What's that silver cat ? Is that yours ?
 :: Administration Générale :: Examen de la baguette :: Baguettes recensées

Pavel D. Monroe

Messages : 386
avatar
Administratrice & mj
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Aoû - 23:55


[Bande son : Kauan - Kaiho (album)]
Pavel Daniel Elias MonroeCorne de Licorne
Nom Monroe, un nom étrange à porter, cadeau du père, héritage d'histoire célèbres. Sommeille Marilyn sous le pont de l’Alma, flots refermés sur sa chevelure d'or ; Prénoms Pavel, dorment les fleurs de pavot dépliées dans les champs, le saint et le martyr observent le crépuscule, Daniel, Dieu seul est juge du prophète qui fent les foules pour mettre en garde les âmes insouciantes contre l'ire du très haut, notre homme n'en a cure, nul jugement ne lui importe plus que le sien, Elias, nom du père, enfin, Elias Monroe aura laissé son emprunte sur la peau, dans les chairs et dans l'âme de son fils ; Âge Trente-et-un ans, c'est un bon âge pour renaître ; Date de naissance Dix-sept Septembre, date anodine pour le plus anodin des hommes ; Lieu de naissance Banlieue tranquille de Londres, un cadre ordinaire où calfeutrer une famille inhabituelle ; Signe astrologique Virgo, A un jour près, il avait la fureur du lion... mais le monde en a décidé autrement, lui confiant la frêle douceur de la jeune fille plutôt que l'imposante stature du fauve ; Nationalité Anglais, God save the Queen ; Statut Civil Célibataire, pour séduire donzelle, encore faudrait-il qu'on le remarque, or on lui a toujours appris à être la transparence même, plus limpide que le cristal de son verre à vin, plus indécelable qu'un miroir sans tain ; Préférences sexuelles homosexuel, coup dur porté à l’image du père qui a toujours espéré voir son fils trouver une jeune femme pour s’établir et perpétuer nom et tradition. Ce que père ignore ne peut blesser le fils. ; Statut du sang mélange d’essences, le sang des Monroe n’a jamais été pur et jamais n’ont-il cherché à le rendre pur, fiers d’être né du croisement de divers destins et cultures, les Monroe se considèrent comme des plus purs représentants de ce que devrait être le monde des sorciers : une lignée cosmopolite ; Tradition Euthanatos, de père en fils, un savoir ancestral goutte vers le temps présent, gare à l’effacement de la mémoire familiale, aussi attend-on des fils un dévouement absolu aux ancêtres ; Baguette Sans Baguette, tatouages courant sur dos et torse, dissimulé par l’ampleur des vêtements, longues flammes d’encre comme rayures, leur intégrité assure au sorcier l’usage de sa magie qui, pour les employer, doit s’abandonner à complexes chorégraphies, a un morceau de bois sans coeur mais taillé en forme de baguette pour faire illusion. Rumeurs persistantes que le jeune homme ne serait rien de plus qu’un Cracmol… les pauvres, s’ils savaient ; Patronus Chat tigré argenté à poils courts, european shorthair, petit chat frêle à l’image de son maître ; Dons / ; Pouvoirs Animagus non déclaré, long entraînement éreintant, cinq années complètes de travail sous la houlette paternelle pour que l’adolescent ne se mue enfin en discret félin : pattes douces, démarche souple, bulle de silence jetée autour d’un petit chat au pelage d’argent, tigré des seuls tatouages du sorcier. Méconnaissable. Terreur absolue d’être découvert, prudence est de mise ; Particularités /. Activités Professionnelles Technicien de surface spécialisé du Ministère, homme armé d’une serpillière et d’une clef à molette, réparant bourdes et cirant parquet… Quelle autre perspective d’emploi pour qui n’a jamais été scolarisé à Poudlard et n’a pas l’ombre d’un diplôme sur son CV ? , Secrétaire comptable du département des mystères, poste obtenu par on ne sait quel biais. A été un jour convoqué là bas et chargé de l’office. Troublante rencontre, s’il en est. Assassin, Ce pour quoi frêle jeune homme a été élevé par son père. Il ne fauche vie que lorsqu'il est grassement payé, jamais avec la magie, toujours en plongeant ses doigts dans les chairs mortes.

caractère

Le masque et le coeur s’affrontent. Les traits demeurent inflexibles, ne laissant deviner aucun des élans d’âme. Sous la pluie offerte aux montagnes, sous l’orage tonnant marche funèbre, l’homme s’éponge main. Patte de chat, paume d’humain. Les deux sont tapissées d’un vermeil funeste. Flamboie près d’un jerrican d’essence et d’une plaquette d’allumettes le disparu. La magie est puissante, les flammes le sont plus encore. Et demain tonnera l’annonce d’une envolée.

Discret – Souple silhouette égarée dans un couloir, petit homme aux cheveux en bataille et à l’oeil vif et pénétrant marche. Invisible ? Non. Personne ne le remarque pourtant. Si parfaitement quelconque. Si parfaitement insoupçonnable. Caméléon sans éclat. Liberté absolue. Tatouages cachés sous chemise et maquillage, langue d’ébène sanguinolant protégé du regard extérieur. Qui pourrait voir dans cet homme ordinaire autre chose qu’un ordinaire homme ? Efficacité discrète, yeux baissés, il va et vient portant uniforme des techniciens de surface du ministère. Qui fait si parfaitement partie des murs peut entendre intéressante conversation et glaner douce information.

Réfléchi – Comment pourrait-il en être autrement ? A défaut d’être calme, l’eau troublée avance précautionneusement, goutte à goutte, pour creuser le lit de la rivière. Circonspect et prudent, l’homme pèse le pour et le contre à chaque instant, réfléchissant longuement aux précises implications du moindre de ses actes. Entre sagesse et calcule, il place ses pions sur l’échiquier pour mieux décapiter la tête couronnée qu’on désire lui faire abattre. Quelque qu’elle soit.

Indépendant – L’ombre vadrouille, tantôt homme, tantôt chat. La nuit, silhouette grise caracole d’une ruelle à l’autre, effacée et profondément solitaire. Poids sur nuque de tant de nuits passées seul à contempler les aiguilles d’une montre qui refusent de se hâter. Lenteur exacerbée qui gangrène sa bonne humeur et le plonge dans une mélancolie profonde. A trop vouloir de liberté, on en oublie de se constituer une famille de cœur. Revers de l’indépendance, solitude étouffante.

Intuitif – Lorsqu’il ne se fait pas marionnettiste et que tombe le parfait masque qu’il s’est constitué, l’homme n’est plus que touchante maladresse malmenée par des sentiments à vifs qu’il ne peut celer totalement en lui et ne musse qu’à grande peine. La finesse de ses sentiments et l’acuité de son empathie pour autrui sont une arme redoutable lorsqu’il n’a aucun lien avec son vis à vis, et donc aucun scrupule à se jouer de lui. Mais lorsque sonnent les élans de son coeur, tonne le glas de son adresse. Toute affaire personnelle devient difficile. Toute affaire difficile conduit à un incertain jeu d’échec dans les ténèbres.

Félin – L’indolent chat vint parfois remplacer l’homme timide. Celui qui passait si bien inaperçu ne peut, désormais, plus celer sa présence : le félidé au pelage d’argent court et marbré de ses tatouages attire bien trop l’attention des adolescentes et des amoureux des chats. Seul instant de son existence où l’homme peut quêter les caresses et la rassurante présence de l’altérité, le chat se fait monarque, quémandant toutes les attentions possibles. Connu dans divers quartiers où il a ses logis habituel, il demande gratouilles, accepte mots doux, montre affection. L’humain taciturne ronronne paisiblement sur un fauteuil qui n’est pas sien. Et repartira le lendemain, après l’ivresse d’un amour inavouable.


histoire

Flash
L’ombre crépite, brûle la clarté d’un néon. L’homme s’avance, féline démarche, imperceptible aura. La ruelle est déserte, le badaud lambda. Il évolue avec la grâce du chat, la circonspection prudente de l’assassin. Étincellent les orbes brunes de son regard. Deux billes s’agitant dans un cerceau velouté de cils. Au coin de la paupière s’allonge une ridule caractéristique des gens soucieux. Douceâtre ondée vient détremper le bitume. Le flash rougeoyant du néon clignotant nimbe de sa pâleur crue la vermeille averse entourant un corps sans vie. On dirait presque des ailes carmines autour de la blême peau d’un ange.

Flash
L’homme revenu chez lui observe, pensif, le galbe du ventre féminin. Coin du feu, nuits trop froides. Voix tranquille s’élève, ensommeillée d’avoir trop attendue. « Tu rentres tard, mon amour ». Excuses égrenées avec tendresse. La paume sur l’enfant à naître, le papillonnement d’un baiser lâché sur la gorge, le bras entourant les épaules chéries. Art dans la cheminée le brasier de leur passion mutuelle. Et Pavel vint au monde dans la douceur d’un foyer aimant.

Flash
Silence autour de la table. Mère se torturant nerveusement les phalanges, père fixant l’enfant devant lui. L’air austère des grands jours, la douce bienveillance maternelle. Tous deux savaient que ce jour viendrait… Mais il est venu si tôt. Sur table, les débris d’un vase projeté sans même l’avoir touché. Le premier usage de magie. Le tout premier. Inflexible lenteur dans la voix paternelle. Inflexible douceur brillant dans son iris. « Pavel, je vais te raconter une histoire... » Six ans, l’âge où il sut enfin que la magie existait.

Flash
Grand barbu assis à la table du salon. L’éclat céruléen de son œil jeté par dessus de minces lunettes met mal à l’aise le garnement caché derrière la protectrice silhouette de son père. Indifférente à la tension ambiante, sa mère sert le thé, une longue natte d’ébène cascadant sur l’épaule. Fatigue mussée derrière un visage neutre : son mal gangrène son corps et nulle magie ne peut arrêter l’inflexible course de la mort. « Vous comprendrez bien, Professeur Dumbledore, que pour généreuse que soit votre offre, mon mari et moi-même nous devons de la décliner ? Notre fils n’ira pas à Poudlard, ni l’an prochain, ni jamais. Mon mari et moi avons tous deux été élevés avec soin par nos familles respectives, il en sera de même pour Pavel. » L’enfant sent que son destin est scellé par cette familière voix.

Flash
Le corps fragile dans ses bras, attendant son ultime souffle. Robe blanche pour cacher une peau emperlée de magie et de souffrance. L’enfant devenu adolescent s’est agenouillé sur l’immaculé drap, a passé mains autour du corps maternel et le chérit une dernière fois avant que ne la quitte la vie. Tête alanguie sur son épaule, respiration laborieuse, elle semble pourtant apaisée. Yeux vifs, d’une profondeur de cristal, voilée par la fièvre. Fragile phalanges s’égarant sur la courbe du visage de l’enfant. Elle aurait aimé le connaître plus longuement. « Fais-le. Je vivrai toujours avec toi, mon fils. Fais-le. Mon sang abreuvera ta magie. N’aies aucun regret, tu m’apportes le repos. » La garde du poignard dépasse à peine de sa poitrine, fichée dans le coeur.

Pavel pleure.

Flash
La peau à vif frémit. Le cri n’a plus rien d’humain. La paume qui le plaque sur la table tandis que s’affaire l’autre dans ses chairs sans la moindre anesthésie, révélant entre les pans de muscles l’os de la colonne vertébrale. Un nouveau hurlement, à moins que ce ne soit une simple continuation du précédent. La victime s’époumone, supplie la délivrance qui lui est refusée. Se mêlent sang et larmes. Son sang, celui de sa mère. Magie crépite, marbrures se forment. Sur le dos dépecé de Pavel, le sang de sa mère a formé motifs à l’inaltérable magie.

Flash
Un geste précis. L’adolescent est devenu homme fin et athlétique, donc la musculature ne se dévoile qu’à l’observateur attentif. Il paraît petit, fragile, presque trop gracieux pour être totalement homme. Il n’est que force, souplesse et sûreté du mouvement. Déplie son journal, cache son œil derrière les lignes minuscules. Repense aux années écoulées qui l’ont conduit, d’heure en heure, d’épreuve en épreuve, de souffrance en souffrance à l’imminence de l’instant. Attente trop longue et trop brève, embusqué à la vue de tous. Un homme lisant le journal. Piètre couverture, mais montée avec un si désarmant naturel qu’il n’est remarqué de personne. Les regards passent sur lui comme l’eau sur les roches, polissant sa patience, affûtant sa détermination. Un seul ne lâche pas de l’œil l’oiseau prêt à prendre son envol et remplir son premier contrat. Caresse paternelle d’une prunelle brune tandis que gronde la fierté dans un myocarde aux battements lents. Le bras frappe, presque avec douceur. Le sang bouillonne sur le trottoir alors que disparaît un chat dans la foule affolée.

Flash
L’ombre noire du Ministère à peine libéré du joug des Mangemorts. La frénésie des chasses tourbillonne dans les salles voisines mais les deux hommes se jaugeant n’en ont cure. Pavel est à une extrémité de la table, un aurore à l’autre. « Et vous dites que vous voulez aider au Ministère alors que vous êtes un cracmol ? » L’autre opine. Fluides accents de la voix. « Je suis peut-être mauvais sorcier, mais je ne suis pas mauvais homme. Il y a sans doute de la maintenance à faire, des choses qui puissent être accomplies aisément, du classement. Que sais-je encore ? » Une évidence. Le monde a toujours eu besoin de petites mains pour avancer.

Flash
L’iris accroche le gros titre d’un journal. Potter, encore lui. Nouveau ministre, nouvelles réformes. Indolent, l’oreille se promène tandis qu’œuvre le balai sur le sol. Insoupçonnable caméléon astiquant sans relâche le pavé. Guère plus qu’un Elfe de Maison aux yeux des badauds. Servitude commode pour laisser fléchir oreille. Cracmol, par ici, viens tôt laver mon bureau. Jauger, attendre. Qu’attendre et que Jauger ? Le frémissement d’une ère nouvelle : pour que naisse le monde, Monde doit mourir.

Flash
Pensée suave. Le corps se ploie et se déploie. Torse nu captant le hâle blafard de la Lune. Tatouages miroitent tandis qu’ondoient les bras et les côtes. Jouent les jambes un infime ballet, se bandent les muscles sous l’effort. La magie ruisselle au coeur des bois. La paume soulève l’air, et vole autour de lui la roche et l’humus. La tête roule autour de l’épine dorsale et roule avec elle les projectiles. La rosée emperlant les arbres lévite. Etincelles de pluie sous la pâle clartés de Séléné. La magie coule dans ses veines et pulse dans son être. Une magie qu’il cèle bien trop souvent pour ne la relâcher librement qu’en ces instants d’abandon et de danse. A l’aube, il se sera endormi, félin placide, dans le salon d’une maisonnée moldue ne soupçonnant pas les étranges aptitudes de leur animal

Flash
Vêtu d’un bleu de travail, l’échine courbée n’épargnant rien pour accomplir sa besogne, l’homme se ploie et bande ses muscles. Main tendue vers une fissure, l’autre soutenant un tuyau, il fait cesser l’averse nimbant le bureau d’une ruisselante pellicule. Par la porte entrouverte, un œil glisse et happe la naissance d’une tache d’ébène sur la nuque de l’ouvrier. Le fond de teint appliqué d’ordinaire en couche généreuse a fui sous l’ire aqueuse de l'ondée. Quelqu’un à même d’élucider son secret rôde.



FT. Hugh Dancy ; Pseudonyme Fortuna ; Âge 25 ans ; Comment as-tu trouvé le forum ? *kof* admin' *kof* ; Un petit mot à ajouter ? est-ce que la fiche est lisible sur les grands paragraphes ? *admin inquiète* ; Ta fréquence de connexion quotidienne.



SWEETNESS & MURDER

Archibald Rosier

Messages : 370
avatar
modératrice
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 7:52

:smi28: :smi44: :smi46: :smi51: :smi67: :smi74: :smi89: :murder:

mi amor,
enfin tu postes délicieuse fiche (oui oui, la mienne arrive bientôt :huh: )
quel début magnifique :severusnu:
je suis joie.
ensemble nous ferons de grandes choses.
:archiepavel:

Citation :
Préférences sexuelles UC ;
pourquoi ce n'est pas encore rempli ça? Neutral


bisous sur la fesse.
:smi19:

Pavel D. Monroe

Messages : 386
avatar
Administratrice & mj
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 11:11
Petit impatient, va ! Pour la peine, je te colle d'office à la lecture attentive des annexes ! S'il y a des choses qui ne te semblent pas claires, tu auras la divine et sacré mission de m'en faire la mention pour que je puisse les affiner une dernière fois ~

Ou comment exploiter ses partenaires de Rp en douze leçons et un câlin !

SWEETNESS & MURDER

Narcissa Black-Malefoy

Messages : 146
avatar
L'Enchanteresse
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 13:02
Je pourrais troller en faisant remarquer que tout de même, ces admins qui prennent des pauses dans la conception du forum pour poster des fiches de présentation, ce n'est en rien sérieux, mais je sens que tu vas me répondre que tu étais au chômage technique puisque tes collègues MJ n'avaient pas cru bon de t'envoyer à temps leurs annexes et PV...   :nope:  Je vais donc nous éviter cet échange de répliques fumeuses en te souhaitant la bienvenue et en te disant que je suis très impatiente de voir à l'oeuvre ce prometteur Pavel ! (Un animagus non déclaré bossant au Ministère... c'est d'un sérieux ! J'espère que tes supérieurs hiérarchiques, Archie et Harry, se feront une joie de t'épingler. Alors, déçu, tu te tourneras naturellement vers l'insurrection où nous saurons exploiter tes talents particuliers, n'est-ce pas? Hein ? Dis ? :toto: :smi53: :smi62:)

Pavel D. Monroe

Messages : 386
avatar
Administratrice & mj
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 13:07
... Ta fourberie va au-delà des mots, 'Cissa. Tes techniques de recrutement sont démoniaques !

(et oui, c'est bon, j'entends le message, je file relire annexes et poster PV... ou l'inverse, les deux fonctionnent xD)

SWEETNESS & MURDER

Drago Malefoy

Messages : 395
avatar
modératrice
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 22:22
Mère, vous êtes la plus vile des corruptrices, tout en élégance. Une vraie reine.
:smi63: :smi98: :mylord:



NÉANT MARTYR

Hieronymus P. Vasiliev

Messages : 92
avatar
mj
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 22:50
Je viens le dire ici : bienvenue madame la fondatrice du forum :boulette:

Blague à part, le Ministre, Monsieur Potter, a grande hâte de démasquer cet animagus non déclaré en plus de surveiller son idylle naissante avec son dangereux directeur du département des mystères. La fiche est très prometteuse, j'ai hâte d'en voir le bout !

Sorcellerie

Messages : 149
avatar
grand maître
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Sep - 20:35
Bravo, ta fiche est validéechez les Plume de Phénix
Félicitations ! Ta fiche a satisfait le staff exigeant et pointilleux que nous sommes ! Tu es désormais ajouté à ton groupe et libre d'aller et venir sur tout le forum !

Mon petit marcassin, tu nous offres une de ces proses...je suis ébaudie devant tant de  splendeurs (et une superbe évolution de style) :leuv: Tu nous a pondu un petit bidule bien insolite, d'un ordre mortifère qui promet suintante intrigue, dessous sa gueule d'ange  :smi12: Qui pourrait résister à ce mignon félin? Nous plaignons ces pauvres amoureux de chats (Archibald en premier  Neutral ) Je suis tombée sous le charme de l'esquisse dépeinte. En apparence, le personnage anodin, faisant muet décor dans le ministère. Sous lequel se musse macule et nébuleuses. Je suis affamée de voir ce moustique à l'action  :smi19: Je t'espère moult aventures (et surtout, ne pas te faire attraper par la fourrière). Je meurs devant cette moisson de beautés  :mylord: Dépêche toi de semer la zizanie  :smi15:  Tu remportes une dague en argent gobelin pour t'accompagner dans tes activités les moins légales !

A présent, tu peux régler encore quelques menus détails administratifs. Songe à bien remplir ton profil, c'est important ! N'hésite pas à jeter un oeil au Bottin des avatars pour vérifier que ta bouille est recensée, au Registre des métiers (si tu es dans la vie active) ou au Registre de Poudlard (si tu es étudiant) pour être certain que tes métiers, maisons de Poudlard, clubs et autres distinctions ont été bien enregistrées. Si ton personnage a une particularité, vérifie qu'elle a bien été enregistrée ici. Il manque une information quelque part ? Hurle-le nous ici !

Ensuite, tu pourras librement ouvrir ta fiche de liens pour que chacun puisse te demander un rp ou un lien, et bien entendu... jouer et t'amuser !

A très vite en RP  

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum