anipassion.com

Pendaison de crémaillère (Livia & Orion & Alys)
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Invité

Invité
Dim 13 Jan - 22:34
Et même dans le passage secret qui reliait Honeydukes au château, il y avait le crâne qui lui adressait son plus beau rictus. Alors, elle s'arrêta pour le contempler, ne demandant même pas aux deux lurons qui la suivaient s'ils le voyaient. Elle se contenta donc de saluer la tête de squelette d'un signe de la main avant de faire signe à ses amis de rester silencieux. Elle même était en train de glousser. Ils en étaient à combien de verres déjà ? Elle avait arrêté de compter assez vite, trop occupée à vider le stock de chocogrenouilles de Livia avant d'avoir eu l'idée lumineuse de proposer de finir la soirée dans son tout nouvel appart de fonction. Après tout, elle avait eu le poste grâce à Orion, il avait le droit à une visite guidée ! D'ailleurs, autant commencer maintenant. "Alors là, c'est une statue de sorcière... Qui est borgne..." Puis qui avait un crâne dans la main, mais ça, fallait pas le préciser, hein Alys ? Au fond, cela ne l'étonnait même pas de voir ce genre de chose. Elle était abonnée depuis gosse aux trucs qu'elle seule semblait remarquer. Ainsi qu'aux remarques désobligeantes qui advenaient lorsqu'elle en parlait. Quoiqu'avec Livia et Orion, il n'y avait pas trop de risque, surtout maintenant qu'ils avaient bu. Elle leur adressa un sourire éclatant pendant qu'une partie de son cerveau se marrer quant à la suite du programme. Des milliers de marches à monter pour atteindre le haut de sa tour attitrée. Si Alys avait de l'entraînement en gravissement d'escaliers, eux en avaient certainement nettement moins.

Cela avait commencé plutôt tôt, leurs petites retrouvailles entre poufsouffles désormais diplômés depuis quelques années. Quasi dés la fin des horaires de boulot en réalité. A peine le dernier élève avait quitté la salle de divination que la rouquine avait endossé sa cape et déserté le château pour Honeydukes retrouver Livia qui n'avait pas perdu l'habitude de pourvoir la rouquine en bonbons et, par la même occasion, d'acheter son amitié éternelle. Orion les avait rejointes. Il s'était assis à côté du crâne, ce qui avait fait tiquer Alys : fallait-il y voir un funeste présage ? Peut-être. Puis la soirée avait suivi son cours. Ils avaient parlé, ils avaient mangé, ils avaient bu en trinquant au nouveau travail d'Alys. Il y avait de l'ascension sociale non négligeable après tout : de diseuse de bonne aventure pour pas dire chômeuse à professeure. Et c'était bien dommage pour les élèves. Quoiqu'elle remplaçait Trelawney et Trelawney, la rousse ne l'avait jamais aimée. De toute façon, si troisième œil la folle avait eu, il était crevé.

Puis maintenant, ils étaient là, à zigzaguer dans les couloirs de Poudlard. Alys tenait ses chaussures dans une main, une bouteille entamée dans l'autre et priait pour ne rencontrer aucun élève. Ni aucun prof. Et surtout pas Rogue. Ce serait retour à la case départ aka les petits boulots nuls si le manitou chauve-souriesque venait à leur tomber dessus. Elle pressa le pas, se fiant uniquement à son instinct pour retrouver le chemin. C'était facile dans le fond, suffisait de grimper. Puis après, c'était la porte non-verrouillée du couloir. Elle oubliait bien trop souvent ses clefs ou même sa baguette pour se donner la peine de fermer en partant. Elle testa deux ou trois clenches avant de trouver celle menant à ses quartiers. Elle ouvrit la porte en grand, fit signe à ses amis de rentrer. Le crâne était déjà installé sur la table basse, à côté de ses cartes de tarot éparpillées. Ce n'était ni vraiment en désordre, ni vraiment rangé. Enfin, il fallait quand même éviter de se prendre les pieds dans la cape qui traînait juste devant la porte. Habituée aux obstacles de ce genre, Alys l'enjamba d'un pas léger avant d'ouvrir un buffet duquel elle sortit une bouteille de tequila tout droit venue du Mexique et quatre verres. Peut-être que son crâne de compagnie avait soif après tout.
Orion Fleury
MEMBRE
hiboux : 413
pictures : Pendaison de crémaillère (Livia & Orion & Alys) Tumblr_p4ken0PLur1sx1fcmo2_400
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Jan - 23:14




Un verre, deux verres, trois verres. Orion a arrêté de compter entre cinq et dix. Ils ont fait des mélanges. Pas intentionnellement comme les adolescents, mais dans leur bonne volonté de faire de nouvelles expériences gustatives. Le repas qu’ils ont mangé et dont il est incapable de se souvenir lui ont permis de tenir le choc. Il doit aussi avouer avoir, disons, une certaine endurance en matière de boisson. Cela pourrait faire partie des pré requis pour être briseur de sorts. Quoi de mieux que de glaner des informations dans un bar ? Il faut par ailleurs bien goûter aux boissons du cru, pour faire honneur à la culture locale. On lui a déjà dit qu’il tenait l’alcool comme un marin, ce qui ne doit pas être un compliment, à moins que ses interlocuteurs aient lu Martin Eden ou les aventures du capitaine Nemo.

Il faut dire qu’Orion grisé par l’alcool présente peu de ressemblances avec Orion dans son état normal. Est-il bavard ? Passe-t-il d’un état émotionnel extrême à l’autre ? Semble-t-il heureux ? Est-il tactile avec ses proches ? En dehors de ses joues rosies, effet qui peut s’obtenir en l’exposant au soleil, la différence n’est pas flagrante.

Une légère odeur d’alcool, peut-être, d’accord.

Le sourire éclatant d’Alys tanguait un peu, ou c’était lui qui n’avait pas le pied marin. Pied marin, tenir l’alcool comme un marin … Il aurait aimé partager ce trait d’humour mais il aurait fallu décortiquer toute la genèse de cette brillante trouvaille, et l’enthousiasme de ses contemporains serait vite retombé. Il doutait que Livia ou Alys soit emballée. Quoi qu’ils étaient bien heureux. Même la demi glissade dans le souterrain n’avait pas ébranlé leur enthousiasme, mais le sorcier comprenait très bien qu’elles en aient profité pour renoncer à leurs chaussures à talons hauts. Pour sa part, privilège masculin, il ne devait perdre l’équilibre que par sa faute. Puisqu’Alys trottait comme un cabri – et non, il ne formulerait pas cette comparaison à voix haute – Orion décida d’offrir son bras à Livia. Une excellente raison de ne pas être prof d’astronomie ou de divination à Poudlard, le logement de fonction était un peu excentré. La vue devait y être superbe, et c’était en demandant avec insistance à la vérifier qu’il avait obtenu qu’ils se rendent au château.

Il était content comme un gosse, mourant d’envie de courir dans les couloirs, glisser sur la rampe des escaliers et piquer de la nourriture en cuisines. Il se comportait comme un adulte. Il faisait le moins de bruit possible. Ca aurait été dommage qu’Alys se fasse renvoyer. Il y avait des périodes d’essai dans les contrats des professeurs ? Il était sorti avec une avocate une fois. Il n’avait pas compris la moitié des concepts qu’elle utilisait au quotidien, mais celui-là, il le comprenait à peu près. Aucune envie que Rogue débarque. Si Alys était dans ses appartements en revanche, fait de la vie privée, hop, pas vu pas pris ou alors vu mais pas pris.

« Alys bon sang, tu pourrais fermer ta porte. Avec un Alo ... aloha ... amolohora, d’accord, c’est pas follement efficace mais quand même. J’sais pas, moi, on pourrait te piquer … Ta couverture ? » Il avait commencé par formuler un reproche et s’arrêtait sur une question. Cette couverture lui était très, très familière. Où avait-il vu un objet semblable ? Il haussa les épaules et alla s’asseoir, c’était si gentiment proposé. « T’as invité le Moine Gras ? Pourquoi tu sors quatre verres ? »







To dream the impossible dream
To fight the unbeatable foe ; to bear with unbearable sorrow ; to run where the brave dare not go ; to right the unrightable wrong ; to love pure and chaste from afar ; to try when your arms are too weary ; to reach the unreachable star

Invité

Invité
Mer 6 Fév - 16:46
PENDAISON DE CRÉMAILLÈRE
ALYS & ORION & LIVIA

« Champagne, cocaine, gasoline And most things in between I roam the city in a shopping cart A pack of camels and a smoke alarm»


Toi qui pensais passer une simple soirée entre amis d’enfance à parler, manger et rigoler du bon vieux temps. Te voilà déambulant dans les couloirs de Poudlard totalement ivre, tout comme tes compagnons de soirée. Comment en êtes-vous arrivez là ? Comment en êtes-vous arrivé là ? Mais très vite, les verres se sont enchaînés. Un, puis deux, puis tu ne sais même plus toi-même combien tu en as bu. Mais, sûrement moins que tes amis. Car tu n’es pas très endurante avec l’alcool et si tu avais suivi leur rythme, tu serais déjà six pieds sous terre. Tu remercies Merlin que Newt ne te voit pas dans cet état. Ce dernier te ferait sûrement un serment digne d’un père qui engueule son ado. Il oublie parfois qu’il est simplement ton frère… Ni plus, ni moins.

Le passage de la sorcière borgne est un passage direct pour rejoindre Poudlard, et tu l’as souvent emprunté avec ton frère plus jeune avant de condamné l’accès de ta boutique. Mais ce soir, afin de fêter la promotion de ton amie, tu as décidé de leur montrer ce petit secret. Tu avais même eu du mal à te souvenir du sort qui protégé l’accès, ta mémoire étant grisée par le trop-plein d’alcool. Mais après plusieurs tentatives infructueuses, ponctué par tes rires, tu as finalement retrouvé ce fichu sortilège.

Voilà pourquoi tu suis alors tes amis à travers les couloirs, tout en marchant aussi droit qu’eux. Tu gloussais comme une débile, ce que tu étouffais sous ta main pour éviter d’attirer Rogue ou un des nombreux fantômes du château. Tu ne distinguais pas grand-chose, simplement qu’Alys n’était pas du genre prudente, car elle ne fermait pas sa porte d’appartement à clef. Ce qu’Orion ne manque pas de lui faire remarquer.

« Alys bon sang, tu pourrais fermer ta porte. Avec un Alo ... aloha ... amolohora, d’accord, c’est pas follement efficace mais quand même. J’sais pas, moi, on pourrait te piquer … Ta couverture ? »
« Orion a raisoaaaaaaaaaaaah »

BOUM, sans comprendre comment tu te retrouves à embrasser le sol. Ce qui provoque un énorme fou rire de ta part. Tu mets bien dix minutes à t’en remettre avant de te relever avec une certaine difficulté du à l’alcool. Alys n’est pas du genre à ranger, et tu le constates à tes dépens. Tu remarques alors le nombre de verres sur la table, du moins, tu penses voir huit verres, ta vue étant troublée par l’alcool ou par ta chute ? Tu ne serais dire.

« T’as invité le Moine Gras ? Pourquoi tu sors quatre verres ? »
« Oh cool ! Une fête ? C’est qui qui vient ? » Dis-tu innocemment en prenant place à ton tour au côté d’Orion, toute joyeuse en sortant un gros sac de friandise de ton petit sac. Merci les sorts d’extension. « Regardez ce que j’ai pris avant de partir ! Une fête sans bonbons, ce n'est pas une vraie fête ! »
(c) DΛNDELION

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum