De Pékin à Poudlard (Pelagia & SZ)
 :: Vivre folles aventures ϟ :: Domaine de Poudlard :: Salles communes & Dortoirs

Sizhui Lin
MEMBRE
hiboux : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Aoû - 11:38
DE PÉKIN À POUDLARDft. @Pelagia H. Ollivander



Sizhui a à peine eu le temps de saluer son père en tremblant de sa faute qu’il est à nouveau précipité dans la tourmente : son père l’envoie à Poudlard, une école de sorcellerie anglaise affiliée à l’Ordre d’Hermès. Est-ce une punition ? Est-ce parce qu’il a si bien failli à son rang et son clan ? L’adolescent ne sait plus où se mettre lorsqu’il est présenté à Severus Rogue qu’il salue respectueusement. Il subit le choixpeau magique sans broncher. C’est le courage, semble-t-il, qui l’emporte puisqu’il est envoyé à Gryffondor. Il se dit qu’enfant, cela doit représenter sans doute beaucoup, mais à son âge, être envoyé dans telle ou telle maison n’a pas vraiment d’importance. Après tout, il n’a pas demandé à être là. Le jeune Sizhui est tellement désemparé de la situation qu’il n’ose pas regarder son père dans les yeux. Qu’y aurait-il vu s’il avait levé la tête ? Il ne peut que spéculer pendant qu’on lui fait visiter ce qui sera, quatre jours par semaine, sa nouvelle demeure. Il remercie poliment ses hôtes, s’incline en joignant les mains dans un salut rituel, les bras en arc de cercle devant lui. S’il est effrayé, il peut encore afficher la politesse toute chinoise de son clan. Ces formalités l’aident à ne pas perdre pied. L’étiquette est une protection. On ne peut pas avoir faux quand on la respecte au pied de la lettre.

Les couloirs se ressemblent tous. Sizhui se demande avec horreur comment il va bien pouvoir se retrouver là-dedans. Pour l’heure, il est encore en tenue traditionnelle du clan Lin, tout vêtu de bleu pâle et de blanc, son bandeau sur le front. Il se refusera certainement a ôter ce dernier quand il faudra enfiler l’uniforme de l’école qu’on lui a confié : cet objet symbolise la maîtrise de soi inhérente aux enseignements de son clan. Le retirer, c’est oublier toutes les règles qui font sa culture. C’est donc hors de question à ses yeux. Uniforme sur un bras, petite valise sans fond à la main, il suit le professeur qui le guide jusqu’à une tour où, apprend-il, se trouve la salle commune des Gryffondor et les dortoirs des élèves de cette même maison. Devoir partager un lieu de vie avec d’autres jeunes gens de son âge qui ne manqueront pas de l’assommer de questions et de remarques stupides ? Qui seront sans doute bruyants et agités ? Le rêve. Mais il faut faire contre mauvaise fortune, bon coeur. Son père essaie-t-il de lui enseigner quelque chose par cette nouvelle situation ? Peut-être les vertus de la patience et du travail ? Après tout, s’il n’avait pas cédé à la facilité, il serait encore chez lui. Ou bien son père veut-il lui montrer à quel point il est déçu ? Veut-il qu’en prenant connaissance de l’Ordre d’Hermès, il se rende compte à quel point leur magie est faible, décadente et corrompue ? Il faudra attendre le lendemain pour s’en rendre compte, sans doute. Pour le moment, il ne reste qu’à lâcher prise, un peu, et accepter les événements.

Et du renoncement, il en faut. Lorsqu’il entre dans la salle commune à la décoration étouffante plus que chaleureuse, il est assailli par une foule de gamins et de gamines (dont certains plus âgés), qui ont été prévenus de son arrivée. Un speech plus tard du professeur, il est laissé à la merci de ses camarades qui entreprennent de le bombarder d’une cacophonie de questions jusqu’à ce qu’un préfet s’en mêle et chasse les plus jeunes. Le calme revenu, le jeune homme se trouve le dos droit, uniforme sur un bras, valise au bout de l’autre sans savoir exactement où aller ni quoi faire en ce début de soirée.

621 mots

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum