Bravades {Moira}
 :: Vivre folles aventures ϟ :: Correspondances

Lucius A. Malefoy

Lucius A. Malefoy
Crinière enchanteresse
hiboux : 547
pictures : Bravades {Moira} Giphy
Sam 9 Nov - 11:21


IRRÉVÉRENCES
« Epistolaires échanges se font filin d'acier soutenant les mouvements désordonnés, convulsifs, erratiques d'un danseur dans les nuages. Marionnette en représentation, l'orchestrateur rit des agissements de son pantin. Qui tient la croix, qui se récrie au bout du fil ? »

Novembre. Décembre. Janvier. Les jours se sont étiolés dans une obsédante langueur. Les réjouissances hivernales s’en sont allées. Yule a été, cette année, une affaire discrète, loin des siens où le fuyard n’était, de toute façon, pas bienvenu. Recueil dans les cavités d’un village de pêcheurs. Prêcheurs cacochymes ont éructé leurs sermons. Et la petite église catholique a vu, côte à côte, le renégat et la vieille Abaigh assis au dernier rang d’une chapelle de village désespérément vide. Dans l’assemblée, quelques pécheurs ramenant dans leurs filets vices et vicissitudes du quotidien. Quelques vois pour célébrer de vieux chants de Noël. Une prière jetée à la confesse. Le père a écouté avec horreur le fils confesser ses crimes. Et lorsqu’il voulut appeler son diocèse, Lucius Abraxas Malefoy, ennemi publique numéro un du monde de la magie avait déjà disparu, laissant un prêtre dans son officine au bord de l’apoplexie. Léger, l’homme l’est plus qu’il ne l’a été au cours de longues années. C’est pourquoi il a pris la plume à son retour à Poudlard. Neuf janvier. L’anniversaire de Severus, tiens. Papier à lettres est soigneusement sélectionné. Indice. L’entête du Ministre Potter brille de mille feux. Il a du goût, le petiot.

« Chère Madame Oaks,

J’ose espérer que mon long silence ne vous aura importunée. Il m’a semblé que vous seriez sans nulle doute fort occupée avec l’inculpation de ce cher Lestrange, les funérailles de Johnson et la mise à pied de ce pauvre Fjalarsson. Comment va-t-il, d’ailleurs ? Je me souviens l’avoir vu en fort mauvaise posture. Notez toutefois qu’il semblait bien rétabli lorsqu’il s’est aventuré, invité par Garrick Ollivander, à la dernière soirée donnée par mon épouse. Il paraît qu’il a fait fort impression sur les plus conservateurs des aristocrates entourant ma dulcinée. Vous n’êtes pas obligée de me croire sur parole, bien sur, mais sa présence à vos côtés ces jours-ci devrait achever de vous convaincre que malgré ses tentatives pourtant fort pleines de fiel, il a réussi à ne pas tout à fait vexer les mauvaises personnes, assurant de ce fait sa survie pour encore quelques temps. Futé Viking. Comment va notre cher directeur du département de la Justice ? J’avoue être fort marri qu’il n’ait pu tromper Lestrange et s’en soit retrouvé si grièvement blessé. J’aurais voulu le prévenir que les boutons de manchette étaient une fort mauvaise idée, mais je n’aurais pu le faire sans me trahir tout à fait, et je n’étais, après tout, pas certain que Lestrange les remarquerait. Pour ce que valent les mots d’un renégat, je suis bien désolé que Shaklebolt ait été découvert : il fait partie des quelques rares représentants du Ministère a toujours avoir su conserver mon respect.

J’ose espérer, aussi, que ce cher Gythe a retrouvé de son allant après son petit somme et n’aura pas été inquiété par mes menues actions. J’entends bien que l’eviscere est parfaitement illégal, mais reconnaissez tout de même qu’il a radicalement contribué à abréger les pertes dans votre camp. Je ne doute pas que les aurors que vous ayez envoyé sur le champ de bataille fussent parfaitement entraînés, mais vous savez ce qu’il se dit dans la vieille sagesse populaire : un chien aux abois est toujours plus dangereux.

Il me semble donc, mais je vous en laisse seule juge, que ma part de notre accord ait été accomplie. Vous n’en aimez peut-être pas grandement les modalités, mais enfin, que pouvait-on attendre d’autre d’un criminel ? Par ailleurs, vous remarquerez que Lestrange est toujours en vie, ce qui permettra à la Justice aveugle de frapper son côté d’une sentence d’emprisonnement. Avouez que vous eussiez été déçue de le voir échapper à la main de Thémis par un artifice aussi grossier que le trépas. Peut-être pouvons-nous reprendre les négociations là où nous les avions arrêtées, à présent ? Vous vous souvenez sans nulle doute de mes audacieuses demandes. n’est-il pas ?

En l’attente de votre réponse, veuillez agréer, divine Présidente Sorcière du Magenmagot, l’expression de mes respectueuses salutations,

Lucius Abraxas Malefoy 

PS : Joyeux Noël avec, je vous l’accorde, un soupçon de retard. »


Joint à la missive, une exquise bouteille de vieil Odgen. Par chance, le hibou engagé au relais postal du Chemin de Traverse est un oiseau fort prudent qui n’aura pas manqué de livrer par les voies normales le paquet et la missive à sa destinataire. Un menu enchantement, cependant, l’aura fait rester sur le bureau de Moira, dans l’attente d’une réponse que chacun devinera ici merveilleuse. Aussi merveilleuse que l’ambre de la liqueur clapotant dans son flacon.

code by bat'phanie


ARISTOCRATY
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum