EVENT #5 | POUR UN MONDE MEILLEUR
 :: Ministère de la Magie :: Département des activités magiques :: Salle sans limite

Sorcellerie

grand maître
avatar
Messages : 176
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Nov - 23:34
POUR UN MONDE MEILLEUREvent Adulte
La salle est plongée dans la pénombre, mais chacun peut deviner les visages des autres présents. Certains travaillent au Ministère, d’autres non. Le dos droit, Minerva McGonagall s’est échappée des murs de Poudlard pour venir prêter assistance à son petit Lion, près d’elle, Hermione Granger lisse distraitement son tailleurs. Les deux femmes font parti des meilleurs soutiens d’Harry Potter, chacun le sait. Dans l’assemblée, on se jauge. Tout le monde est-il là pour la même raison ? Chacun sait l’attentat dont a été victime le Ministre de la Magie. Un funeste attentat qui a coûté la vie à Astoria Malefoy. Une perte regrettable. L’allocution du Ministre à ce propos était poignante. Chacun entend à nouveau les condoléances qu’il a présentées et les regrets qu’il a exprimés de ne
pouvoir laisser la famille de la victime assister aux obsèques. Tous ceux qui étaient là se souviennent. « Mort à Potter ! » Le visage surpris du Ministre lorsque le sortilège a fusé vers lui. Le cadavre de l’assassin échoué sur le sol.

La panique. Le chaos.

Et les voici tous réunis en ce coeur du mois d’Octobre. Cela fait une semaine que Narcissa Black-Malefoy et son fils, Drago, ont été libérés. L’enquête revient au point mort. L’inquiétude est palpable. Faut-il redouter de nouveaux attentats ? Le Ministère est sur les dents, les proches de Potter le sont tout autant. Et pourtant, le voilà qui daigne enfin paraître, étonnamment calme compte tenu des récents événements. Il entre dans la pièce, placide, et vient s’installer en bout de table. La réunion peut commencer.

« Chers tous, merci de vous être déplacés ici, ce soir, à ma demande. Certains d’entre vous ici sont des anciens de l’Ordre du Phénix, d’autres de l’AD que nous avions créé avec Hermione au sein de l’établissement... »

Plusieurs sourires empreints de nostalgie ornent des visages, de-ci, de-là dans la pièce. Harry Potter lui-même semble capturé l’espace d’une seconde par ses propres souvenirs.

« D’autres travaillent au Ministère ou font partie de mes proches. Le point est que j’ai confiance en vous pour l’affaire dont nous allons traiter ce soir. Vous n’êtes pas sans savoir que notre société traverse une crise majeure. J’avais espéré pouvoir arriver à un accord avec les Malefoy et les Selwyn… Mais vous savez tous comment s’est conclu l’inauguration de l’exposition sur l’histoire sorcière de notre beau pays. »

Des visages contrits. Tout le monde se souvient encore trop fraîchement des attentats du mois précédent. Une mine douloureusement sérieuse orne le visage du Ministre tandis qu’il joint les paumes devant lui, coudes sur la table, se penchant en avant.

« Toutes les preuves que nous avons recueillies tendent à prouver que j’étais la cible de cet attentat. De nombreux témoins ont entendu hurler l’assasin ‘mort à Potter’ et Astoria Malefoy était juste à mes côtés… En outre, nous avons retrouvé des photos de moi tirées de la Gazette du sorcier dans la poche de l’assaillant mort. Les trois autres courent toujours, nous supposons toutefois qu’ils font partie de la communauté Euthanatos. Il va être difficile de les appréhender sans se mettre la tradition à dos, je le crains. »


La foule est suspendue à ses lèvres. Pourquoi l’homme leur parle-t-il de tout ça ? Les employés du Ministère, d’accord, mais eux, les extérieurs, les amis ? Chacun a conscience d’être à l’aube d’un choix.

« Minerva McGonagall ici présente – et elle n’est pas la seule dans cette assemblée – a fait parti de l’Ordre du Phénix au cours de la dernière guerre. Le but de cet Ordre, créé par feu Albus Dumbledore lui-même, était de lutter contre le Mal personnifié en la personne de Tom Elvis Jedusor aussi connu sous le nom de Lord Voldemort. Si Narcissa Malefoy n’est, Merlin merci, sans doute pas un mage de l’envergure de Jedusor, elle a fait partie de ses partisans, de même que son mari que nous recherchons toujours activement. Nombre des sympathisants à sa cause sont d’anciens mangemorts, et une partie des idées qu’elle véhicule sont celles qu’employait Jedusor également… Ma proposition est simple : je souhaite relancer les activités de l’Ordre du Phénix en partenariat avec notre bureau des Aurores. Il ne s’agira pas d’agir secrètement mais au grand jour, au contraire. Là où Madame Malefoy souhaite répandre la peur par des attentats, nous répliquerons en éduquant les foules à des gestes de sécurité, en rassurant, en offrant des refuges. Face au discours de haine des Malefoy, nous pourrions répondre par l’apaisement et la discussion. Et en dernier recours, s’ils persistent à vouloir mettre à mal la société pacifiée à laquelle aspirait Albus Dumbledore lui-même, alors nous les arrêterons. »



Peuvent participer à cet event les adultes ayant des connexions avec le Ministère : les Coeur de Licorne, bien entendu, mais également les Crin de Sombrals et Coeurs d’Occamy ayant leurs entrées dans le domaine. Les élèves majeurs peuvent également être présents.

Le prochain post MJ aura lieu le 9 décembre. Bien entendu le MJ peut intervenir à n’importe quel moment sur requête ou spontanément, comme de coutume. A vos plumes !




Severus Rogue

Monsieur le directeur
avatar
Messages : 563
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Jeu 22 Nov - 13:36
POUR UN MONDE MEILLEUR
FT Event 4

Assis au coeur de l’assemblée, Potter règne. Le fameux Potter, le poussin des Gryffondor, le petit fauve tapi dans l’antre. Je ne pensais lui voir cette assurance un jour… Il n’est peut-être pas si piètre politicien que je pensais. La ferveur vibre dans chacun de ses mots, et je ne peux m’empêcher d’être tenté de l’écouter. L’angélique Potter, le Saint Potter. Sans ses lunettes, les iris virides de sa mère flamboient d’une ferveur nouvelle.

Bras croisés, je l’écoute, je le jauge, cherchant dans sa voix ou dans son œil un signe de duplicité comme je l’ai fait lors de notre dernière entrevue. J’ai encore en tête la réunion au Manoir Malefoy à la sortie de détention de Narcissa et Drago. J’ai vu l’indignation, entendu les soupçons. Potter manipulé ? Potter maître d’oeuvre ? Potter changé. Quelle voie est la bonne ? Potter meurtrier. Les paroles de Daphné Greengrass résonnent encore dans mon crâne. « Il a tué Voldemort ». La chose n’est pas fausse. Sur mon avant bras, la marque des ténèbres s’est fanée, comme dans la chair de tous les anciens Mangemorts.

Libres.
A quel prix ?

L’oeil dérive sur l’assemblée. Tout le monde écoute. Certains doutent, certains se demandent ce qu’ils font là. Mes yeux accrochent la nuque de Granger, la silhouette de Minerva McGonagall. La vieille Lionne sera sans doute ravie de me savoir ici… Depuis le temps qu’elle me houspille et tempête… La voix de Potter roule, étrangement magnétique. L’utopie d’un monde en paix… Est-ce une utopie ? J’aimerais y croire. J’aimerais croire qu’il est capable de cela, de porter un monde meilleur. Il a défait Lord Voldemort. Symbole d’espoir. Je sais combien les symboles et les idéaux peuvent être dangereux. Pourtant… j’aimerais lui accorder le bénéfice du doute. Potter n’a jamais eu un mauvais fond, et j’aime à croire qu’en grandissant, il a peut-être pris un peu de plomb dans la cervelle. Levant doucement les paumes des cuisses où elles reposaient, je les disjoins et fait sonner dans l’assembler la lugubre envolée d’une ovation solitaire. Clac. Clac. Clac. L’assassin de Dumbledore a désormais toute l’attention de l’auditoire. Et je déteste ça.

« Très touchant discours, Potter, j’en aurais presque versé une petite larme. Albus Dumbledore et Idéalisme à part, que proposez-vous concrètement ? Vous ne pouvez pas forcer les Malefoy à adhérer à vos idéaux libertaires. Vous ne pouvez demander à des familles pétries d’anciennes idées sur la pureté du sang et de la conviction qu’elles sont une élite de soudainement se mêler de technologie moldue au nom d’envolées progressistes. Je vous rappelle, en outre, que l’attentat dont vous avez été la victime n’a pour le moment pas été revendiqué ni rattaché aux Malefoy. Même si Narcissa et Drago vous détesteront sans doute suffisamment pour tenter de vous faire la peau dans les jours prochain, ils auraient probablement employé un moyen plus efficace ne mettant pas en danger leur famille, et je ne puis croire que Lucius Malefoy se serait abaissé à commanditer quand il aurait pu vous achever de ses mains. Cet attentat était du travail d’amateur… très surprenant lorsqu’on connaît la réputation des Euthanatoï : ils sont plutôt connus pour leur… adresse. Avez vous envisagé la possibilité qu’Astoria ait été visée et que l’on ait simplement voulu maquiller cela en attentat politique pour envoyer les enquêteurs sur de fausses pistes ? »



559 mots


PUTTING DEATH IN BOTTLE

Helen Bladestone

avatar
Messages : 80
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 12:45
Une très longue table déroulée comme un ruban entre deux allées de briques. Les murs du Ministère, gardiens de cette assemblée, répercutaient les voix de Potter puis de Rogue. Après l'exposition du mois dernier, c'était un nouveau tableau, vivante peinture, qu'orchestraient toutes les lignes aspirées par une seule silhouette : celle du Survivant. Le gosse malingre devenu éclair puis fauve. Il en coulait, de l'assurance et de la conviction dans ses paroles ! Et ses yeux imbibés de sa foi venaient chercher un à un les sages participants assis sur chacun de ses côtés. Voilà qui inspira à Helen les deux vagues de la Mer Rouge de part et d'autre du Chemin vers l'avenir meilleur : Harry et la solide Minerva près de lui devaient y croire.

La Bladestone siégeait là en tant qu'employée du Ministère mais ne se sentait qu'écume derrière ces ferventes vagues de discours. Elle ne disait rien, écoutait tout et se rangea à l'avis de Severus Rogue, dont elle apprécia les mots secs, sans concession, pragmatiques. Quelque chose sonnait faux dans cet attentat. Trop facile, comme le suggérait le directeur de Poudlard ? Astoria restait la victime collatérale - elle avait pris pour les affrontements de tous les autres - mais si elle était effectivement visée ? Et cette grande exposition qui offrait l'occasion de réunir le monde sorcier dans les atours de l'événement officiels... N'aurait-ce pas été le décorum idéal pour exciter les passions, les frémissements, les allégeances à ce tout jeune Ministre et orchestrer une théâtrale interpellation des opposants ? Viser Astoria relevait-il du calcul par diversion ou attaquait-il véritablement la belle-fille Malfoy pour une raison qui échappait à Helen.
Bien des fils entremêlés qu'elle ne saurait tisser - quelqu'un le pouvait-il seulement ? Un motif escarpé. Une tapisserie à accrocs. L'on y trébuchait. Une seule conviction : à l'instar de Severus Rogue, elle soupçonnait une vérité bien moins lisse que le mirage tendu... et presque insultant pour l’habileté des Malfoy et des Euthanatoï. Pourtant, elle voulait par ailleurs croire au renouveau qu'incarnait Potter, au-delà des actuels coups de fleuret échangés et quels qu’en soient les auteurs.

Quant à l'absence de Narcissa et Drago aux obsèques d'Astoria, Potter avait beau s'en battre une nouvelle fois la coulpe, il avait commis là au mieux une maladresse, au pire une grinçante bassesse. Il y avait un temps pour laisser des vivants enterrer leurs morts et un temps - bien assez de temps - pour le retour à la chose politique. Cette sépulture sans la belle-mère et l'Héritier, voilà qui n'arrangerait pas les mésententes.

Helen suivit le chemin d'une maigre lumière dans le visage silloné de la vieille MacGonagall, muette mais à l'affût de tout, statuaire dans sa concentration féline. Prendrait-elle la parole ? La Bladestone fureta aussi la réponse du Ministre à ce concrètement que réclamait Rogue. Son discours était resté très vague sur les actions de l'Ordre et les directions à venir.

Hermione Granger

avatar
Messages : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 22:50
POUR UN MONDE MEILLEUREvent Adulte
Hermione était légèrement tendue. Oh, en travaillant au ministère de la magie et pour le nouveau Ministre, elle ne s’attendait pas à une vie tranquille. C’était d’ailleurs peut-être en partie pour cela qu’elle avait lâché ses études et c’était lancé dans ce chantier. Quoiqu’il en soit, elle ne s’était jamais attendue de craindre pour la vie de son meilleur ami après la fin de Voldemort. Le pauvre avait du survivre pendant toute son adolescence et voilà que maintenant on attentait à sa vie. Elle tira discrètement sur son tailleur et alla s’asseoir auprès des autres.

Aujourd’hui, ils avaient pris une décision. Harry en avait longuement discuté avec elle et le professeur McGonagall et ils avaient décidé que l’Ordre du Phénix devait renaître de ses cendres. Pour le coup, Hermione était entièrement d’accord avec cette idée. Elle souhaitait faire perdurer la paix et l’ordre devait régner. Les aurores ne s’en sortaient pas alors, un peu d’aide ne serait pas trop.

Harry avait donc décidé de réunir beaucoup de personnes autour de cette table. Des anciens de l’ordre, de l’AD, d’anciens camardes… Réunis par une même idée : Albus Dumbledore était un grand homme et aimerait la paix. Un petit sourire se dessina sur les lèvres de l’ancienne Gryffondor à l’évocation de l’Armée de Dumbledore. Elle était fière d’en avoir fait partie…D’avoir combattu aux côtés de Harry contre les forces du mal.

Mais Severus Rogue attira alors l’attention à lui. Hermione posa un regard froid sur son ancien professeur qui prit la parole. La jeune femme pinça ses lèvres et croisa ses mains. Elle sait que le professeur a raison concernant cet attentat. C’est étrange. Si c’était véritablement la vie de Harry qui avait été visé, il serait sûrement mort à l’heure qu’il était. Hermione n’était pas idiote… Elle voyait bien que quelque chose clochait… Mais si c’était des pro-Potter qui avait fait ça, elle trouvait ça bien idiot… Si c’était des personnes pour accuser facilement les Malefoy également… Ou alors c’était véritable un attentat raté ou une mise à mort de Astoria. C’était bien étrange.

La jeune femme se redressa lorsqu’il demanda les idées concrètes. Elle échangea un regard complice à Harry, le laissant répondre.


On a dark desert highway

I saw a shimmering light
ANAPHORE

Snejana C. Andersson

avatar
Messages : 184
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 14:57


Event #5 | Pour un monde meilleur Les Participants Paisible était le ministère de la magie, en cette douce soirée. L'agitation habituellement tangible avait choisi de céder sa place à un silence apaisant. Nul bavardage n'était perceptible, nulle conversation au sens incompréhensible, juste un mutisme bienfaiteur. Avoir la chance d'observer cet environnement hors de son affairement journalier était plutôt plaisant, allant jusqu'à sortir de l'ordinaire. Exit les faux-semblants, les ronds de jambes et les coups de poignard dans le dos, il n'y avaient plus rien. Excepté, peut-être, le bruit de ses pas dévorant le parquet. Enjambées après enjambées, la conjureuse de sort délaissait l'impressionnante statue de l'entrée pour se diriger vers l'ascenseur. Selon toute vraisemblance, la réunion du ministère allait se dérouler dans les méandres de l'établissement, dans ces zones les plus reculées. Impartiale, décidée, le visage toujours hermétiquement fermé, Snejana laissait la machine magique dériver vers le fond, observant sans les voir, les étages défiler. Les derniers évènements en date étaient encore inscrit au fer rouge dans la population et le dernier mot n'était pas connu. L'enquête promulguée par le ministère tournait en rond, selon une source proche d'un auror, rien d'enjôleur. Eh si l'enchanteresse, comme ils aimaient l'appeler en terre de feu, avait pris les devants en sonnant le rassemblant, le ministre de la magie avait décidé d'en faire autant. Une logique imparable, une réflexion qui aurait pu la faire sourire. Pourquoi se mêlait-elle de toute cette histoire ? La brune se posait souvent la question, tant ce n'était pas vraiment raccord avec son ressentis profonds, généralement indifférente à ces piques en tous genres. Ma foi, son culte avait été plongé dans la cacophonie, tout comme sa présence et ses réflexions filaient sans discontinuer. De plus, elle avait accepté de suivre un de ses collègues, à la réception de l'insurrection et comptait bien obtenir, en se dirigeant vers la salle sans fond, l'autre pendant de cette épopée.

Conclusion et réplique ne tarderaient pas à venir, comme toujours, restait à voir lesquels. Seront-ils aussi foisonnant d'idées, aussi prompt à écouter toutes les possibilités que leurs opposants politiques? La jeune femme ne tarderait pas à le découvrir. Toujours couverte de la tête aux pieds, par un vêtement sombre, dans une imitation de cuir, elle poussa la porte. Nulle gêne, nulle surprise, son visage était lisse, presque apathique. Filant comme une ombre à travers la nuit, d'ailleurs joyeusement imitée par les fenêtres factices, elle enjoignit une place, dans le fond de la salle. Çà et là, les participants émanant de sa scolarité à l'école de sorcellerie de Poudlard refaisaient surface, tant par ces anciens élèves, que par ces imminents professeurs, dont son ancienne directrice de maison, Minerva McGonnagall. Songeuse, installée nonchalamment sur sa chaise, elle ne prêtait que peu d'attention à ses côtés. Honorant l'apparence froide de son allure, bien loin de la gamine de jadis, "Jana ne chercha point à communiquer avec les autres invités. Le choix de délaisser cette convenance avait une autre facette, lui laissait ainsi l'opportunité de scruter les expressions, aussi fugace soit-elle. Il était parfaitement amusant de voir à quel point un discours juste et touchant, pouvait se révéler complètement faux, tant votre corps exposait le mensonge à la ronde. Malheureusement, elle n'eut aucun élément à se mettre sous la dent, mise à part des signes de tension évidentes, de lassitude ou le néant le plus totale, une habitude visible chez le professeur, ou plutôt directeur Rogue. Voilà donc un autre partisan du neutre qui décidait de prendre la température des deux côtés, de voir ou cela aller les mener.

Ses pupilles agrippèrent l'ouverture de la porte, qui laissait passer un Harry Potter inédit. Loin de la gaucherie, qu'elle lui aurait volontiers donné lors de son apparition au bras de la somptueuse Malefoy, il semblait, aujourd'hui, plus décidé que jamais, sur de lui. Bref un homme du monde comme on l'attendait. Attentive, fouilleuse intarissable, la britanno-suédoise ne le lâchait pas du regard, alors qu'il parlait de l'Ad et de l'ordre du phénix, deux associations dont elle n'avait jamais fait partie. En tout connaissance de cause. Ce qui ne l'avait pas empêché de rejoindre leurs forces lors de la bataille de Poudlard. Un haussement de sourcils agita son visage. S'il avait vraiment souhaité réaliser une œuvre d'art en l'honneur de leur histoire, il ne la bafouerait peut-être pas à ce point. Binns avait beau endormir tous ses élèves, elle avait dû être sa plus fervente auditrice. L'histoire, ses multiples facettes, tout était dans ces méandres du passés, toutes les pistes du futur y étaient inscrites et pourtant, il les martelait. Tout n'était pas sans sens, l'évolution était nécessaire mais à quoi bon mettre le monde sens dessus-dessous, alors que notre passage devait être fugace, à peine le temps d'une brise. Consciente de son désaccord sur ce point, elle tenta de se reconnecter sur ces paroles, crispant la mâchoire à l'évocation des eutanathos. À tous les coups, ils seront encore plus mal vu à présent qu'ils ne l'étaient déjà. Une forme d'agacement parcouru son derme, les appréhender était un rêve impossible. Se les mettre à dos, une évidence. Respirant à fond, elle laissa ses paroles suivantes glisser. Répliquant immédiatement à sa suite, Severus Rogue avait le mérite de remettre les pendules à l'heure et de montrer toute la légèreté de ces conclusions hâtives. Directement à l'essentiel, une fois tirer des griffes de l'enseignement, c'était un comportement qu'elle ne pouvait qu'apprécier, allant jusqu'à en rajouter une couche.

-Sans vouloir vous offenser, Monsieur le ministre, quel intérêt, autre que l'évidente possibilité de renversement, les Malefoy auraient-ils pu avoir, pour signer pareil manigance? Il est évident qu'ils allaient être les coupables désignés. Or, s'ils veulent gagner l'adhésion d'une plus grande part de la population, leur intérêt serait plutôt inverse. Ils devraient gagner leur confiance, non pas agir aussi stupidement en se la mettant à dos. Qui plus est, historiquement parlant, et même si cela rejoint quelques idéologies sang pur, les décisions qu'ils revendiquent sont de profonds changements de l'histoire. Alors si l'évolution est logique, je le conçois, celle-ci ne froisse pas que cette ancienne élite. Généraliser serait une erreur.

L'adresse de ces formules de politesse montrait l'évidente habitude de ces utilisations. Il était de toute façon imprudent de froisser les gobelins, surtout depuis qu'ils avaient obtenu des droits en plus. Ils en étaient devenu intenables, bien qu'ils détestaient, pour certains, l'idée même de posséder une baguette. De toute évidence, ils n'en avaient guère besoin. Enfin disons qu'elle était capable de patience, si ils ne la cherchaient pas trop, sinon ça verve redevenait brutal, des éclats auxquels, ils s'étaient habitués, encaissant ce tords comme une compensation de son travail sans faille. Quant à l'idée d'une tierce personne, elle n'avait pas été émise, mais surgirait sans nulle doute. Elle l'avait déjà pensé en l'entendant la première fois mais si la vraie raison de cet attentat était bel et bien l'élimination de la jeune Malefoy, ils auraient pu choisir un instant plus aisé et n'auraient pas été aussi nombreux. Non, si elle était vraiment la cible, alors il y avait tout une réflexion sous-jacente, bien plus importante, dont devait naitre les élucubrations du jour. Si tel n'était pas le cas, une personne, un camps jouait diaboliquement bien le jeu. Phrase dite, elle se mura à nouveau dans le silence. De prime abords, elle préférait agir dans l'ombre et n'en sortir que pour répliquer savamment, ma fois, elle n'était plus à une exception près, vu qu'elle allait suivre sa deuxième assemblée au tenant politique. Un non sens en soit. Merlin pourquoi avait-elle fait le déplacement ?...

©️ Justayne

1216 mots


The Battle Has Begun
La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Se battre ou se rendre.  Aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Vivre ou mourir. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement.•°¤ Mags.

Veredis S. Beurk

modératrice & mj
avatar
Messages : 263
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Déc - 9:45
POUR UN MONDE MEILLEUR
Tu te demandes encore ce que tu fiches là… Au plus profond de toi, tu le sais bien, en réalité, mais tu t’interroges sur la façon dont tu vas le présenter à ta famille. Tu ne peux simplement pas leur dire que leurs idéaux débiles sont dépassés et que le monde a besoin de changement… ça ne passerait pas comme une lettre à la poste, loin de là. Tu écoutes avec attention ce qui se dit, cachée comme tu le peux dans les derniers rangs de la salle. Tu te tiens le plus loin possible de ton Directeur et de ta Directrice-Adjointe. Tu n’es même pas sûre que Rogue verrait d’un bon œil ta présence ici… Ni la tienne, ni celle des autres septièmes années avec lesquels tu es arrivée. Vous êtes plusieurs, une petite brochette de têtes blondes, à avoir choisi librement de venir au Ministère. L’annonce de cette réunion a fuité, tu ne sais pas bien comment… Certains parents au Ministère. Minerva McGonagall. Des voix plurielles pour relayer l’événement. Toi ? C’est ton père qui t’en a parlé, espérant que tu puisses aller y jouer l’insoupçonnable espionne… Après tout, une gamine prête à torturer dès ses onze ans, élevée dans la tradition des sangs purs… elle n’aurait aucune raison de soutenir Potter, pas vrai ?

Pourtant, tu bois ses paroles. Une part de toi voudrait se laisser séduire par son discours, par sa prestance. L’étincelle serpentarde en revanche analyse le discours et ses réponses. Tu sens que cela va tourner au pugilat. Severus Rogue. Une femme dans l’assemblée. Les deux ont un point : les Malefoy n’auraient certainement pas tués par erreur l’un des leurs… Toutefois…

« Sauf votre respect, Professeur Rogue... »

Les regards se tournent vers toi. Tu toussotes un peu, mal à l’aise. Jouer les préfètes en chef est une chose, s’adresser à une assemblée comportant autant d’adultes et de grands noms en est une autre.

« Tous les sangs purs ne sont pas aussi stupides et obtus que vous semblez le penser. Je pense, moi aussi, toute fille de Caractarus Beurk que je sois, toute sang pur que je sois, que notre société a besoin de changement, et cela passe certainement par l’éducation. Vous êtes le mieux placé pour le savoir, non ? Les classes de Prima Sapientia permettent de mettre à niveau les enfants qu’ils soient nés moldus ou nés dans la société magique, vous avez suivi les recommandations du gouvernement en rendant obligatoire l’étude des moldus ce qui ne fait pas de mal à ceux n’ayant jamais fréquenté ce monde, et lorsque vous étiez directeur de Serpentard, pendant ma première année, je me souviens que vous aviez pris à part les quelques nés moldus pour leur apprendre les bases de notre société et que vous nous aviez demandé de les aider… Peut-être est-ce l’idéalisme de la jeunesse qui parle, mais nous devons travailler à une société unifiée et consciente du monde moldu qui l’entoure… »

Ta voix se brise. Tu ne te sens pas vraiment légitime à poursuivre plus avant l’argumentation devant tant de pontes. Tu jettes quelques regards autour de toi, vaguement effrayée. Les orbes noires de ton Directeur ne t’aident pas vraiment à te détendre, il faut le dire. Tu te tournes vers la femme qui a parlé en dernier, tu la détailles du regard comme si elle te rappelait quelque chose, mais tu n’arrives pas à remettre le doigt dessus.

« Vous semblez oublier un peu vite les attentats de 2000 qui ont vu notre précédent ministre tué, l’attaque revendiqué par Lucius Malefoy l’année suivante, et les combats au bal de Noël du Ministère l’an dernier lorsque Narcissa Malefoy et son fils se sont invités aux réjouissances… Vous oubliez aussi que nombre de leurs partisans sont des ex-mangemorts… Si Narcissa Malefoy est une bonne politicienne, ce n’est peut-être pas le cas de tous les autres : quelqu’un dans son entourage aurait pu vouloir faire un coup d’état pour lui « rendre service », non ? Et je doute que Madame Malefoy ait suffisamment de poigne pour tenir ses partisans et empêcher des initiatives comme le Seigneur des Ténèbres l’a fait avant elle ! »

Tu viens de comparer Malefoy à Voldemort... Tu as sans doute fait le point godwin de la soirée...
EVENT - 701 MOTS

Lucius A. Malefoy

avatar
Messages : 50
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 11:23


Pour un Monde Meilleur
« L'histoire en marche se dessine dans les fêlures d'un monde ancien. Colmater les brèches à l'or fin ne fait que rendre supportable l'apocalypse d'une défiguration. Et viennent, sonnant le cor, quatre cavaliers lancés dans une partie de chasse. »

Enamourées et langoureusement entremêlées, les mains de l’homme reposent sur un genou ployé. Assis dans une salle de réunion, un jeune américain promène l’acier angélique de ses prunelles teinté d’une franche curiosité. Amusement soigneusement celé dans la caboche du roublard semant renardises depuis quelques mois. Magister es Magicae, maître en sortilèges. Titulature coiffant un curriculum vitae à son apogé pour une si jeune carcasse… Quelle ironie ! Sous les juvéniles traits, la carne desséchée d’un Lucius Malefoy biberonné de Polynectar. Le loup est dans la bergerie, à quelques pas, à peine, de celui qu’il pourrait vouloir tuer.

Constater la timide maladresse d’un jeunot faisant ses premiers pas dans le monde égrène un soupçon de tendresse paternelle sous le derme. Coeur flétri amusé des efforts du lionceau pour se faire roi de la Savane. Tourbière dangereuse sous son pied lorsque que s’ouvre le bec du Directeur. L’aspic mord de façon redoutablement judicieuse. Sourire refréné à la mention de son nom. Le vieillard ne s’abaissera certes pas à commanditer. Il ne le fera plus, à présent : le patriarche souverain cache désormais un exécutant sous la mue. La vocalise d’une demoiselle tinte clochettes inquisitrices tout à fait pertinentes, puis une gamine lui vole à nouveau la parole. Veredis Beurk. Petite poupée rousse aux longs cils enchanteurs. Mignon visage mussant une tortionnaire des bacs à sables. Mémoire frappe ta conscience. Tu te souviens de la fierté éclatante de son père relatant ses exploits. Cette petite a saigné des Sang de Bourbe à douze ans, et semble bien décidée à tourner le dos à ses exactions. Surprenant.

Peut-on vraiment faire à la fille le reproche des crimes du père ? L’enfance plastique semble avoir déserté la forteresse d’un esprit libre. Fascinant. Quelques silences flottent dans l’assemblée. Un marmot vient-il vraiment de s’élever contre la noire tour directoriale de Poudlard ? L’impertinence sera-t-elle châtiée dans la cruauté d’une réplique verte ? Trouble tourbillonne dans les esprits. Offre-t-elle un soutien symbolique à Potter ? De jeunes babines s’étiolent en un sourire. Blondeur enseignante adresse un réconfort à la jeunesse estudiantine. « Vous ne pourrez jamais satisfaire le monde, Monsieur le Ministre. Malgré vos efforts, vous aurez toujours opposants prêts à vous tomber sur le rachis pour dépecer votre affaire, voire vous assassiner… plus encore si vous vous en prenez à des tabous de la société londonnienne… Vous êtes tellement maniérés, vous, les anglais. Ce qu’il vous faut, c’est convaincre la majorité de se ranger à votre avis. Pour ce faire, il faut éduquer, matraquer, gagner l’opinion public. Conférences, presses, portes-paroles charismatiques, événements publiques, donations. Les moyens sont nombreux. Londres veut sans nul doute savoir qui dirige à présent : répondez aux questions des journalistes, faites écrire une biographie, expliquez ce que vous cherchez à accomplir. Ne vous contentez pas de paroles, agissez aussi. Vos décisions ont été contestées, soyez transparent pour être irréprochable, ou du moins donnez l’impression à autrui de l’être. Et surtout… ne laissez pas un jeune professeur de Sortilèges vous parler comme je le fais impunément : ce n’est pas à moi de vous apprendre votre métier, après tout... » Ricanement presque bienveillant s’échappe de l’encoignure d’un labre purpurin. Que cherche-t-il à accomplir ? L’ancien partisan d’un ténébreux Lord ne saurait le dire lui-même.
code by bat'phanie

Galahad Graves

avatar
Messages : 45
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 19:22



Un Monde Meilleur

Ministère de la Magie

Une paire de lunettes vissée sur le nez, une cravate carmin parfaitement ajustée au milieu de son complet noir à chemise blanche, Galahad Graves écoute, silencieux. Dans son sac, sa plume à papote fournie par le MACUSA danse en prenant le temps de noter tout ce qui en vaut la peine.
L'assemblée est assez hétéroclite, composée en grande partie d'agents du ministère. Avec sa carte de presse montée de toutes pièces par le département de sécurité magique américain, Galahad a réussi à se faufiler jusqu'ici.

Jamais bien loin de sa mission, il mesure la situation, les forces en présence. De toute évidence, le ministère n'a aucun contrôle sur les événements qui se déroulent et ne vont probablement faire qu'empirer. Potter est un peu expéditif et peut-être même décalé, mais Rogue soulève un point précis qui a le mérite de faire se soulever certaines interrogations : et si tout n'est que supercherie, une manigance afin d'éloigner les suspicions du coupable véritable ? Ce point de vue, Galahad le partage également. Il n'a pas le sentiment que les Malefoy, eux qui sont habituellement versés dans le raffinement d'après ses enquêtes, soient derrière tout ça. Peut-être un insurgé extrêmiste, un illuminé prêt à toutes les folies pour garder ses privilèges ? Possible, mais peu peu probable.
De ses pensées, il est finalement tiré par une voix qu'il n'a pas encore eu l'occasion d'entendre.

▬ ... Ce qu’il vous faut, c’est convaincre la majorité de se ranger à votre avis. Pour ce faire, il faut éduquer, matraquer, gagner l’opinion publique...

L'accent est américain, quoique légèrement... Maniéré, d'une étrange façon. Galahad regarde avec attention l'homme qui vient de parler. Il y reconnaît le nouveau professeur de sortilèges de Poudlard, en provenance du Nouveau Monde, sur qui un fichier relativement complet a été constitué pour les besoins de sa mission. Sans savoir si le patriotisme en est la raison, il se sent intrigué par ce singulier personnage aux cheveux d'argent. Bien vite, pourtant, Galahad se reconcentre sur sa mission. Il n'est pas là pour sombrer dans la nostalgie de son pays. Il est là pour le travail, pour faire en sorte que sa couverture puisse gagner en crédibilité.
Les mots se bousculent dans son esprit, les formules se font choisir avec parcimonie et réflexion. Il n'a pas encore eu l'occasion de se présenter devant pareille assemblée.

▬ Monsieur le Ministre, déclare-t-il en exagérant légèrement son accent, Galahad Graves, pour le Weekly Wand.

Une pause. Il regarde autour de lui, à la recherche d'une hostilité eventuelle. Au MACUSA, un journaliste non-invité aurait déjà été jeté dehors à coups de maléfices. Mais ici, en Grande-Bretagne, la liberté de la presse magique est un peu plus respectée. Aussi déraisonnable que cela puisse paraître, Galahad est dans le cas présent heureux de cette situation.

▬ Pouvez-vous confirmer aujourd'hui que, pour le ministère de la magie, les Malefoy sont les suspects n°1 dans cette affaire ?


Du sensationnel, évidemment. Les Britanniques en raffolent, et la carrière de Rita Skeeter le confirme, malgré ses funestes dernières années précipitée d'ailleurs par l'homme qui se tient devant lui. Il devient donc, à l'extrême opposé de lui-même, un journaliste un peu rentre-dedans et enfonceur de portes ouvertes, rien de mieux pour faire son arrivée dans la partie.



______
ONLY GOD FORGIVES



Firebrick

Archibald Rosier

Administratrice & plume d'argent
avatar
Messages : 488
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 21:40


Le supplice de Tantale.
Mais pour qui?
N'y voir que du bleu. Lui!? L'aigrefin par excellence! Archiduc des énigmes, empereur des arcanes. Dépecé entre opprobre et ardeur, Archibald se sent béjaune tout autant que baisoté d'une analeptique pugnacité pour l'intrigue cardinale. Démasquer parole d'évangile devient ryhoteuse priorité dans le parenchyme de ses questions. Vorace, presque maladif. S'il fallait gueuser auprès du malivole nyctère, il s'y emploierait sans désarroi. Les lustres de volupté brodés en mussette avec Augustus Rowle ne l'ont nullement rabonnis. Au contraire, sarcler lapalissade en saignant interlope quidam jusqu'à l'os ne l'impressionne guère plus. Chatouillis, miasmes putride. Boire la peur d'autrui telle une liqueur spiritueuse torréfiant son gosier. Sans s'en targuer, il s'octroie virtuosité en matière de sévices. Oblation par chiliasme, goût de l'éternel. Les âmes déchirées dans l'ouèche falculaire. Chantent les corbillards, les nuages en deuil.

Ainsi donc roule sur chaque lèvre l'ultime controverse. Qui a fomenté l'attentat du Ministère?  Quelle admirable fesse-d'huître doit-il congratuler pour avoir démantibulé les sangles menues d'un boiteux traité? La paix? Plus improbable que jamais aujourd'hui. Les cris religieux peuplent valetaille d’un râle épais. Les langues vitupèrent, réclament vindicte, voir hémoglobine. Cacoglotte étourneau frétillant plumage à tort ou à raison.

Qu’il est récréatif de contempler l’anarchie se dégueuler bouches éduqués. L’ocelle roule jusqu’au premier Cicéron. Fulgure d’agréments. @Severus Rogue se dénoue des ombres. L’eau a coulé des ponts depuis leur dernière rencontre. Corbac aux fers dans la pagode des naufragés. Sur les fleuves de longue espérance, le mecton a repris poil de bête. Dans l’abîme, Judas se pourlèche. Se succèdent les orateurs sur le râble des doléances. Ils, elles. Tous s’éraflent gosier à démystifier l’arcane.

« Le mystère reste entier » Octave grave. Dans l’ombre épaisse se cisaille l’ombre charogne.  « Entre suspects idéaux et preuves tangibles, nous pourrons tergiverser encore longtemps. Et Merlin sait comme je n’ai nulle patience » Diable accouche dans l’opale écume. « Ainsi, je trouve favorable l’idée de dépoussiérer l’Ordre du Phénix, tant que les mesures prises sont  déployées à titre optionnelles. Sans obligation. Si nous souhaitons éluder rébellion, mieux vaut proposer qu’imposer. La population sorcière n’a que trop souffert de l’oppression, peu importe sa forme. » Sagesse vomie. Aristote se mue sous l'étoffe. Ogre muselé le temps d'un discours.

(c) DΛNDELION



Harry J. Potter

Monsieur le ministre
avatar
Messages : 127
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 13:36
POUR UN MONDE MEILLEUREvent Adulte

S’il est un événement pour lequel il faut bien que meure le garçon pour que naisse le chef d’état, c’est celui-là. Impassible dans la tempête la tête couronnée ne doit se laisser distraire par aucun des typhons qui ne manqueront pas de s’abattre sur lui. L’homme est jeune. Il le sait. Le dynamisme est son meilleur atout face aux détracteurs qui n’ont pas manqué de lui jeter au visage sa fragilité supposée et son manque d’expérience avéré. Il se tient là, pourtant, au faîte de la société magique. Position dangereuse, instable. Ephémère. La gloire et le pouvoir ne peuvent être conservés longuement, le jeune Harry Potter ne le sait que trop bien. Il lui faut accomplir pendant la durée de son mandat, tout ce qu’il pourra faire pour améliorer la société magique avant de s’en retourner dans les ombres et laisser à d’autres les rênes d’un monde pacifié. D’un monde meilleur.

Sitôt son discours achevé, le claquement sec d’un applaudissement ironique déchire le silence. Il a fallu que @Severus Rogue se fasse remarquer, bien sur… Que pouvait-on attendre d’autre de la part du directeur ? Le Ministre est vaguement impressionné par l’attaque frontale mais ne se laisse démonter : désormais il peut mieux gérer les escarmouches provoquées par son cauchemar personnel d’adolescence. Un fin sourire étire ses lèvres tandis que la voix de Severus Rogue meurt dans le silence.

Une autre voix résonne, celle d’une femme, @Snejana C. Andersson. Le ministre l’a vue quelques fois dans les couloirs lorsque la Banque Gringotts daigne leur envoyer un briseur de sorts compétents pour de délicates missions. La clairvoyance affûtée de l’esprit de la jeune femme plaît immédiatement au haut fonctionnaire qui l’observe avec attention et la laisse égrener les piques à son égard. Le message est clair, l’enrobage politiquement correct des plus parfaits. Deux autres voix vibrent dans l’air. Si l’une est bien connue d’Harry Potter, @Veredis S. Beurk, l’autre, en revanche, lui est totalement étrangère et brûle d’un accent américain. Le Ministre plisse les yeux en écoutant cet étrange Monsieur Wilson qui ne doit être guère plus âgé que lui et qui pourtant s’exprime avec une certaine habitude du discours politique. Suspicieux, Celui-Qui-A-Survécu songe qu’il faudra garder à l’oeil cet étonnante tignasse blonde.

Le fil de ses pensées se rompt enfin lorsque @Galahad Graves prend la parole, journaliste en action. Foutus américains. Qui donc l’a laissé entrer ici ? Ah oui, il se souvient maintenant : de la transparence, lui a-t-on recommandé… ce qui inclut de jouer avec les journalistes comme eux jouent avec le sensationnel. Par chance, @Archibald Rosier intervient enfin pour couper court et recentrer les débats. Dieu soit loué pour le Ministre d’avoir un tel Directeur du Département des Mystères. Il ne lui confierait pas sa vie, mais peut certainement compter sur lui pour lui offrir une prise à laquelle se raccrocher. Le jeune homme opine gravement.

« Monsieur Rosier a parfaitement raison : il ne s’agit pas tant d’imposer des décisions en refondant l’Ordre du Phénix que de proposer à ceux qui sont volontaires de prêter main forte aux efforts de pacification du Royaume Uni. Nous avons connu plus de trente ans de conflits et de guerres, il est bien naturel que nous ne soyons plus accoutumés à l’effort de paix. »

Un petit sourire qui se veut rassurant.

« Pour répondre à vos questions, Professeur Rogue, Madame Andersson, l’Ordre du Phénix aura plusieurs missions auxquelles chacun pourra contribuer sur une base de volontariat : ceux qui le désirent peuvent contribuer à l’effort de traque des derniers criminels recherchés en intégrant par intermittence des équipes d’aurores. Ce sont des missions dangereuses, et je laisse à notre Directeur du bureau des aurores le soin de choisir les candidats qu’il recrutera à temps partiel. Ces derniers seront formés, bien entendu, il n’est pas question d’envoyer à la mort des innocents. L’essentiel des missions de l’Ordre, cependant, visent à travailler avec la population dans le but de reconstruire une société apaisée : familles d’accueil pour orphelins de guerre, formations aux gestes de sécurité, promotion des cultures sorcières et moldues afin que les sorciers sachent quoi faire lorsqu’ils sont dans la société moldue et qu’à l’inverse, les nés-moldus puissent s’intégrer harmonieusement dans notre société. Ainsi que le soulignent votre employé et votre élève, le professeur Wilson et Mademoiselle Beurk, l’éducation est la clef. Comment faire cohabiter les plus traditionalistes d’entre nous avec des sorciers nés dans le monde moldu si rien n’est fait pour rapprocher ces deux mondes ? »

Mains jointes, coudes posés sur le bureau, le jeune ministre a toutes les attitudes requises par son office. Ayant repris un peu de contenance, il peut à présent affronter sereinement les journalistes.

« Monsieur Graves, je ne puis vous donner aucune des conclusions de l’enquête, puisque celle-ci est encore en cours. Toutefois, nos investigations poussées sur le jeune Lord Malefoy et Madame Malefoy sa mère ont permis d’écarter leur implication directe dans le tragique attentat dont a été victime la jeune Lady Malefoy. Nos investigations se poursuivent cependant. Nous enquêtons sur toutes les personnes présentes lors de cette soirée et sommes entrés en contact avec les Euthanatoï par le biais d’un interlocuteur privilégié qui ne souhaite pas se faire connaître pour le moment. Ce n’est qu’une affaire de temps avant que nous ne trouvions les coupables de cette attaque funeste et que les assassins d’Astoria Malefoy n’échouent aux mains de la justice. »




Peuvent participer à cet event les adultes ayant des connexions avec le Ministère : les Coeur de Licorne, bien entendu, mais également les Crin de Sombrals et Coeurs d’Occamy ayant leurs entrées dans le domaine. Les élèves majeurs peuvent également être présents.

Le prochain post MJ aura lieu le 21 décembre. Bien entendu le MJ peut intervenir à n’importe quel moment sur requête ou spontanément, comme de coutume. A vos plumes !




Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum