bal des pendus
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

bal des pendus  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
bal des pendus  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Juil - 11:54
bal des pendus  
@Augustus Rowle



Milles chimères.
Mille bêtes noires.


Turpide, dantesque.
L’envergure d’un chiffre,  le tumulte d’une date.
Le souvenir à l’encre rouge dans l’ignescente synapse.
La vie mordorée d’une putride symphonie dessus étal cinabre.
Sous la macule céleste, ô diable, ô prince empourpré, s’ébroue Némésis sur la lymphe cristalline d’un lac gelé.

« Je vous rejoins »

Solitude ensanglante l’âme buissonnière à l’exode des siens. C'est un ébène à l'oriflamme tragique. La tradition d’une ritournelle au Cœur du Massacre, la mémoire des Squelettes, les disparues du Clair de Lune. Les Chastes mortes et enterrées dans un opalin cheptel. Au départ de Camille et poupons, Archibald demeure sans pitance pour une dernière danse.

Patine, PATINE comme l'esquisse d'Ulrich Salchow*.
Patine dans la nuit périlleuse aux chaleurs infertiles.
Patine sur le squelette de glace, sous le magma noir d'un immémoré Tchernobog*.

Dans la neige funeste,  ilote du temps et des cendres, les rotules geignent, les articulations craquent sous noiraude redingote. L'orée d'un demi-siècle à l'horizon des flots obombrés s'orbite sans gloire ni vanité. Qu'est-il, après quantum d'années? Un homme accompli? Une bête de somme? Il peut ouïr moquerie de la stèle paternelle. La vieille baderne avait raison... Drageon d'une cagneuse génétique rime t’il avec putride fatum ? Avec Supplice de Tantale frôlés du bout des doigts? Qu'est-il à cet âge canonique? Sous toison anthracite, dans lapis-lazuli agates, sur labre grenat? Qu'est-il, sous ruineux costard, contre pulpe fossile, sous galant corbac? Un jeune coquart promis à immortelle scoumoune?

L’acier moleste la glace au tango des guiboles, aux rosaces poinçonnées dans l’houache du scabreux riflard. L’œil pâle, l’alchimie noire, Gilgamesh conflue jusqu'à garde-fou garrottant l’orle diaphane et contemple sous un écrin d'ivoire le vaste littoral.

«  Quand vas-tu sortir de l'Ombre? »

Calleux phonème.
Nuées de rodentiennes syllabes.
L’écho galope en son kief et gravite jusqu'aux brumeux rivages. Dans l'ouate de quelques cirrus soupçonne-t-il Bête de Gévaudan.

« La lune est belle! Une lune de vérités... »

De quel fard se nitraterait retrouvailles ?
Férin rixe ou halitueuse accolade ?

« Aurais-tu peur que Diane ne démasque tes affres, tovarash ? »

Que sous les omoplates du céleste, dans l’échine blanche des crachins lunaires, ne coruscent les mensonges d’une poignée d’années ? Charogne s'ampute d'un sourire. L’Achéron coule en sa bastide, éventre nombril, giboie les côtes. Le fiel moissonne les entrailles sous ploutocrate satin. Héphaïstos y paraisonne anarchie, folâtre et tyrannique, prêt à l'hardiesse et la démesure du chthonien tarasque.

Viens, SORS !
Rejoins-moi sous les astres !
Laisse moi te construire beau corbillard !

La paume des doigts caillent sur la férule d'aluminium clôturant le loch virginal. Mais dans pléthore de givre, sous amas pellucide, il n'a nullement froid. Marotte à son paroxysme charbonne bidoche jusqu'à l'os d'énigmes et d'horreurs. Parfum de nécrose inocule dition des impatiences. Il ne pimpenaude, il ne s'emmouscaille, au guet de quelques maufaits nichés dans Putride.

Mets fin à ma torture.


Légende:

* Ulrich Salchow: Patineur professionnel domine le 20è siècle
* Tovarash : 'Camarade' en vieux slave

* Tchernobog : Divinité du panthéon slave, dieu de la nuit et de l'obscure


(c) AMIANTE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum