle d’Edwa. Soif d’une brusque bisette entre les deux bavboules pour déloger l’antagoniste du cercle du milieu. Suspens.  




(c) AMIANTE
Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 396
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Fév - 21:29
Intervention MJLancer de bavboule
Echec | Winnie a manifestement été trop sympathique avec Edwa. En ne jouant pas de toutes ses forces, sa bavboule ne fait que frôler celle de la petite Serpentard mais ne parvient à la chasser. Toutefois, elle n'est pas loin !


Vert = Edwa ; Argent = Winnie

Contenu sponsorisé

Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum