EVENT #11 | LA LÉGENDE DU BOURSOUF MASQUÉ
 :: Vivre folles aventures ϟ :: Domaine de Poudlard :: Salles de Classe

Aller à la page : Précédent  1, 2

Camille Nott

Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1233
pictures : EVENT #11 | LA LÉGENDE DU BOURSOUF MASQUÉ - Page 2 Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Dim 8 Déc - 21:08
Titillons la jeunesse


Le pinçon lancinant de l’engelure ambiante incisait sa carne d’un coi gémissement. La susceptibilité qu’il grignotait à l’égard du froid ne le rabibochait guère avec les incartades noctambules. Vitupérant in petto, il s’acoquinait en toute candeur contre son homologue, glanant ‘subrepticement’ la moindre bribe de tiédeur. ‘brrrr j’aurais du mettre ma veste fourrée pilou’  Anderson semblait s’être prémuni de cette fastidiosité. « Tu fais un très bon pilou tu sais ? »

Il flûtait contre les croquignolettes hallebardes de son collègue, l’inamovible contraction sardonique en coin. « Quelle mauvaise langue tu fais ! Je ne suis pas si canaille… »  Quoique…

« Ah ah ce serait tellement … espiègle ! » L’idée était rudement friande. De mauvais goût pour ces coquebins d’élèves, mais follement rigolboche pour lui. Un délassement à priori dédoublé avec ce cher Anderson. « Je ne te savais pas si…lutin » Un apparat de sa personnalité chaudement saluée.

Les interrogations du puîné rognaient ses intimes introspections. Il ne l’ébaubirait pas d’intercepter leur directeur dans un mâtin tripotage à l’encontre des fomenteurs de cette faction. @Severus Rogue était bien des choses, dont indiscutablement un grognard gâté, mais il était loin d’être badaud. Maintes expertises avaient peinturluré le directeur dans une épure fignolée. Un dépiautage qui suggérait une éclaboussure, appuyant sa citérieure catilinaire. Bien plus qu’une gerbe écrasante. Une narquoise incisive. Il escomptait déjà se faire chanter pouilles par son directeur. ‘Il trouvera sûrement bien une raison de me rouspéter’  Une incommodité fourbie en usance. Sa résilience s’était doucettement racornie à l’ondoiement podagre de ses ronrons braillards.

« Pas le moins du monde. Si j’étais Black, j’aurais sûrement installé quelques sortilèges  de protection … »  Du genre ‘collaporta, cridurut, Relashio, etc’. « Quelques tours de passe-passe…Mais ce n’est pas ce qui me turlupine le plus…J’ai la prétention de penser que notre cher directeur a allongé ses incisives pour hacher cette mutinerie. Il serait malavisé de le minorer. Il a sans doute également épluché le message caché… » Le tout était de savoir la matelote qu’il avait mignoté pour ses insurrectionnels grimauds.

« Je me les caille ! Mais j’avoue que contre toi, la morsure du froid est plus douce mon cher Lemony » Il se gargarisait sans modicité de la tépide animosité de son homologue. Des  insinuations colorées d’intérêt roulaient sur le tapis de sa péninsule. «  Rien ne m’empêche d’aller y jeter un ‘furtif’ coup d’œil hé hé…  Je reviens vite ! » Ni une, ni deux, la carcasse du professeur s’agenouillait devant celle du hérisson. L'écorchure d'un friselis faisait chevroter sa douillette d’apophyses. L’animalcule créature se mouvait jusqu’au lieu du rendez-vous, à quelques foulées du ‘repaire’ où il s’était clapi avec Anderson. La mesure était de rigueur. Inutile d’épaissir d’improductivité leur ambition en se faisant alpaguer par sa rondelette progéniture ou un roquet directeur.

Exploitant l’arrivage d’une élève, cachottée sous un camouflage pour le moins rocambolesque, - à coup sûr, c’était cette arsouille rouquemoute (@Winnie Carrow), continûment indisciplinable, avec un attachement distinctif pour le fantasque -  pour se couler dans le foyer d’insurrection. Quatre silhouettes s’illustraient du clair-obscur, dont le galopin Boursouf masqué, achalandé de suppôts. ‘Ouh ça me rappelle mes jeunes  années…’  Le climat fécondait de fébricité. Il devinait sans peine l’articulation de son momignard (@Remy Nott) dans l’aboiement déferlant du Boursouf Masqué. ‘Oups. Déguerpissons avant d’être reconnu’  Son mignard babouin concourait donc à une chouannerie !  Tel père telle fille ? ‘Mon petit bébé, cette petite insurgée ?  Hé hé Papa est fier de…NON ! Sois responsable Nott ! Tu es père et professeur. Barbantes obligations...’

Parasitant un nouvel accostage (@Severus Rogue) par une seyante éviction, Nott se découpait de ses intimes élucubrations pour rejoindre son collègue. Allègre de renouer avec sa familière charpente. Quelques silencieuses geignardes abjuraient ses labres tandis qu’il consignait son royal croupion à deux doigts de Lemony. « Timide anarchie. Quatre élèves abreuvaient la salle d’animosité. Un cinquième est arrivé sur mon départ. Je n’ai pas bien pu les distinguer sous leur camouflage mais j’ai cru distinguer mon mouflet, sa comparse Carrow…j’ai un doute sur Ollivander…Quant au ‘Boursouf Masqué’, je  sèche… Il me semble avoir vu aussi Sanders… Par contre, pas vu de Black ni de Rogue…»



(c) AMIANTE
[/quote]


Merry Christmas

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.

Lemony Anderson

Lemony Anderson
MEMBRE
hiboux : 281
pictures : EVENT #11 | LA LÉGENDE DU BOURSOUF MASQUÉ - Page 2 PaleEmotionalFox-small
Dim 19 Jan - 17:29

La légende du Boursouf Masqué.
« Tu fais un très bon pilou tu sais ? »
C’est une information dont je ne sais pas trop quoi faire, déjà parce que je ne suis pas certain de comprendre ce qu’est un pilou. Le drame de ma vie je suppose, pouvoir lire et comprendre un livre théorique bourré de théorèmes, et me trouver si démuni face à certains mots du vocabulaire le plus courant. J’étouffe un esclaffement quand il se défend de sa canaillerie, mon cher Nott, il y a ta tête en photo sur le dictionnaire à côté de ce terme. Ou en tout cas, elle devrait l’être. Ça serait une bonne blague à faire. Je me note l’idée pour plus tard. « Je ne te savais pas si…lutin » J’esquisse un sourire caché par mon pull et hausse les épaules. J’aurais été un bon farceur gamin, si j’avais eu le courage d’aller au bout de ce qui pouvait me traverser l’esprit. Mais c’est une fausse bonne idée il me semble, à part créer un chaos temporaire et un certain vacarme, donner une vague leçon oubliée dès l’instant où l’on leur redonnera un boursouf à maltraiter, je ne sais pas si cela emmènerait à quoi que ce soit. On continue notre bavardage, et finalement transformé voilà Nott qui part à l’aventure débusquer nos fauteurs de troubles, et moi qui reste dans le noir et le froid à l’attendre. Je reste attentif aux bruits alentours, mais le château endormi ne semble pas particulièrement plus bruyant qu’à l’habitude. Qui pourrait croire qu’il abrite une révolte ? Je me demande si l’on en aurait fait une telle histoire nous aussi à l’époque, faut dire qu’elles sont mignonnes les bestioles. Je suis bien idiot de vouloir me défendre de telles pensées à mon âge, qui sait ce que l’adolescent que j’étais aurait trouvé à dire lui.

Sans savoir si c’est le froid, le noir ou l’ennui, mais il me semble que Nott met une éternité à faire son petit chemin. Ca doit être dans ma tête, le lieu de rendez-vous n’est pas si lointain. Et d’ailleurs, le voilà qui rapplique, enfin il semblerait. (Demandez donc au bigleux que je suis de distinguer un hérisson dans le noir, en voilà une idée!) Non, pour le coup, c’est bien lui. « Timide anarchie. Quatre élèves abreuvaient la salle d’animosité. Un cinquième est arrivé sur mon départ. Je n’ai pas bien pu les distinguer sous leur camouflage mais j’ai cru distinguer mon mouflet, sa comparse Carrow…j’ai un doute sur Ollivander…Quant au ‘Boursouf Masqué’, je  sèche… Il me semble avoir vu aussi Sanders… Par contre, pas vu de Black ni de Rogue… » Je hoche la tête. « Et bien, notre justicier masqué va rater sa révolution s’ils ne réunit pas plus de disciple. Pas de surprise pour les personnes que tu nommes cependant, ta fille la première. » Je soupire. Pour Rogue et Black, cela me surprendrait vraiment qu’aucun piège ne soit tendu de leur part pour tomber sur les élèves. « Ah ça m’agace. Je ne sais pas quel serait le meilleur plan d’action mon cher Camille. Je préférerais mille fois réussir à faire entendre raison à ces jeunes passionnés que de les donner en pâture au directeur. Et pourtant, j’ai beau retourner la question dans tous les sens, je n’arrive pas à trouver de meilleure façon de procéder. J’ai beau me répéter que j’ai des arguments, je n’arrive pas à en concevoir un qui ferait vraiment mouche. » Je grommelle dans mon pull. « Je ferais un père lamentable je crois. » Mon esprit vagabonde malgré moi, au ventre arrondi d’Emma quand je l’ai croisée, à ma mère qui n’a jamais été une figure d’autorité, à mon incapacité à faire entendre raison à certains de mes élèves qui ont décidé de mépriser ma matière par principe, la rage dans laquelle cela me met de m’en sentir incapable. Et vaguement, au discours de Rogue plus tôt dans la soirée, aux gamins traités comme des morveux alors que ça ne les aide pas, à mon envie de bien faire et mon impuissance. Je me relève pour étirer mes membres engourdis par le froid et la position inconfortable. Je tends l’oreille. « Bon, ils ne devraient pas trop tarder non plus, est-ce qu’on vérifie les sortilèges de protection et la salle de classe, ou est-ce que c’est inutile selon toi ? »

Code by FRIMELDA



   



   Nam et ipsa scienta potestas est
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum