Cours de potions Niveau Aspic #1 (6 & 7èmes années)
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Aller à la page : Précédent  1, 2

Winnie Carrow

Winnie Carrow
MEMBRE
hiboux : 680
pictures : Cours de potions Niveau Aspic #1 (6 & 7èmes années) - Page 2 Tumblr_inline_pdrtkg1vEf1uzl60b_400

LITTLE BAT
Cours de potions Niveau Aspic #1 (6 & 7èmes années) - Page 2 Eb35f7bfe2771b91097188d5f871a33c
Mar 30 Juil - 16:45
Apprentissages chatouilleux



La ‘fantaisie’ avec laquelle le professeur Black fracturait le mutisme ambiant était plutôt épastrouillant. Le daron du mignon marmouset @Edwa D. Black l’avait toujours abjuré d’un besaigre avant-goût. Sans doute était-ce l’éclaboussure de son fard janséniste ? Certes, peut-être pas autant que @Severus Rogue, mais la même nuance parait le personnage d’une morgue attenante. L’ignorance ondoyant autour de son entité ne la concourait pas dans l’idée qu’elle devait s’en faire. L’incursion d’une miette de verve était donc plutôt appétissante.

Épaulettes délestées de raideur, la jeune fille cohobait des prunelles appliquées sur son professeur. L’esquisse d’un cours amorçait son grignotage lorsqu’il déployait enfin sa charpente de sa selle.   L’écho d’une foulée mesurée baguenaudait dans la salle de classe. Chatouillement d’un émoi. Le cours des potions était une branche pour laquelle elle s’émouvait diablement, engraissant un peu plus l’enchantement de son tuteur, @Severus Rogue. Depuis son ‘invasion’ dans l’alcôve occulte de @Nasiya Abasinde, son ‘pygmalion’ dans l’art des potions, son intempérance n’avait fait que s’arrondir.

Les paupières papillotaient de curiosité devant la pierre ‘béozard’ dont il faisait parade. Elle ne chatoyait pas par ses appas mais bien par sa nécessité. Ses limbes débordaient de reliques. L’une d’elles endiguait son attention sur la pierre. Elle s’était ramentu quelques  béatilles à son sujet, entre deux rangées de bibliothèque. Une pierre accueillie dans l’estomac des chèvres dont le ricochet fructueux à l’encontre des poisons était grandement dégusté. Il en attribuait un à chacun de ses labadens, aguichant un peu plus l’exacerbation de la jeune Carrow.

S’invitait une affriolante confusion lorsqu’il présentait les mignons crapoussins qu’étaient les boursoufs. Des boursoufs ? Elle agréait mentalement son professeur par un déploiement de l’échine vers l’avant, pupilles dilatées et labres déployées. Laps s’étaient dilapidés dans l’espace depuis qu’une ardeur s’était animée dans son farfadet d’égarement. Le caprice de s’en offrir un.

QUOI ?
Empoisonner ces mignonnettes créatures ? Avilissante barbarie. Finalement, le professeur Black était peut-être à l’image algide qu’elle s’était faite. Les sourcils confluaient dans un désagrément apparent, fripant le chamois de son front. Luisant de matoiserie, ce professeur. Quoique de plus efficient que découler l’émoi pour ces créatures en narguant leur perspective ? La prévisibilité d’un dénouement seyant semblait alors plus probable. Rusé mais machiavélique.

« Froisser notre affection pour ces adorables créatures relève d’une florissante cruauté, professeur » soulignait-elle d’une gutturale mâtine.

Une œillade s’était échouée vers son amie,  fourvoyée par une tension palpable. @Pelagia H. Ollivander témoignait d’une fébrilité évidente. Elle n’accusait pas de la même affection pour le domaine des potions.

Invitation d’un boursouf  vermeil, à l’image de sa toison, sur la flexueuse de son encolure. « Toi je vais t’appeler  Carotte » L’écho chuchotait pendant qu’une phalange mignotait la pelote duveteuse.

D’une incisive appliquée elle considérait les fioles qui se dépliaient devant elle. Anicroche l’espace d’un laps devant une coriace décision. Finalement, elle épinglait une fiole saturée par une humeur dorée. Nuance lascive. Chaton d’émoi. La jeune sorcière ponctuait d’une articulation aperte, la baguette dressée sur la fiole, un « Specialis Revelio ». Pelagia déclinait sur un versant équivalent.

La pratique assidue dans la fabrication des potions l’habiliterait dans la préparation de l’antidote aux poisons courants mais avant tout, elle devait démasquer la bête noire qui imprégnait sa lymphe mordorée. Les prunelles avaient déjà balisé la corne de licorne et les baies de gui dont elle s’était déjà armées avec le béozard, afin de dispenser son nouvel et minon achate de la fossoyeuse. Elle avait également alpagué d’une œillade laborieuse l’hydromel, la menthe poivrée, la mandragore et la poudre rose pour la concoction adventice de cet antidote qu’on lui avait inculqué au club de potions.

« Bigre de centaure ! »



(c) AMIANTE

Sorcellerie

Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 449
Mer 14 Aoû - 10:23
Intervention MJANTIDOTE
réussite de justesse | Les suées froides au cours de potion sont le fort de @Pelagia H. Ollivander, peu douée naturellement en potions, il a fallu tous ses efforts et un bon specialis revelio pour correctement identifier le poison et préparer un antidote qui, s'il est efficace, manque singulièrement de finesse dans la réalisation... Enfin, au moins le boursouf est-il sauf !


Intervention MJANTIDOTE
réussite éclatante | @Veredis S. Beurk n'est pas le petit prodige de la classe pour rien : cette potionniste en herbe n'a même pas eu besoin de specialis revelio pour identifier le poison... Comme quoi, chacun devrait avoir un papa versé dans les arts obscurs (ou pas) ! Et c'est un sans faute pour la réalisation de sa potions : on n'a jamais vu boursouf gambader plus joyeusement après un empoisonnement !


Intervention MJANTIDOTE
réussite éclatante | @Winnie Carrow n'est pas la fille adoptive (non officielle) de Severus Rogue pour rien ! Ont-ils fait des heures supplémentaires, le soir, pendant leurs insomnies respectives ou bien est-elle naturellement douée ? Vous ne le saurez jamais... En tous cas, un specialis revelio et un chaudron bouillonnant plus tard, voilà que le poison est combattu dans l'organisme d'un joyeux boursouf sauvé !

Regulus Black

Regulus Black
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 693
pictures : Cours de potions Niveau Aspic #1 (6 & 7èmes années) - Page 2 Tumblr_pu25h00PqW1xy9vvgo2_500
Lun 26 Aoû - 16:15
Cours de potions Niveau Aspic #1 (6 & 7èmes années)
Les chaudrons bouillonnent joyeusement, et quand Regulus passe de tables en tables, il jette un coup d’œil rapide sur les travaux de ses élèves. Dans l’ensemble, les décoctions paraissent satisfaisantes, et le professeur est persuadé qu’il n’aura pas à venir trop à la rescousse de ces stupides bestioles que sont les boursoufs. Certaines préparations sont même d’excellentes qualités.
Quand la limite de temps survient, il se poste devant un premier élève et empoisonne son boursouf avec la fiole qu’il avait choisi en début de cours. Puis, il teste l’antidote sur l’animal et note les effets. Et ainsi de suite avec chacun de ses élèves. Les effets des poisons sont souvent rapides, impressionnants, et bien souvent, les étudiants se sont mis à trembler dans l’espoir que la créature ne périsse pas au cours de l’opération.

Pélagia attend son tour, et quand Regulus s’approche, il note que la potion arbore une teinte palote, et que la mixture est un peu trop épaisse, pas assez affinée. Yeti essaye de s’échapper quand le professeur l’attrape délicatement et lui ouvre de force la bouche. Il y glisse une unique goutte et les effets de ne se font pas attendre. L’animal se tord de douleur, laisse échapper quelques glapissements plaintifs. Avec une pipette, Regulus ponctionne un échantillon de l’antidote de Pelagia et glisse quelques gouttes dans sa gueule. Aussitôt, Yeti se calme et reprend des babillements joyeux. Mais parce que la potion est assez grossière, l’animal souffre d’un effet secondaire qui n’existe pas quand l’antidote est parfaitement exécuté : Yeti souffre de hoquets qui laissent échapper des bulles à chaque fois.
- Acceptable, Miss Ollivander, décrète le professeur en lâchant le boursouf au pelage blanc. La prochaine fois, évitez de vous précipiter quand vous intégrez certains ingrédients, et réduisez plus finement en poudre vos préparations. Enfin, n’oubliez pas que mélanger précautionneusement vous évite des grumeaux.

Veredis Beurk semble être la fille de son père : experte en potions, capable de reconnaître efficacement un poison d’un autre. Ayant parfaitement identifié les ingrédients du poison, Veredis a sélectionné les composants qui lui semblent les plus pertinents pour la réalisation de l’antidote. La demoiselle a du flair et du talent. Dès que la bestiole a ingurgité son antidote, les violents spasmes qui secouaient son corps cessent aussitôt. Mieux, le boursouf se relève et gambade sur la table de travail comme si de rien n’était.
- La perfection même, optimal !
Un « O » se griffonne aussitôt sur le carnet de note devant le nom de Veredis. Le boursouf de la jeune fille saute sur Yeti et les deux créatures se mettent à jouer ensemble.

Carotte n’en mène pas large. Dès qu’il voit le professeur Black, l’animal tente de se cacher en se faufilant dans la manche de Winnie Carrow. Un coup d’oeil au chaudron persuade Regulus que ce boursouf-ci se fait bien du soucis pour rien. Les effets de ce poison-là n’ont rien de spectaculaires, Carotte semble s’endormir petit à petit, alors qu’en fait les forces le quittent à mesure que son rythme cardiaque ralenti. L’antidote requinque l’animal en quelques secondes, même si Carotte baille encore de temps en temps. Il observe d’un œil torve ses camarades se chamailler gaiement non loin de lui, tandis que Regulus inscrit la note obtenue par son élève en face de son nom.
- Bien, bien, Miss Carrow obtient un Optimal également.

Finalement, seulement deux boursoufs subissent réellement les effets prolongés d’un empoisonnement. Heureusement pour eux, le professeur de potions a déjà sous la main des antidotes qui les sauvent. Les deux élèves qui ont échoué se retrouvent avec des devoirs supplémentaires.
- Bien, conclut Regulus d’un air satisfait. Vous m’avez démontré que dans l’ensemble, vous êtes capables de réaliser des antidotes efficaces. Si jamais vous, ou un de vos proches, se retrouve empoisonné, vous avez donc toutes les clés en main pour inverser la donne. Dans le climat de tension actuel, où les attentats se succèdent, la meilleure chose que je puisse faire est de vous armer contre toute éventualité. Si l’exercice vous a parut cruel, il a néanmoins joué sur la corde sensible de l’affection pour vous montrer à quel point il peut être difficile, quand la situation se présente, de tenter de sauver une personne pour laquelle vous éprouvez de l’attachement. Il faut, quoiqu’il arrive, garder un minimum la tête froide car la moindre erreur peut être fatale.
Il pousse un soupire. Lui, comme ses élèves, se rappellent du terrible destin de Meadow Quinn. Et il n’oublie pas qu’il a en fasse de lui une génération traumatisée par la guerre contre le Seigneur des ténèbres et la bataille de Poudlard. Tous ont connu et subi la cruauté des Carrow quand ceux-ci dominaient l’école.
- Il existe des poisons plus violents, plus dangereux encore, mais comme le Ministère interdit jusqu’à leur possession, nous ne feront que les étudier dans les livres. Pourtant, il est important que vous les connaissiez, dans le cas où vous les rencontrerez un jour. Ce que je ne vous souhaite pas soit dit en passant.
L’ambiance dans la classe s’assombrit un peu, plongée dans un silence religieux. Et comme pour briser le maléfice, Regulus frappe dans les mains, soudainement guilleret.
- Bien, rangez vos affaires, je vais récupérer vos boursoufs. Vous avez au tableau la liste des livres à la bibliothèque que j’aimerai vous voir étudier pour renforcer vos connaissances sur les poisons et leurs antidotes. Cela vaut aussi pour les élèves qui auront eu un optimal.

D’un coup de baguette magique, les boursoufs sont attirés dans leur cage qui se referme sur le dernier, le petit Yeti qui ne semble pas d’accord pour quitter la compagne de la jeune humaine qui l’a gentiment câliné.
En récompense pour ceux ayant reçu la mention « optimale », une fiole de leur antidote leur est offerte, ainsi que 20 points pour leur maison. (Récompense  @Veredis S. Beurk et @Winnie Carrow). Le professeur Rogue pourra se montrer fier de sa petite protégée tandis que Miss Beurk fera probablement la fierté de son effrayant paternel.
Miss Ollivander reçoit des encouragements de son professeur. Il sent en elle un certain potentiel malgré ses difficultés. Il espère que cette jeune fille saura travailler suffisamment pour gagner un Effort Exceptionnel aux ASPIC. Elle reçoit dix points pour sa réussite de justesse.

La sonnerie libère les élèves de leur labeur. Pas de devoirs, mais une liste de livres qu’il est conseillé de lire. Les résultats du cours ont mis le professeur d’assez bonne humeur pour les dispenser d’un surplus de travail, hormis pour les deux élèves qui n’ont pas eu la moyenne.
Dehors, la pluie a perdu en intensité et une fine bruine s’abat désormais sur les toits de l’école.

Défi : 1116 mots

[HRP] : vous pouvez répondre à la suite de ce message pour achever le cours. Le post sera définitivement clôturé le 09 septembre, à moins que tout le monde ai répondu d'ici là.
Codage par Libella sur Graphiorum

Contenu sponsorisé

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum