Conseils de potionistes [Lance & Severus]
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Invité

Invité
Mar 1 Jan - 22:50
Lance contempla le sol à travers le trou au fond de son chaudron, avant de vérifier qu’aucun autre dégât n’avait eu lieu. Il avait eu le réflexe d'entourer le chaudron d'un champ de force quelques secondes avant l'explosion, ce qui avait limité la catastrophe. Il n’en était ni à son premier essai, ni à son premier chaudron bousillé. Il soupira, nettoya le plan de travail d'un coup de baguette avant de quitter son laboratoire. Quelques minutes plus tard et deux étages plus haut, il était assis devant son bureau, sa plume en main.

« Cher professeur,

Il s’arrêta, incertain. La dernière fois qu’il avait vu son ancien professeur de potions, c’était à Azkaban. Il ne se souvenait pas comment il s’était adressé à lui. Un court instant de réflexion le fit réaliser que c’était ce qu'il préférait comme formulation.

Je m’excuse de ne pas avoir pris de nouvelles depuis si longtemps, mais j'ai été particulièrement occupé depuis mon retour. Comment allez-vous ? J'ai pu voir que vos interventions publiques avaient beaucoup fait débat dans les journaux ces derniers temps. Faites moi savoir si je peux être d'une quelconque utilité.

Il hésita. Il ne voulait pas se montrer intrusif, mais ne voulait pas non plus donner l’impression d'écrire uniquement par intérêt. Le dernière phrase disparue d'un coup de baguette magique.

Je vous avoue que ma lettre n'est pas désintéressée. J’aimerais solliciter vos conseils quant à la réalisation d’une potion particulièrement délicate. Mes recherches s’étant révélées infructueuses jusque là, je me tourne vers vous. Vous n’êtes pas sans savoir que la santé de ma mère s'est considérablement fragilisée ses dernières années. La potion de Kilmondel lui a été recommandé pour apaiser ses crises, mais malheureusement, elle est difficile à obtenir et son approvisionnement s’avère très aléatoire.

Les ingrédients de cette potion étant basiques, j’ai voulu m'y essayer moi-même. Sans succès pour l’instant. C'est à l'ajout de la poudre de griffe de griffon que la potion devient instable. D’après mes recherches et après vérification, c'est la réaction de cet ingrédient avec le jus de limaces et l'extrait de mandragore qui est particulièrement délicate à maîtriser. Mes livres suggèrent d’avoir une solution parfaitement immobile dans le chaudron avant de saupoudrer la poudre de griffe de griffon. Mais malgré mes meilleurs essais, rien n'y fait.


Il choisit de passer sous silence les nombreux chaudrons explosés et la brûlure qu’il s’était faite à la main.

Si vous avez quelques conseils à cet égard, je vous serais obligé.

Bien à vous,
Lawrence Fawley »


La lettre en main, il monta à la volière et attacha la lettre à la patte de son hibou cendré. Un miam-hibou plus tard – Lance songea que le dressage de cet animal avait été terriblement mal effectué – et ce dernier prit son envol.

Severus Rogue

Severus Rogue
MONSIEUR LE DIRECTEUR
hiboux : 2079
pictures : Conseils de potionistes [Lance & Severus] UQKrvcx
TEATIME is always epic with englishmen | ALWAYS in love with his dear Lily | BOOKS lover | MAGISTER es potionis
Sam 23 Fév - 16:25
CORRESPONDANCE



« Monsieur le Directeur, il y a quelque chose qui dépasse de sous votre bureau ! »

Je hausse un sourcil. L’élève de septième année de Gryffondor convoqué pour sa fâcheuse tendance à défier l’autorité s’y emploie à nouveau, pointant narquoisement une enveloppe de parchemin coincée sous la patte sculptée de mon office. Les vocalises se font sèche et brèves. L’oeil lance des éclairs.

« Ne changez pas de sujet, Stevenson, nous ne sommes pas ici pour parler d’autre chose que de votre comportement ! »

Ce n’est qu’après le départ du jeune homme ayant écopé d’un mois de retenues quotidiennes et le sablier des Rouges et Or bien allégé que je puis enfin me pencher pour arracher la lettre de sa cachette. Une enveloppe intouchée, dormant là depuis Merlin seul sait combien de temps. Grognement d’agacement étouffé, j’ouvre l’enveloppe sans prêter attention aux armoiries du cachet, jette un œil à la date Flûte ! Presque un mois… et parcoure les lignes brièvement jusqu’à trouver le nom de l’expéditeur. Lawrence Fawley. Le coeur se serre à l’idée de l’attente du jeune homme… Qu’a-t-il bien pu penser de cet ancien professeur qui ne daignait lui répondre ? S’en est-il vexé ? S’en est-il trouvé peiné ?

Parchemin et plume s’en trouvent bientôt happés par des doigts fins tandis que le recueil enclosant la recette délicate jaillit hors d’une étagère.

Monsieur Fawley,

Je vous prie, dans un premier temps, de m’excuser de l’affreux délai de réponse dont a souffert votre missive. J’espère que vous aurez l’indulgence de ne pas m’en tenir rigueur ni d’y voir un désaveu de ma part : votre lettre s’était malheureusement perdue dans un tas de courrier. Triviale aventure, s’il en est.

Comment vous portez-vous ? Bien, j’espère ? N’hésitez pas à me faire savoir les difficultés que vous pourriez rencontrer à votre retour dans la vie… civile, disons. Les anciens détenus sont fréquemment confrontés à l’ire populaire et la suspicion générale. J’ai moi-même, souffert d’une réputation exécrable à la fin de la première guerre avant qu’Albus Dumbledore ne m’engage à Poudlard, et je n’ai jamais été incarcéré. Je n’ose imaginer les réactions auxquelles vous pouvez être confronté. Si je puis être de quelque secours, n’hésitez pas.

J’espère que le temps mis à vous répondre n’aura eu aucune répercussion malheureuse sur la santé de votre mère à qui vous pourrez transmettre mon meilleur souvenir par ailleurs.

La potion que vous indiquez est en effet très instable ; si les ingrédients sont simples à trouver, toute sa difficulté réside dans la relative imprévisibilité des réactions en chaîne que peuvent provoquer l’ajout d’un ingrédient aussi délicat que de la griffe de Gryffon. L’agitation du liquide à cette étape de la préparation peut provoquer un choc réactif qui enflamme la solution. Le dictame ajouté à la deuxième étape agit alors comme un explosif ce qui vous éclairera sans doute sur l’état de vos chaudrons infortunés.

Il est, heureusement, possible de stabiliser la solution. Mon premier conseil serait de recourir à des récipients en cuivre. L’oxydation de ce métal au contact de l’essence de dictame permet de rendre cette dernière solution moins volatile, et donc moins facile à faire exploser. Ma seconde recommandation serait d’employer une solution de griffe de gryffon plutôt qu’une poudre. Vous pouvez dissoudre cette dernière dans une huile végétale neutre – tournesol, colza, noix – afin que l’ajout de la griffe de gryffon se fasse plus aisément. L’huile permettra de retarder le moment où le dictame et la griffe de gryffon entreront en contact et l’incorporation se fera plus facilement. Une fois que votre potion a tourné au rouge, après cet ajout, vous pourrez la remuer jusqu’à ce qu’elle devienne transparente et poursuivre les dernières étapes de la potion qui sont moins risquées.

En espérant que cela vous permette d’améliorer vos préparations. N’hésitez pas à me le dire si vous rencontrez quelque difficulté.

Bien à vous,


Severus Rogue,
Magister es potionnis,
Directeur de Poudlard,
Ordre de Merlin, première classe.



661 mots


PUTTING DEATH IN BOTTLE

Invité

Invité
Sam 6 Avr - 1:10
A peine la lettre reçue qu’il s’était rendu dans son laboratoire, dans le sous-sol du Manoir. Après plusieurs essais infructueux, il voulait absolument savoir si la solution proposée par son ancien maître des potions serait efficace. Sinon, il remettrait sérieusement en doute ses talents de potionnistes. Il lui avait à peine fallu une demi-heure pour réaliser la potion. Après tant d’essai, il connaissait la composition, les quantités et les instructions par cœur.

Il ne put s’empêcher de s’exclamer lorsqu’il constata la couleur parfaitement transparente la potion, ce qui alerta son elfe de maison, qui toqua à la porte – il avait interdiction de se matérialiser dans le labo, c’était beaucoup trop dangereux. Après avoir rassuré son elfe, il laissa la potion sur un feu doux, avant de remonter dans son bureau pour répondre.

« Cher professeur,

Merci de prendre le temps de me répondre. Je me suis douté que vous seriez très occupé, j’imagine que chaque rentrée amène son lot de travail et de problèmes. Le poste de directeur, quoique prestigieux, ne doit pas être de tout repos. Ne vous inquiétez pas, la santé de ma mère n'a pas été affectée. Elle m’a d’ailleurs demandé de vous remercier de sa part.

Merci pour vos conseils avisés ! Je dois bien avouer que la solution de griffe de griffon est une idée particulièrement élégante, à laquelle je n’avais absolument pas pensé. A l’heure où j’écris cette lettre, ma potion est en train de finir de mijoter mais elle est aussi claire que de l’eau de roche, ce qui est un bon indicateur. Après plusieurs échecs successifs, je ne suis pas mécontent d’avoir réussi.

Pour ma part, je vous avouerais que le retour à la vie normale n’est pas aussi simple que je l’avais espéré. Je dois bien avouer que j’évite volontairement les situations où je pourrais être confronté à des comportement hostiles. C’est sans doute la raison pour laquelle je n’ai pas eu trop de problèmes. Comme si les gens semblaient avoir tout oublié des années sombres. Je ne peux pas dire que je sois étonné. J’ai l’impression que notre société a plus évolué dans ces cinq dernières années que depuis un siècle. Je sais qu’il est normal d’avoir besoin de temps pour s’adapter, mais je ne suis plus certain de rien.

L’avantage, c’est que je ne m’ennuie pas. La santé de ma mère, quoique stable, fort heureusement, l’a empêchée de s’occuper de beaucoup de choses. J’essaye donc de mettre à la page, particulièrement en ce qui concerne l’héritage de mon père. Certaines choses ont été particulièrement négligées ces dernières années. La majorité des problèmes urgents ont soit été résolu, soit en cours de résolution. Il reste maintenant tout le reste. Le plus important pour l’instant, c’est le Manoir qui fait toujours bonne figure, mais il a besoin de rénovations importantes.

En parallèle, j’occupe le peu de temps qu’il me reste à concocter des potions sur commande. Je vous offrirais bien mes services, mais je doute que vous en ayez l’utilité. Sans compter qu’il ne manque pas de bras à Poudlard pour faire des potions.

Si vous passez non loin du manoir Fawley, un jour, n’hésitez pas à vous inviter boire le thé. Il me ferait plaisir de vous voir.

Bien à vous,
Lawrence Fawley »


Regardant l’horloge au mur, il constata qu’il avait juste le temps de confier la lettre à un hibou avant de redescendre au labo pour finaliser la potion. Il attacha la missive à la patte du faucon pèlerin de sa mère – qui répondait au nom de Finist – avant de lui ouvrir la fenêtre.

Severus Rogue

Severus Rogue
MONSIEUR LE DIRECTEUR
hiboux : 2079
pictures : Conseils de potionistes [Lance & Severus] UQKrvcx
TEATIME is always epic with englishmen | ALWAYS in love with his dear Lily | BOOKS lover | MAGISTER es potionis
Mar 25 Juin - 11:48
CORRESPONDANCE



Les doigts triturent le pli avec embarras. Une fois encore j’ai oublié de répondre à Lawrence. Peut-être parce qu’il est difficile de trouver quoi répondre à quelqu’un qui traverse les mêmes difficultés de retour à la vie civile que moi. Que nous tous. J’ai bien vu comment se débrouillent Bianca, comment je me débrouille moi-même. La guerre a laissé sur nos avant-bras les conséquences dramatiques de nos choix. Certains l’ont voulu, sincèrement voulu. Je ne puis m’en prendre qu’à moi-même. D’autres ont été sommés par le destin de prendre position. C’est le cas de Lawrence. Ce sont eux qui ont purgé des peines, laissant sur leur corps une nouvelle marque. Leur numéro de prisonnier à Azkaban. Une nouvelle injure gravée dans les chairs, les empêchant de trouver un travail et d’accéder à la respectabilité à laquelle ils aspirent.

Si ce destin est mérité pour certain, d’autres ont été faits victimes des circonstances. Que leur répondre à eux alors que je m’apprête à recevoir Granger pour je ne sais quel caprice de bon matin ? Que répondre à ceux qui comme Lawrence sont condamnés avant même d’avoir pu ouvrir la bouche. Condamnation du nom, d’une image. Soupir de lassitude se fraie chemin d’entre le labre.

La plume est empoignée.

« Monsieur Fawley,

Je suis heureux que vous ayez pu vous débattre avec votre potion et vous souhaite bon courage pour vous occuper de l’héritage de votre père et des affaires familiales. Ce sont, souvent, des points particulièrement délicats. Je ne puis sans doute pas vous être d’une aide quelconque à ce propos, ni en matière de conseils juridique ni à propos de restauration de bâtiment, mais si d’aventure vous deviez requérir mes services ou conseils pour quoi que ce soit, faites-le moi savoir.

Notre monde évolue beaucoup, en effet. C’est inévitable, je le crains. Avec une nouvelle génération viennent de nouvelles idées, et celles-ci peuvent s’inviter dans les arcanes du pouvoir comme ce fut le cas lors de l’élection de Monsieur Potter au rang de Ministre. Le temps seul nous dira si ce fut une bonne ou mauvaise chose.

Je serais ravi de passer vous rendre visite. Sachez que l’invitation est réciproque : vous pouvez venir me visiter à Poudlard ou à Londres lorsque cela vous agrée. Il se trouve que je poursuis en ce moment-même quelques expérimentations personnelles en matière de potions, peut-être cela vous plairait-il d’en discuter à l’occasion ? Je ne puis malheureusement écrire beaucoup à ce sujet : mes recherches demeurent pour le moment inédites et la guerre m’aura au moins laissé la crainte de voir mon courrier intercepté. Si cela vous intéresse, nous pourrions nous retrouver sur le Chemin de Traverse à votre convenance.

Avec mes salutations distinguées,
Severus Rogue
Magister es potionnis,
Directeur de Poudlard,
Ordre de Merlin, première classe.



Idée folle que d’associer le jeune Fawley à ces dangereuses expérimentations. Et pourtant… L’idée se fait obsédante. Quelqu’un pour reprendre le flambeau peut-être ? Il faudrait mener plus avant l’enquête avant de se prononcer. Décision ne peut être, ne doit être prise à la hâte.

Et le pli de se sceller avant d’être porté vers son destinataire par un hibou de l’école.


504 mots


PUTTING DEATH IN BOTTLE

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum