Fleur qui jamais ne fane. (Cissy)
 :: Vivre folles aventures ϟ :: Terres de Feu :: Manoir Malefoy

Camille Nott

Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1207
pictures : Fleur qui jamais ne fane. (Cissy)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Sam 31 Aoû - 18:12
fleur qui jamais ne fane


12 juillet.

Effervescence ambiante.

L’été insufflait déjà d’une étreinte dévorante son animosité. Poudroyait dans l’horizon le chatoiement de la grande impudique. Safre lécheuse qui flattait les carcasses de son brûlant baiser. Cette coquine les emberlucoquait de son clinquant safran. Les vivants. Papelarde tiédeur sous couronne d’or muette mais absolue. Elle les mollifiait d'une fallacieuse intimité.

Lucarnes boutonnées, l'humeur aplanie par l’éloquence estivale, Camille en appréciait sa caresse.  L’aigre morsure du grand froid le saisissait toujours d’une pugnace inclination. L’âcreté s'engourdissait lorsque l’hiver échoyait et laissait Phėbus déverser sa frénésie sur les terres.
Rondelette journée se profilait non seulement par son avenant climat, mais également par le fruit d’un anniversaire particulier.

Fleur qui jamais ne flétrissait. Laps s’étaient grignotés depuis leur dernier tête-à-tête. Le ballottement qui avait remué naguère le monde des sorciers avait, semblait-il, édicté un interstice. Défunte belle-mère, épouse infortunée par une mourante union, l’assiduité de  @Narcissa Black-Malefoy n’avait pourtant jamais été aussi ostensible. Au cœur de ce chienlit, la dragonne seyait avec relief. Les lustres avaient finalement chargé la fleur d’épines, bien qu’il ne doutait pas qu’elle en soit déjà pourvues depuis le berceau de leur accointance. Être vouée, ou serait-il plus congru de dire condamnée, à l'outrecuidant coquelet qu’était @Lucius A. Malefoy accusait à se barder d’un minimum de caractère. ‘quelle mauvaise langue tu fais Camille. Tu ne t’es jamais plaint de ses égards' Le faquin s’était toujours gargarisė d’agacer son aîné. L'asticotage à son exclusive attention avait toujours été le ricochet d’une étroite griserie.

Le pudibond balbutiement du matin s’était épuisé dans l’éclat ėmerillonnė  du plein jour. Midi s’était doucement macéré, le temps de quelques coctions. Les minutes dėgoulinaient dans l’accompli quand seize heures affleuraient dans l’espace-temps. Ainsi s’était-il enlisé à l’esquisse du manoir Malefoy, l’abîme embaumé d’un nuage l’accalmie. L’expectative de jouir de son exclusive présence n’était pas diaphane. Il connaissait l’inclinaison des Malefoy pour les fastueuses vêprées mais affectionnait néanmoins l’idée qu’elle serait seule durant l’intervalle de sa présence. Il ne s’était jamais complu de ces frivolités. Le mésaise qui le rongeait dans la foultitude n’était sûrement pas véniel dans l’histoire.  Une mascarade de prestance frelatait l’évidence dans un boniment convaincant.

Baiser de judas. Le coquin savait maintenant se distiller dans la tripotée.

Les pas s’étaient dénoués sous l’arc écrasant du manoir. Les indigos mesuraient la charpente avec le même saisissement que jadis. Camille appréciait la vėnustė des choses et en jaugeait le moindre détail. Pivoines bondaient la paume droite pendant qu’un bouquin, fardė d’une étoffe lavande, embrassė d’une dentelle blanche, léchait la jumelle. Truffe chatouillėe de fragrances pigmentées. Il affectionnait le parfum du bouquet, sensible aux odeurs. L’ėphèbe qu’il était dans ses jeunes années à Poudlard caressait une tendresse pour Narcissa, Cissy. Contenance froissée. L’inflexion se voulait spontanément naturelle en sa présence.

Tendresse abritée parmi les abîmes.  

La miette d’une accalmie l'inspirait pour une visite.

Les phalanges s'ėcroulaient sourdement contre la boiserie, chevrotante telle une rosière. Sursoit sous le manteau doré, il fructifiait de l’ardeur ambiante. Il ne pleurait finalement pas la capitulation de sa longue redingote pour une simple chemise émeraude, accordée d’une pantalon noir tout en aisance. Loin de lui la fantaisie de fricasser.  Il n’était pas très lardon de toute manière. ‘Ni poulet rôti'

La gorge s’était craquelée sur l’animalcule créature qu’était l’elfe de maison. « Camille Nott demande à voir la maîtresse des lieux, Lady Malefoy » trancha-t-il sans ambages avant les interrogations  bienséantes du crapoussin.

L’elfe le jugeait l’espace d’un laps avant de s'avaler dans la gorge du manoir. L’homme patientait.

(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum