Dasvidania [100%]
 :: Salon de Thé & Bar à chats :: Archives :: Fiches présentation

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Invité

Invité
Dim 2 Déc - 15:31
Tamara E. Volodimir
CŒUR D’OCCAMY
Nom Volodimir, un nom qui transpire la Russie ; Prénoms  Tamara Elisabeth. Le premier est le même que porte sa grand-mère, le second purement British, lui a été attribué en raison du prénom que porte la Reine d’Angleterre; Âge 18ans; Date de naissance Le 8 septembre 1984   ; Lieu de naissance Manchester Royal Infirmar. A Manchester, donc.  Signe astrologique Vierge ; Nationalité Anglaise, mais aussi Russe ; Statut Civil Celibataire  ; Statut du sang  Sang pure ; Tradition L'Ordre d'Hermès   ; BaguetteBaguette en bois de Vigne et coeur de phénix, 27 centimètres, très flexible.  ; Patronus Cheval (Chestnut Stallion) ; Dons  Aucun; Pouvoirs  Aucun ; Particularités Douée en soins aux créatures magiques. Activité Professionnelle, études, métier, autre  Élève de septième année


.
ANECDOTES

- La famille Volodimir est originaire de Russie. Dans les années 80, en fin de guerre froide, la pauvreté du pays commence à poser problème, c'est donc en Angleterre qu'ils décident de poursuivre leur vie.  
- Partie officiellement  pour des causes politique, c'est une cause plus professionnelle qui les a réellement poussé à quitter l'Est de l'Europe. En effet, ces derniers ne sont en fait que des trafiquants d'animaux magiques. Membres d'une organisation qui sévit en Russie (La Kypc),et qui tente de s'implanter dans le reste de l'Europe ainsi qu'en Amérique, c'est en Angleterre qu'ils sont envoyés par la cour pour "élargir" les ventes de l'organisation.
- C'est alors dans la belle boutique de vente d'animaux magiques de sa mère que Tamara se découvre une réelle passion pour ces bêtes aussi uniques les unes que les autres. Façade pour les uns, boutique pour les autres, c'est à l'aide de cette couverture que la famille Volodimir subvient à ses besoins quels qu'ils soient.
- Tarama adore comparer instinctivement les personnes qu'elle rencontre aux animaux qu'elle connait.
- A 11ans que Tamara et son frère jumeau reçoivent leur lettre d'admission à Poudlard. L'un se retrouve à Serpentard, l'autre à Serdaigle.
- Tamara est poussée par sa mère à occuper un poste important dans le département de contrôle et de régulation des créatures magiques, pour que celle-ci aide les affaires familiales à fleurir
- Pendant l'année creuse où l'école a fermé, Tamara et son frère étaient en Russie, chez leur grand-mère à Saint-Pétersbourg.
- C'est en été 2001 que les Volodimir font connaissance avec leur nouveau voisin à l'accent peu British. Une arrivée qui semble attiser la curiosité de la jeune sorcière à l'instar de celle de ses parents.
- Tamara est contre cette représentation des sang purs comme être supérieur, alors que ses parents en sont totalement partisans. Elle s'est rendu compte que l'espèce humaine n'est qu'une seule et même espèce.
- Etant à la fois très attachée à ses parents mais aussi totalement en désaccord avec leur profession, Tamara ne sait toujours pas dans quel camp elle devrait se placer.

CARACTERE

Solitaire ~ Je ne suis pas du genre à m'attacher réellement aux personnes. Pendant mon enfance, mon seul ami était mon frère et cela m'était largement suffisant.

Toutefois, c'est à Poudlard qu'évolution il y a eu. J'ai passé une année entière toute seule avec mes bouquins et ma solitude et cela ne me déplaisait pas forcément. C'est en deuxième année que je suis devenue l'amie de Jasmine et Charly, malgré moi.  Bien qu'ils soient très gentil, je ne les ai jamais trouvée très intéressants. Je n'ai donc, en général, pas de longues discussions avec eux, juste quelques échanges de mots, de phrases, et parfois quelques sourires, mais cela ne les dérange pas. Ils mettent ça sous le couvert de la timidité, et tant mieux, car je n'ai pas envie de paraître désagréable ou irrespectueuse et de tâcher le nom que nos parent nous ont donné, pour éviter de froisser ma mère et sa Russe fierté.
- Les animaux restent donc les seuls êtres à qui j'aime me confier, partager. Ma chouette en est d'ailleurs un parfait exemple.

Discrète & Studieuse ~ Je ne suis pas de celles qui aiment se montrer et faire parler d'elles. Je ne suis pas la fille par excellence qui aime qu'on la regarde. Je suis de celles qui restent au fond de la classe, avec les réponses aux questions posées par le professeur écrites sur un bout de papier, au lieu de lever la main pour y répondre. Je suis de celles qui excellent à l'écrit plutôt qu'a l'oral. De celles dont personne ne se souvient réellement, et de celles qui sont plus discrètes que leur ombre elle-même.

Indécise ~ Il m'a fallut du temps, pour comprendre parfaitement l'ampleur que le travail de mes parents avait sur la vie animaux que je côtoyais, chaque jour que je pouvais.
Je ne pouvais donc qu’adoucir leur passage à la boutique, avant qu'ils ne soient à chaque fois vendus à l'ensemble des monstres que je voyais défiler.

Aujourd'hui encore, je ne sais toujours pas quel chemin prendre. Dois-je devenir celle dont j'ai toujours rêvé d'être, quitte à faire du mal à mon propre sang? Ou dois-je vivre, autant avec ce nom de famille qu'avec ses travers? Je ne sais pas. Je suis partagée entre l'amour que je porte à mon ascendance, et à celui que je porte aux seuls êtres qui le méritent réellement.

Curieuse ~ La curiosité a toujours été mon meilleur défaut. J'aime ça, découvrir des anecdotes sur des espèces, apprendre de nouvelles choses sur leur habitat, leur comportement, dépêcher chaque nouvel article qui parle d'une bête quel qu'elle soit. Lire, encore et encore et m'imprégner de tout ce savoir, de toute cette nouveauté.
 
Valeureuse~ Je ne pense pas réellement l'être, mais je sais que je serais capable de bien des choses, pour voir de mes propres yeux un animal que je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer ou d'étudier. Je sais d'ailleurs que je ne suis pas assez valeureuse, pour faire valoir leur bien être au détriment du mien, que je suis encore trop égoïste, mais lorsque l'occasion se présente et qu'aucun obstacle familiale ne me freine, je me donne à 100% pour leur bien-être, et serait capable d'affronter monts et marais si cela en était nécessaire.


CURRICULUM VITAE


Tout avait commencé comme une journée ordinaire à Poudlard. Le soleil s'était levé, accompagné des élèves comme chaque matin de l'année, et pourtant tout ne s'était pas déroulé comme à son habitude, du moins pour nous. Une conférence de presse devait-être donnée par celui dont le monde magique prononçait souvent le nom, depuis sa réapparition et nous avions eu le droit d'y être invité, nous, les dernières années.
A cette heure ci, j'étais encore dans mon lit, assise, les jambes croisées, à relire encore une fois ce livre que j'aimais tant, avant que Jasmine ne me tire de mes songes. Jasmine était mon amie, ou du moins, j'étais la sienne, car en vrai, bien que sa présence me faisait du bien, ce n'était pas moi qui l'avait choisi. Jasmine était aussi de Serdaigle, et quand bien même sa peau bronzée et ses cheveux long lisse et noir me faisaient penser à ces danseuses indiennes dont les moldus raffolaient, je ne pouvais m'empêcher de la comparer aux elfes de maison, lorsque je l'entendais parler avec sa voix très aiguë du haut de sa toute petite taille.

Une heure était déjà passée depuis mon réveil et notre petit déjeuner. Nous nous retrouvâmes assises sur les fauteuils rouge du wagon, direction le Ministère, accompagnées de Charly, qui nous avait rejointes pour discuter de cet événement qu'il attendait avec impatience.
Comme à son habitude, Jasmine tentait un monologue, alors que Charly, lui, s'était endormi entre deux lignes pendant que je feuilletais une nouvelle fois « Vie et habitat des animaux fantastiques ». Page par page je scrutais la moindre ligne, le moindre mot et sens qu'en donnait l'auteur, avant de m'arrêter sur cette créature qui me fit penser à l'homme que j'avais eu la chance , ou bien le malheur de rencontrer, car je n'en étais pas encore sûre.

--
« Êtres de l'eau : (également connus sous le nom de sirènes, selkies, ou merrows.)
Classification MdlM :XXXX^7
C'est dans les eaux plus chaudes qu'on trouve ces magnifiques créatures si souvent décrites dans la littérature ou la peinture moldues.
 »

Un petit sourire vint s'esquisser sur mon visage à la lecture de cette définition, qui, bien qu'ordinaire pour beaucoup, ne l'était pas du tout à mes yeux.  
Plongée dans mes pensées je me souvenais de la première fois que je l'avais vu, debout, sur ce pas de porte que je n'avais franchi qu'une seule et unique fois, il y a deux ans.
C'était pendant les vacances d'été, après le bon Pelmeni traditionnel du dimanche midi, recette que ma mère avait apprise de sa mère qui l'avait apprise de la sienne avant elle, et que je devais apprendre de la mienne à mes 18 ans. C'était sa fierté culinaire, et c'était aussi une bonne excuse pour aller à la rencontre de ce nouveau venu, prétendant qu'un repas bien chaud pourrait le soulager de la fatigue engendrée par son voyage, quel qu'il était.

Un petit toc, puis un toc toc, laissant place à quelques minutes de silence avant qu'un bruit de pas ne débouche sur un grincement de porte qui s'ouvrit délicatement.

Il était grand, près de deux têtes sur moi, avec une barde de quelques jours à peine. Ses yeux étaient gris sombre, presque à la couleur de celle de la vélane présente à la Page 253 du Monstrueux livre des monstres, que j'avais pu lire en deuxième année. Ses cheveux, eux, étaient châtains foncés, et parfaitement taillés.  Une main sur le cadre de la porte, l'autre la tenant entrouverte, il était là, devant nous, l'air de rien. Ni gêné ni heureux, ni malheureux, il semblait aussi austère et solennel que le Directeur lui même, et pourtant aussi étrange que cela puisse paraître, il n'était en rien comme lui.  

Ma mère et moi rougîmes toutes les deux, avant que la porte ne se referme sur nous, juste après qu'une de ses mains s'était posée sur le plat encore chaud et qu'un simple merci parut sortir d'entre ses lèvres, aussi enivrantes que le vin lui-même, et plus rien. Nous étions comme deux délaissés, comme deux abandonnées sur le pallier. Comme si notre présence n'était en rien intéressante et en rien existante à ses yeux, et pourtant il ne m'avait pas laissé un funeste souvenir, bien au contraire. Je n'étais pas énervée, pas du tout, j'étais plutôt estomaquée de voir qu'une chose aussi belle, n'était pas répertoriée dans un de mes livres sur les animaux magiques.

Depuis ce jour, je ne l'avais vu que brièvement, par ma fenêtre, rentrant dans sa demeure, ou s'asseyant sur son pallier en bois, accompagné à chaque fois et uniquement d'un livre, devant le coucher de soleil de Manchester.  

C'était  Monsieur Graves, mon être de l'eau à moi, aussi envoûtant qu'effrayant et dont le comportement m'intriguait tout autant. La bête était inconnue. Ses faiblesses, ses forces, insoupçonnées, et son lieu de vie tout juste découvert. Cette nouvelle espèce, aussi lugubre qu'elle puisse paraître, me fascinait étrangement.

--
Le bruit de la locomotive en marche me ramena sur terre, et c'est à ce moment précis, alors que la machine soufflait et que Jasmine bavassait, que je sentis mes joues prendre quelques degrés, pendant que mes mains, elles, perdaient en hydratation et que mes pensées vacillaient dans ma petite tête rousse.  C'est certainement le stress, que je m'étais dit, et qui était certainement dû à la rencontre de Monsieur le Ministre en chair et en os, quoi d'autre de toute façon, hein ?

Une voix s'éleva, une nouvelle voix que je n'avais pas eu l'occasion d'entendre aujourd'hui, et qui me faisait presque mal au oreilles à tous coups, et encore plus dans ce moment de presque paix.

- TAMARA ! Chto ty vse yeshche delayesh' s yego nemagiyey?  
- Qu'est ce que tu fais encore avec ces moldus
- Ostav' menya v pokoye, ya zanyat, Pavel
- Laisse moi tranquille, Pavel
- TSSS


Pavel Volodimir, septième année, serpentard, s'était aventuré dans nos quartiers pour me cracher son venin au visage, avant de disparaître de la pièce aussi vite qu'il y était apparu. Jasmine me questionna alors sur cette petit discussion de famille avant que je ne reprenne, après un petit mensonge aisément placé, la lecture de mon livre. Quelques minutes défilèrent, quelques pages tournèrent, avant que je ne m'arrête sur celle qui était à l'image de ce que je pouvais ressentir à cet instant même.

« Le basilic (également désigné sous le nom de roi des serpents).
Classification MdlM: XXXXX
Le basilic est un serpent d’un vert brillant, qui peut atteindre une longueur de quinze mètres. Ses crochets injectent un venin particulièrement redoutable mais son arme la plus terrifiante reste le regard de ses immenses yeux jaunes qui ont le pouvoir de tuer instantanément quiconque a le malheur de les fixer 
».

Pavel était pour moi plus apparenté aux reptiles qu'à l'être humain lui même. Non pas que je détestais mon frère, enfin..., mais il était devenu ce que la saleté était à l'elfe de maison, mon meilleur ennemi.  Il était insolent, fourbe, au regard presque paralysant, lorsqu'il me regardait de son air dédaigneux et dégoûté de m'avoir pour sœur, elle, celle qui ne s'entoure pas uniquement de sangs purs.

A l'instar d'un détraqueur, il m'enlevait toute joie et tout bonheur, lorsqu'il restait trop longtemps près de moi. Nos idéaux n'avaient pas choisis le même chemin, nous étions devenus des contraires, alors que notre enfance fut bercée, elle, par la ressemblance de notre relation à celle de Don Quichotte et Sancho : inséparables. Nous avions même eu un dialecte dont seul nous avions les clefs un jour, mais cela n'avait plus lieu d'être aujourd'hui.  

Par la force des choses, nous prîmes des chemins différents à partir de notre deuxième année à Poudlard. L'ambition l'égo, l’orgueil, la fierté, toutes ces choses naquirent en lui et s'étalèrent comme de la mauvaise herbe, dans le petit jardin qu'était son cœur. Il voulait à tout prix me surpasser, m’écraser, moi sa sœur qui était malgré elle devenue la petite préférée de la famille. Mon assiduité à Poudlard, mon calme, ma douceur, faisaient pencher un tant soit peu la balance. C'était moi qui devais permettre à la famille de s'édifier en haut de la pyramide, moi qui allais leur faciliter leur ascension à la tête de l'organisation, moi qui allais permettre de redorer le blason familiale, moi, malgré moi, et ça, ça ne lui plaisait pas du tout.

--
Les roues ralentirent, les railles crièrent d'un bruit sourd, et la locomotive s'arrêta à quais. Quelques secondes suffirent aux étudiants pour se lever et se ruer à l'extérieur, impatients d'arriver enfin à destination. Debout dans le couloir en direction de la sortie, je n'avais que mon sac en bandoulière et mon livre à la main que je tentais de ranger, avant de me faire bousculer. Mon réflexe ne fut pas de demander de quelconques excuses, ou de tenter de savoir de qui venait ce coup d'épaule volontaire ou non, non, bien sûr que non. Instinctivement je m'étais accroupie aussi rapidement que j'avais pu le faire pour vérifier l'état de mon trésor, posant alors mes yeux sur la page à laquelle il s'était ouvert pour y lire instinctivement quelques lignes, avant de le ramasser.

Loup-Garou
Classification MdlM : XXXXX^13
« Le loup-garou se trouve dans le monde entier bien qu’on le pense originaire d’Europe du Nord. Une fois par mois, au moment de la pleine lune, le sorcier ou le Moldu atteint par la maladie – et réputé sain et normal le reste du temps – se transforme en une bête meurtrière. »


Ce n'était pas franchement l'image que j'avais de ma mère, avant, puis au fil des années, j'ai compris et j'ai commencé à voir sa transformation.
Ma mère a toujours eu cette fierté qu'elle porte avec prétention. Ma mère a toujours eu cette prestance, celle qui plongeait toute pièce dans le silence à chaque fois qu'elle y pénétrait, sans qu'elle le voulait forcément. Elle était toujours toute sourire avec nous, la bouche à chaque fois habillée d'un rouge pétillant, faisant contraste avec la couleur de sa peau aussi pâle que la neige Russe. Son visage était doux. Ornée de pommettes relevées et de grands yeux noir en amande. Elle était belle, mystérieusement envoûtante et irrésistible. Elle choisissait toujours ses mots avec parcimonie, ne voulant ni blesser, ni outrer, lorsqu'elle avait des choses à dire. Le respect, c'est ce qu'elle nous a toujours appris à avoir.  Toujours au petit soin, toujours à vouloir que mon frère et moi donnions le meilleur de nous même pour montrer que nous, les Volodimir, sommes des êtres d'exception, car c'est comme ça qu'elle le percevait. Une grande lignée de sang pure en Russie, qu'elle aimait nous rappeler.

Ma mère et moi ne sommes aujourd'hui pas réellement proche.  Et même si l'amour peut se lire dans sa façon d'être avec nous à chaque vacance d'été, notre rapport avait toujours semblé être très... Professionnel depuis quelques années. Elle avait des idéaux bien définis, un chemin tout tracé pour ces deux et uniques enfants. L'un devait finir dans le département de contrôle et de régulation des créatures magiques, l'autre à la tête de l'organisation. C'était comme ça, et ça continuerait de l'être, malgré moi, malgré mes projets, mes envies, et surtout mon avis.

Elle avait en effet ouvert sa propre boutique de vente d'animaux magique au chemin de traverse, depuis qu'elle s'était installée à Manchester, elle et mon père. C'est d'ailleurs grâce à cette dernière que je m'étais retrouvée être une grande amie des bêtes. Je pense réellement avoir passé plus de la moitié de mon enfance dans ce magasin, sillonnant chaque couloir, chaque étagère, prenant soin de chaque animal, de chaque insecte, de chaque bête, pour apaiser leurs souffrances et leur mal être. J'étais souvent assise sur une chaise que j'avais pris le soin de déplacer selon mes envies, à côté d'un animal, puis d'un autre pour y dessiner un petit croquis, accompagné de quelques notes sur le comportement de l'animal, ses préférences en terme de nourriture, de jeux, pour établir un petit livre à l'image de celui que Norbert Dragonneau avait écrit

A l'intérieur de ce magasin, ce n'était plus ma mère que je voyais, mais Annabela Volodimir, cet être sans cœur, aucun, traitant n'importe lequel de ces animaux comme un moins que rien, comme si leur vie ne valait pas plus qu'une poignée de sous, ne vacillant pas d'un poil, lorsque fin, il fallait mettre à la vie de l'un de ces malades, qui lui faisait plus perdre d'argent qu'elle ne pouvait en tirer. Monstrueusement effrayante, vidée  de toute sensibilité, de toute gentillesse, de tout ce qui faisait d'elle ma mère, ce monstre que je voyais se re-transformer lorsque l'on passait la porte de la maison.
Ma situation était assez délicate. J'avais peur, peur de la voir sous ce masque qu'elle mettait non pas à chaque pleine lune, mais à chaque pleine journée de travail, et pourtant...
Je savais bien que je devais y être, que je devais, comme le pouvais, les aider, eux, ces êtres délicat, aimant, poignant, ces êtres qui ne demandent rien, mais qui en reçoivent quand même, malgré eux. Ces êtres qui n'ont pas leur mot à dire et qui subissent les sévissent du trafic comme de vulgaires meubles, passant quelques jours dans leur cage au sein de la boutique, avant de reprendre le chemin direction peu glorieux, lorsqu'ils franchiraient la cheminée de la maison.  

Ce magasin que j'aimais tant n'était qu'une façade, tout comme semblait l'être le visage de ma mère. Il n'était qu'un tremplin entre l'achat d'animaux et la revente aux véreux les plus insoupçonnés, qui passaient souvent à la maison.  Notre maison était remplie de vie, à base de transplanage, de va et vient d'étrangers,d'échanges et de messes basses près de la cheminée. Des personnes entraient, s'échangeaient quelques mots, et récupéraient des dizaines d'animaux en cages et disparaissaient.

Tout ça sous mes yeux, sans que je puisse dire un moindre mot, sans me faire fusiller du regard par ce qu'il restait d'Annabela Volodimir. J'avais donc, après quelques mois d'essai, pendant lesquels j'avais en vain tenté d'expliquer à ma mère mon point de vue sur la chose, décidé de me terrer, silencieusement dans notre demeure, lors de réunions comme celle ci, et de me concentrer sur la boutique, sur laquelle je pouvais agir un tant soit peu, sans que les foudres s'abattent sur moi.
J'étais celle qui agissait dans l'ombre pour le bien être de tous, celle qui égoïstement ne voulait pas se mettre sa famille à dos, mais qui en même temps culpabilisait de ne pas vraiment aider la cause animale. Celle qui était au bord d'un précipice et qui n'avait nul endroit auquel se rattacher réellement, n'ayant alors d'autres choix que de continuer à marcher sur ce chemin étroit pour tenter, un jour, d'y trouver une branche à laquelle s'accrocher.

--
Je ramassais donc enfin mon livre, pensant alors à ce que je pouvais faire plutôt qu'a ce que je ne pouvais pas faire pour aider ces animaux.
Ces êtres aussi inférieur que les non purs, comme ma mère aimait le dire. Je n'étais d'ailleurs pas de cet avis, sachant pertinemment que tout être humain, et ça peu importe leurs différences, était comme toute bonne catégorie d'animal, une seule et même espèces.

C'est après une petite heure que je me retrouvais enfin au Ministère. Longeant le couloir menant vers la réunion, après avoir eu le temps de faire un petit tour aux toilettes avec Jasmine, j'aperçue sur le mur, en hauteur, un tableau ou était dessiné à la peinture un Chiroptera. Ce qui me fit penser à ce que j'avais pu lire, la semaine dernière dans le Monstrueux livre des monstres.  

Vampire :
Ils sont considérés comme des créatures partiellement humaines. Le vampire est un être magique qui est connu pour mordre et sucer le sang de ses victimes. Ils ont probablement le teint émacié et des poches sombres sous les yeux.


Baissant les yeux une fois arrivée dans la pièce, la première personne que j'avais pu remarquer, était notre cher Directeur Rogue, étrange coïncidence, d'ailleurs.  A vrai dire, il avait plus l'air d'une chauve-souris que d'un vampire, ou peut-être que non, après tout. Il était debout, aussi solennel que d'habitude, au visage aussi strict que le  mot règlement lui même aurait pu avoir, s'il pouvait être humainement représenté.

Autour de lui, le débat avait déjà commencé entre un Monsieur le ministre, un professeur, des élèves et ...

- M..M...Monsieur Graves...?, marmonnais-je
FT. Sophie Turner; Pseudonyme Kara ; Âge 25 étoiles ; Comment as-tu trouvé le forum ? Un certain Galahad m'a menacée   Un petit mot à ajouter ? Un forum qui en a dans le ventre ! J'ai hâte de me lancer dans cette nouvelle aventure Ta fréquence de connexion Un peu tous les jours




Dossier scolaire
ECOLE FRÉQUENTÉE


MAISON SOUHAITEE
Serdaigle
7em année
PRÉFET ? Non
CLUBS
DISTINCTION : Club de potion /echec


BUSES & ASPICS
Cours suivis : cours obligatoires + options
Résultats aux BUSE : si déjà passées (pour les élèves de 6e et 7e année)
- Sortilèges – E
- Métamorphose – E
- Potions – O
- Botanique – O
- Défense contre les Forces du Mal – A
- Sciences Moldues – P
- Histoire de la magie – E
- Astronomie – E
- Arithmancie – (si choisi en option)
- Divination – P
- Etude des Runes et des Oghams – (si choisi en option)
- Soin aux créatures magiques – O

Invité

Invité
Dim 2 Déc - 17:39
Bienvenue, mademoiselle Volodimir. Il semblerait que je vous aie déjà vue quelque part...
Winnie Carrow
MEMBRE
hiboux : 610
pictures : Dasvidania [100%] Tumblr_inline_pdrtkg1vEf1uzl60b_400

LITTLE BAT
Dasvidania [100%] Eb35f7bfe2771b91097188d5f871a33c
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 17:41



OOOOh la belle sophie :leuv: :leuv: La TEAMROUSSE s'agrandit ! :smi89: On va pouvoir faire une révolution! :smi90: :smi91:

Bienvenue parmi nous ma belle. J'aime déjà beaucoup ce que tu nous as pondu! :smi82: J'ai hâte de voir ce dont tu vas nous régaler avec la belle Tamara. Bonne chance pour la suite de ta fiche!!!!!! :smi79: :smi85: :smi72: :smi71:


Bisou sur la fesse
Severus Rogue
Roméo alangui
hiboux : 1913
pictures : Dasvidania [100%] UQKrvcx
TEATIME is always epic with englishmen | ALWAYS in love with his dear Lily | BOOKS lover | MAGISTER es potionis
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 17:47
Plus officiellement que sur la chatbox, bienvenue dans le club très sélect des rousses de septième année °° (avec Winnie, Veredis et Meadow... ce gang de folie !)

Si tu as la moindre question, n'hésite pas, le staff est là pour ça <3

Bonne chance pour la fin de la fiche ^^


PUTTING DEATH IN BOTTLE

Invité

Invité
Dim 2 Déc - 18:11
Bienvenue Jolie Miss :toto:

Puis ce choix de bouille, j'avoue que c'est les rousses au pouvoir :smi37:
Vous avez totalement raison Smile

Hâte de voir la suite de cette charmante demoiselle ^^

Invité

Invité
Dim 2 Déc - 18:35
Bienvenue et bon courage pour ta fichounette ♥️
Sophie Turner *-*
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1356
pictures :

song themeDasvidania [100%] 1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
Dasvidania [100%] Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 19:43
sophie turner,
la jolie rouquine,
quel délicieux choix.
:smi2:
une petite russe, nous manquions de graine étrangère :smi7:
ainsi, c'est galahad qui t'as ramené,
IL A BIEN FAIT
:smi89:
bienvenue parmi nous :smi98:
si tu as la moindre question, n'hésite pas à harceler le staff :raph:

Invité

Invité
Lun 3 Déc - 20:22
Encore une rousse de 7ème année !... :smi55: Je suis encerclé  :smi35: Quoi que c'est pas plus mal. :smi54: ... Non, attends : tu lances pas des Diffindo ou te déguises pas en Voldemort pour Halloween j'espère ? Ou tu testes pas des produits Weasley sur tes camarades, tu as pas tes règles et décides de partir de l'équipe de Quidditch sur un coup de gueule ou t'es pas une perfide petite vélane qui hypnotise trop facilement les pauvres petits coeurs d'hommes fragiles ?  :smi16:

En tout cas bienvenue parmi nous. Hâte d'en savoir plus sur cette prochaine petite camarade. Et bien entendu : bon courage pour ta fiche !  :smi40:
A bientôt en RP très certainement. :smi72:

Invité

Invité
Mar 4 Déc - 6:58
Hey ! Merci pour ce bel accueil Smile Je suis trèèèèès pressée de vous rejoindre !!! Razz

Invité

Invité
Mar 4 Déc - 13:32
Bienvenue parmi nous avec cette sublime rouquine :smi49:

J'aime déjà beaucoup le début de ta fiche (le trafic d'animaux c'est mal vilaine fille :smi66: )

Bon courage pour la suite de l'écriture :smi62:

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum