Souviens-toi que le Temps est un joueur avide... [ft Lemony Anderson]
 :: Vivre folles aventures ϟ :: Domaine de Poudlard :: Bureaux et quartiers des professeurs

Regulus Black

Regulus Black
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 721
pictures : Souviens-toi que le Temps est un joueur avide... [ft Lemony Anderson] Tumblr_pu25h00PqW1xy9vvgo2_500
Mar 3 Déc - 16:10

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide...

Memento...

" Cher Professeur Anderson,

Jusqu’à présent, nous ne nous sommes croisés qu’au cours des repas dans la Grande Salle, sans jamais avoir eu l’occasion de discuter ensemble. Pour être franc, je crains de ne pas être tout à fait le genre de personne avec qui vous aimeriez vous lier d’amitié, et ne vous cacherais pas faire partie d’une de ces familles au Sang Pur que vous abhorrez habituellement. De mon côté, j’ai beaucoup de mal avec les moldus et leur monde, et je n’ai jamais cherché à m’approcher d’eux d’une quelconque manière. Votre matière ne m’inspire d’ordinaire qu’un profond ennui. Vous me direz que c’est bien dommage. Je vous répondrai : c’est ainsi.

Toutefois, saurons-nous, l’un comme l’autre, laisser de côté nos préjugés pour mettre en commun nos qualités ?

Je vous invite à vous joindre à l’étude d’un objet fort singulier qui s’est retrouvé par le plus grand hasard en ma possession. J’ai, certes, de grandes connaissances magiques, mais je pense bénéfique une approche nouvelle, différente de la mienne, pour étudier l’artefact. Et à ma connaissance, vous êtes quelqu’un à la vision fondamentalement différente de la mienne. Votre approche du monde moldu, ainsi que votre connaissance avancée de leurs sciences ou de leurs croyances, pourraient potentiellement aider à la compréhension de l’usage… de cet objet précis.
Je ne doute pas que cette expérience que je vous propose saura vous enrichir, tout comme elle m’enrichira. Moi, en sortant des sentiers battus et en me confrontant à une vision moins… « old school » de la magie. Vous, en étudiant l’un de ces mystères de la magie comme vous aurez rarement l’occasion d’en rencontrer. Je suppose que vous saurez trouver un parallèle intéressant avec les sciences moldus, que vous érigerez peut être en exemple dans un de vos cours.

Je ne puis vous affirmer que cette invitation sera sans danger. Même si l’artefact semble très familier pour peu que l’on connaisse son usage, il est évident qu’il a été détourné pour d’obscures raisons. J’ignore tout de sa fabrication, du but recherché, des effets que son fonctionnement pourrait causer.
Je comprendrais que vous puissiez refuser, peu enclin à vous frotter au mystère, aux spéculations, aux jeux du hasard, au danger et à la chance. A l’échec, peut être aussi. Dans le cas contraire, je serais très honoré qu’un esprit brillant (certaines personnes m’ont vanté votre remarquable esprit d’analyse) puisse se joindre à moi pour résoudre une énigme.

Si le projet vous intéresse, je vous invite ce soir après le couvre-feu dans mon bureau. Je ne pense pas me tromper en vous affirmant que l’objet en question est intimement lié au Temps. Si vous souhaitez réunir toute la documentation que vous estimez pertinents sur le sujet avant de venir, j’espère ne pas vous prendre trop de court.

A bientôt peut être,

cordialement,

Professeur Regulus Black.
 »



Une lettre très formelle.
Que pouvait-il écrire d’autre pour une requête auprès d’une personne qu’il ne côtoyait que très rarement, et dont il ne se sentait pas proche du tout ? Une personne diamétralement différente de lui, à la mentalité très opposée à la sienne. Ils ne viennent pas du même monde et cette différence est d’une évidence glaçante.
Il fait froid. Très froid. Regulus grelotte malgré le feu qui ronronne allègrement dans l’âtre de la cheminée et une bonne tasse de thé entre les mains. Quelle bonne trouvaille que ces tasses incassables à conservation de chaleur, aux armoiries de Serpentard* ! Mais cela ne semble pas suffisant pour réchauffer sa pauvre carcasse. Avec le froid, ses vieilles cicatrices le picotent dans tous le corps. Ses fautes passées se rappellent régulièrement à lui dès qu’il fait un peu trop froid ou humide.
La lampé de thé se diffuse agréablement dans sa gorge et son ventre et le réchauffe un peu. L’hiver est une saison morte. Où le monde semble s’arrêter dès que les premiers flocons de neige tapissent le sol gelé. Le frisson qui le transperce soudain lui rappelle que c’est aussi la période où Morrigan fauche les vies des plus faibles qui sont incapables de survivre à la rudesse de ces mois de froidures et de ténèbres.
Une époque idéale pour les travaux d’un Nécromancien.

Avec son arrivée à Poudlard, jouant les enseignants consciencieux, il a laissé de côté ses études sur le sujet. L’aversion de sa fille pour cette matière n’a pas aidé à lui faire reprendre le chemin de son laboratoire. Pourtant, le présent du mystérieux panier aux cadeaux a ravivé sa soif de connaissance, son besoin de se plonger dans les limbes les plus inquiétantes du monde de la magie.

Quelle sera la réaction de @Lemony Anderson lorsqu’il lira la lettre ? Quelle décision sera la sienne ?
L’heure tourne, l’échéance approche. Il a demandé aux elfes de maison de lui préparer un repas léger pour consommer directement dans son bureau. Regulus ne sent pas capable de se sustenter en compagnie des autres professeurs. Le Retourneur de Temps brisé hante son esprit. Il a hâte de l’analyser sous toutes les coutures, d’en comprendre la raison d’être, son fonctionnement.
L’objet repose dans un coffret soigneusement fermé à clé et protégé par des sortilèges depuis qu’il a échoué entre ses mains. Il s’est laissé un temps de réflexion : l’étudier seul, ou s’adjoindre les connaissances d’une tierce personne ? Il ne souhaitait pas mêler sa famille à ça, dans le cas où ça tournerait mal. Alors, il avait observé ses collègues.
Demander l’aide de @Severus Rogue s’est révélé être très tentant. Très versé dans les arts obscures, son point de vue aurait certainement été très intéressant. Mais le directeur de l’école a déjà de trop nombreuses préoccupations pour s’encombrer en plus de ce genre de divertissement. Les têtes défilent sans discontinuer dans son bureau, impossible d'ignorer qu’il est très occupé dernièrement.
@Camille Nott ? Sa candidature a chatouillé son esprit. Mais avec les rumeurs qui courent dernièrement à son sujet… le professeur d’arts obscurs aurait été parfait dans le rôle si sa nature ne rendait pas certaines de ses aptitudes incertaines.
Et puis… son regard est tombé sur le professeur de sciences moldues. Peut être le pire candidat pour participer à son étude. Comment quelqu’un qui apprenait à des enfants à jouer les parfaits moldus pouvait l’aider ? Regulus a détourné le regard et a soupiré en se demandant vers qui se tourner.
Finalement, avec du recul, Regulus s’interroge sur la pertinence des compétences de son collègues. Et si pour une fois, recruter quelqu’un aussi peu susceptible d’abonder dans son sens n’allait pas lui permettre d’avancer plus sûrement ? Leurs sujets sur lesquels ils seraient d’accord formeraient des certitudes sur lesquelles ils pourraient se reposer. Et probablement que cet amoureux des moldus énonceraient des hypothèses novatrices et éclairantes.

Aaaah ! Si sa mère était encore en vie et pouvait lire dans son esprit et dénouer les fils de ses doutes qui s’entremêlent, elle pâlirait d’indignation et ronchonnerait sur la bêtise de ses fils. Et il préfère ne pas songer à ce qu’en dirait @Narcissa Black-Malefoy. Plus ça vient, plus sa cousine plonge dans les extrêmes.
Un sourire sarcastique se dessine sur son visage. Il se pourrait que Sirius ne reconnaisse pas son jeune frère dans l’actuel professeur de potions. Parfois, Regulus ne se reconnaît pas lui-même. Son expérience dans les abysses glacées, lacéré dans sa chair par les griffes des Inferi, l’avait changé, transformé, avait fait de lui quelqu’un d’autre. Et la famille qu’il avait construit avait achevé sa métamorphose.

Allez, les dés sont jetées.
Anderson viendra, ou ne viendra pas. Et quoiqu’il décide, Regulus compte bien étudier ce fascinant artefact. Ses yeux se posent sur le coffret. L’impatience le gagne. Quel est donc ce poème moldu qu’il a lu récemment et qui semble approprié pour les circonstances ? Ah oui !



Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,
Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.
Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !
Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !
Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.
Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !  »

Charles Baudelaire, Les fleurs du mal


1511 mots
* usage d'un objet de l'inventaire

DEV NERD GIRL

Lemony Anderson

Lemony Anderson
MEMBRE
hiboux : 281
pictures : Souviens-toi que le Temps est un joueur avide... [ft Lemony Anderson] PaleEmotionalFox-small
Dim 19 Jan - 16:45

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Une lettre. En l’ouvrant et en remarquant qu’elle était signée par Regulus Black, un collègue, je n’ai pas pu m’empêcher de lever un sourcil circonspect. Que quelqu’un qui me croise tous les jours aux repas puisse faire le choix étrange de me contacter ma lettre, c’est pour le moins original. Et à dire vrai, je l’avais d’abord prise pour une lettre d’insultes, il m’a fallu un instant pour retrouver mon envie de la parcourir après le premier paragraphe. Votre matière ne m’inspire d’ordinaire qu’un profond ennui. Je ne trouve pas ça dommage, je trouve ça stupide. Rejeter en bloc les sciences, domaines particulièrement vaste, refuser la curiosité et la connaissance, quand on est professeur, ça m’a semblé un peu gros. Et puis aussi, je n’ai pas aimé ce procès d’intention qu’il me faisait – comme pour se dédouaner de son propre mépris. Je n’abhorre pas les sang purs, je juge les discours, les prises de positions et les actes. Ce serait idiot en fait, ce serait me rabaisser au niveau d'une Narcissa Malefoy de condamner les gens pour leur simple naissance. Il y a des sang mêlés parfaitement méprisable, et des sang purs tout à fait curieux et capable de s’ouvrir malgré leur éducation. Cela n'a rien à voir avec son nom ou sa famille, c'est son approche qui est problématique, méprisante et stupide. Non, vraiment, arrivé à sa question rhétorique Toutefois, saurons-nous, l’un comme l’autre, laisser de côté nos préjugés pour mettre en commun nos qualités ? j’ai bien failli foutre sa lettre au feu pour de bon. Ses préjugés, pas les miens, merci bien. Ma curiosité l’a cependant emporté sur mon agacement, et j’ai parcouru la suite de son écrit les yeux de plus en plus ronds. Quelle curieuse façon de demander de l’aide. Et puis, vraiment, son ton. Me permettre de faire une expérience à ériger en exemple dans mon cours ? Vraiment ? Mais quel genre de mépris cet homme peut-il avoir pour moi ?

Je comprendrais que vous puissiez refuser, peu enclin à vous frotter au mystère, aux spéculations, aux jeux du hasard, au danger et à la chance. A l’échec, peut être aussi.
C’est à ce moment là, exactement, que j’ai compris que Regulus Black était un idiot qui ne comprenait rien de rien aux sciences. Mais comment diable mènent-ils leurs expériences les sorciers ? Persuadés que cela va fonctionner, plein de biais de pensées liées à leur expérience personnelle ? Il m’a toujours semblé moi, que faire des recherches c’était échouer mille fois pour réussir une, et encore pour tomber sur un résultat qu’on avait pas forcément attendu. Et enfin, le rendez-vous ce soir, sans plus de temps pour se préparer… Je crois que je me suis décidé à me rendre dans son bureau et à travailler avec lui uniquement pour lui démontrer sa propre bêtise, ses erreurs de jugement et son manque total de préparation. C’est dans ce genre de situations que je suis ravi d’avoir fait l’achat d’une liseuse de sorcier me donnant accès à l’ensemble de ma bibliothèque chez mon père.

A l’heure dite, c’est avec mon ordinateur ensorcelé, les écrits d’Einstein, de Kant, d’Ernst Mach, de  Lorentz, de Noether, de Lagrange, de Minkowski, de Newton, et de Planck sous le coude que je frappe à sa porte. J’ai préféré prévoir très large, Einstein suffit sans doute dans la plupart des cas, surtout compte tenu la façon dont les sorciers envisagent l’écoulement du temps, encore qu’il est toujours bon d’avoir le théorème de Noether et un rappel des unités de Planck sous la main. On est jamais trop préparés, et sa proposition restait assez cryptique. Je me demande quand même pourquoi moi, en dehors du compliment sur mon esprit analytique je veux dire, il m’a semblé dans sa lettre que je devais bien être la dernière personne à laquelle il aurait pu penser. Est-ce que tout le monde a refusé ? Est-ce qu’il y a vraiment une volonté d’écarter certains biais en envisageant un candidat à l’approche différente ? Est-ce que c’est une tentative de me rabaisser en tant que sorcier ? Je ne sais pas, cette dernière option me fait un peu peur j’avoue. Je suis tellement perdu dans mes pensées que je ne suis pas certain qu’il m’ait bien invité à entrer quand j’ouvre la porte. « Bonsoir Regulus. » Je lui adresse un sourire poli, sans être particulièrement enthousiaste. Faut-il faire la conversation ici ? Comment vous portez-vous, vous n'étiez pas à table ce soir, avez-vous conscience de combien votre lettre était idiote et que mes appartements sont assez proches des vôtres pour me faire ce genre de proposition en face à face ? Ah, Lemony, ne sois pas si agressif tout de suite. « Quelle curieuse invitation vous m’avez fait, vous savez titillé la curiosité et les nerfs des gens dans une alchimie surprenante cher collègue. Enfin, je suis là. » On repassera pour l'absence d'agressivité je suppose. Je jette un regard alentour, c’est toujours instructif d’entrer dans les appartements de quelqu’un. Et si sa lettre a raison sur un point, c’est que nous ne nous connaissons pas tous les deux. « Bien, avant toute chose, quel genre d’artefact voulez vous étudier et surtout, surtout, à quel point êtes-vous familier avec la notion de sérendipité et la théorie de la relativité ? »

Code by FRIMELDA



   



   Nam et ipsa scienta potestas est
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum