MAGIE ✑ Baguettes et autres foci
 :: Administration Générale ϟ :: Salle des décrets :: Annexes

Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 412
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 19 Aoû - 10:30
FociBaguettes, runes et autres supports de magie
Tu as choisi de revenir dans ce cours optionnel sans bien savoir pourquoi. Ce que tu as entendu à la précédente session t’a laissé perplexe et pensif… Peut-être veux-tu venir confirmer ici l’objet de ta curiosité ? Tu croises l’indéchiffrable regard de Severus Rogue. Décidément, le directeur de Poudlard ne s’est manifestement pas acheté une réserve de sympathie et de chaleur humaine pendant la nuit.

Baguettes Magiques
Nous l’avons vu il y a peu, mais sans doute me faut-il le rappeler de peur que vous n’ayez tout oublié pendant la nuit : un Focus est un objet ou un élément magique qui aide le sorcier à se connecter à la magie. Grâce au Focus, vous pouvez ainsi utiliser plus aisément votre volonté pour façonner l’énergie magique – la vôtre ou celle de votre environnement – à votre gré. Vous pensez sans doute immédiatement à votre baguette magique. Bonne intuition, la baguette magique est le focus le plus employé dans notre monde.

Vous avez sans doute acheté la vôtre chez Garrick Ollivander, comme tout un chacun. Là-bas, le propriétaire de la boutique vous aura mis entre les mains diverses baguettes jusqu’à ce que l’une d’entre elles vous choisisse. Ou précisément, jusqu’à ce que vous trouviez le catalyseur qui vous convienne le mieux. Pétrie de magie par des générations et des générations d’artisans – la baguette magique est un outil inventé il y a près de trois mille ans – la baguette magique possède une forme de conscience propre. Les baguettes se lient à leur propriétaire, peuvent refuser de fonctionner dans les mains d’un autre sorcier, défendre leur possesseur et tant d’autres choses. Pour ce faire, il faut que baguette et sorcier soient suffisamment connectés l’un à l’autre. Il faut pour cela toute une vie d’utilisation, et une grande affinité avec les forces magiques de la part du sorcier.

Le mode d’élection du sorcier par la baguette est peu connu, et Monsieur Ollivander vous en dirait sans doute bien plus que moi : ce que nous savons est qu’une baguette s’attache à un sorcier avec la magie duquel elle entre en résonance. A quoi est due cette résonance ? Le bois, le coeur, la forme, la taille ? Je ne saurais vous le dire. Les baguettes magiques sont des outils uniques, précieux dont la fabrication répond à des impératifs très précis. Le bois choisi doit avoir été désigné par un botruc, des petites créatures magiques qui ont l’étonnante faculté de sentir quelle branche, quel arbre pourrait abriter suffisamment de magie pour devenir baguette. Le coeur doit avoir été donné volontairement par la créature dont il provient : crins offerts par les licornes et sombrals, cheveux donnés par des vélanes ou nagin, plumes offertes par des occamys, oiseaux tonnerre ou Phénix. Les ventricules, fibres issues du coeur de la créature, sont généralement confiés par la créature au moment de mourir au fabriquant de baguette, ce qui sous-tend une grande relation de confiance entre le fabriquant et les êtres magiques qui lui font don d’une part de leur puissance. Vous trouverez ci-après une liste non exhaustive des bois et coeurs possibles pour des baguettes magiques avec les propriétés qu’on leur prête. Toutefois, souvenez vous bien que votre outil est plus que précieux et unique.

Essences de bois pour baguettes
acacia (bois inhabituel, très sélectif, préférant la magie subtile et les sorciers nuancés et peu coopératif. Ces baguettes sont puissantes mais difficiles à utiliser et particulièrement têtues, ce qui les fait refuser tout autre maître que celui reconnu par leurs soins ) ; acajou (bois courant, souple et agréable à travailler. Les baguettes en acajou sont parfaites pour la métamorphose et généralement plutôt conciliantes. Nombre d'entre elles sont particulièrement indiquées pour les sortilèges impliquant le feu ou la lumière.) ; amourette (bois rare et cher, il est peu employé en raison de la difficulté à trouver une bonne source. On sait toutefois que la baguette de Salazar Serpentard fut faite dans ce bois. Versatile et puissante, l’amourette n’est pas à mettre entre toutes les mains. Ce bois n’est pas utilisé par Ollivander mais l’est par Gregorovitch) ; aubépine (S’il est un bois et un arbre ambivalent c’est celui-là. L’aubépine est cure et poison, de même que les baguettes faites de son bois excellent dans les enchantements de guérison comme dans les maléfices létaux. Bois plein de nuances pour sorcier d’un naturel ambivalent, conflictuel, tourmenté) ; aubépine des marais (Bois ancien, versatile et puissant, il est particulièrement difficile à travailler. Seule Violetta des Marais l’a employé. Désormais décédée, plus aucun fabricant ne se risque à son emploi… mais on dit que certaines de ses créations circulent toujours) ; aulne (bois particulièrement dur qui aime les sorciers subtils dotés d’une grande capacité d’adaptation. Les baguettes taillées dans ce bois sont particulièrement recommandées pour les sortilèges informulés, ce qui leur donne la réputation d’être des baguettes réservées aux sorciers les plus avancés) ;

bouleau (blanc, droit, pur, le bois de bouleau est idéal pour la conception de baguettes magiques. Largement employé, il en résulte des baguettes adaptables à toutes situations, résistantes et employables dans bien des domaines magiques : la baguette idéale pour sorcier curieux et touche à tout !) ;

cèdre (s’il est un bois qui aime un sorcier droit, loyal et perspicace, c’est bien le cèdre. Fréquemment employé, ce bois est d’une adaptabilité à toute épreuve, et favorise, dit-on, le discernement et la clairvoyance. Ne mettez pas en colère une de ces baguettes en défiant son possesseur, elle pourrait le défendre de toutes ses forces.) ; cerisier (Rare, cher et puissant, le bois de cerisier suscite les convoitises. Particulièrement apprécié des élèves de l’école japonaise Mahoutokoro, il est peu employé dans nos contrées. Ces baguettes sont mortellement puissantes, en particulier lorsqu’elles sont associées à un coeur en ventricule de dragon. Elles conviennent plutôt aux sorciers avec une grande maîtrise de soi et dotés d’une exceptionnelle force mentale) ; charme (le bois de charme est sensible, raffiné et aime les sorciers passionnés. Ces baguettes sont très sélectives mais s’adaptent rapidement à leur propriétaire. Douées d’un fort tempérament, elles assimilent rapidement le code d’honneur de leur propriétaire et refusent généralement toute action magique qui y serait contraire.) ; châtaigner (de nombreuses baguettes sont constituées de ce bois, et la plupart d’entre elles sont très différentes les unes des autres. Très influencé par le caractère de son propriétaire, le bois de châtaigner s’adapte vite à son possesseur. Il apprécie les dompteurs nés de créatures magiques, les sorciers habiles au vol ou doués en botanique. Associé à un ventricule de coeur de dragon, ce bois se verra influencé par l’amour des dragons, pour les richesses et choisira souvent des sorciers amateurs de luxe et de plaisir matériel, quitte à être peu scrupuleux dans leur façon d’obtenir les jouissances de ce monde. Associé à un crin de licorne, ce bois conviendra bien aux sorciers droits, épris de justice) ; chêne (bois particulièrement fort, symbolisant la protection, l’inflexibilité et la fécondité, il est employé dans une grande partie de la production en baguettes magiques d’Ollivander. Particulièrement adaptée aux sorciers manquant de confiance en eux, la baguette en chêne leur apportera équilibre et tranquillité. Bois protecteur par excellence, le chêne ne reculera devant rien pour assurer la survie et le bien-être de son sorcier.) ; chêne blanc (variété de chêne à la teinte claire, ce bois exige force, courage et fidélité de la part de son maître. Le chêne blanc est souvent attiré par les sorciers doués d’une grande intuition et ayant développé de puissants liens avec la nature.) ; chêne rouge (Il s’agit là d’un des bois préférés de Garrick Ollivander. Le chêne rouge aime les sorciers vifs, dotés d’une prise de décision rapide, ce qui en fait un bois excellent pour les baguettes de duel. Généralement, ces baguettes sont délicates et d’une grande finesse, exceptionnelles pour les sortilèges et particulièrement adaptables à l’image des sorciers qui les attirent.) ; cornouiller (Un des bois les plus fréquemment employés par Garrik Ollivander, il donne des baguettes malicieuses et capricieuses, recherchant les sorciers doués pour se mettre dans des situations amusantes, excitantes ou rocambolesques. Ces baguettes aiment le bruit, la lumière et l’exubérance, ce qui en fait de bien piètres alliées pour les sortilèges informulés qu’elles refusent généralement d’accomplir) ; cyprès (noblesse oblige, le cyprès est attiré par les sorciers braves et audacieux que le sacrifice de soi n’effraie pas. Les sorciers capables d’affronter leur part sombre ou les ténèbres d’autrui sont des possesseurs de choix pour les baguettes taillées dans ce bois… quitte à mourir en héros.) ;

ébène (Sombre et dur, ce bois est particulièrement exigeant et fidèle. Âpre à manier et ne se liant que très rarement à un sorcier, cette essence aime les sorciers fidèles à leurs convictions et suffisamment courageux pour affirmer au monde ce qu’ils sont. Douées d’un fort caractère, ces baguettes requièrent une exceptionnelle connaissance et conscience de soi pour être convenablement employées.) ; épicéa (Ces baguettes sont un peu difficiles pour la prise en main et demandent une certaine force de caractère de leur propriétaire. Toutefois, lorsque l’essence s’est adaptée au sorcier, la baguette devient une alliée fiable particulièrement efficace pour les sortilèges) ; érable (L’érable est un arbre majestueux, curieux et adaptable. En cela, il aime les sorciers ambitieux, aventureux qui n’ont pas peur de relever tous les défis à leur portée. Les explorateurs et les voyageurs y trouveront leur compte.) ; érable à sucre (Essence rare pour les baguettes, elle est très peu utilisée par les fabricants en dehors de l’Amérique du Nord. Les quelques baguettes taillées dans ce bois sont dociles et placides si elles ont leur dose d’aventures et de pérégrinations. En revanche, elles peuvent se laisser très facilement conquérir par un autre sorcier si elles s’ennuient avec leur propriétaire.) ;

frêne (S’il est un bois entêté et caractériel, c’est bien le frêne. Par chance, qui se ressemble s’assemble, et les sorciers par lesquels sont attirées ces baguettes sont tous aussi fortes têtes. Une fois qu’il a choisi son sorcier, le bois de frêne le garde. Ces baguettes ne sauraient être employées par un autre ou très difficilement.) ; frêne épineux (Plus caractériel encore que son aîné, le frêne épineux n’est que très rarement utilisé pour des baguettes magiques, et jamais par Garrick Ollivander. Américaines, pour la plupart, ces baguettes ont souvent un cœur en plume d’Oiseau-Tonnerre. Ces baguettes ne connaissent généralement qu’un seul propriétaire, et ne peuvent plus être conquises après sa mort.) ;

hêtre (Fréquemment employé par Garrick Ollivander, ce bois est considéré comme l’un des meilleurs pour la confection des baguettes magiques. Souple, stable, placide, il excelle dans la plupart des domaines. Toutefois, cette essence est plutôt attirée par les sorciers sages. Eux seuls pourront exploiter pleinement le potentiel de ce bois. ) ; houx (Ce bois rare est doté d’un grand pouvoir protecteur. Peu de sorciers peuvent se targuer d’avoir une baguette taillée dans cette essence, mais les heureux élus sont souvent des jeunes gens qui ont désespérément besoin des vertus protectrices du bois : ils ont un trop grand talent pour se lancer dans des quêtes périlleuses et s’attirer des ennuis) ;

If (Ce bois somptueux est connu pour offrir à son propriétaire un pouvoir de vie et de mort. C’est une essence très rarement utilisée, apanage de grands héros autant que de célèbres malfrats. Ambivalent, l’If ne choisira jamais un sorcier médiocre : quiconque est choisi par une de ces baguettes devra s’attendre à accomplir « de grandes choses, des choses terribles, certes, mais quelle envergure ») ;

laurier (Plante couronnant d’ordinaire les victoires et le succès, le laurier aime les sorciers énergiques et travailleurs. Si son propriétaire devient paresseux ou n’accomplit plus suffisamment de grandes choses, la baguette n’hésitera pas à chercher un nouveau possesseur.) ; lierre (Noueux et vivace, le lierre donne des baguettes d’une longévité exceptionnelle et d’une adaptabilité à toute épreuve. Ces baguettes, toutefois, demeurent rares, car rares sont les plants de lierre suffisamment solides et larges pour y tailler baguette. Toutefois, le lierre est un allié précieux pour les adeptes de la métamorphose) ;

mélèze (Ce bois énigmatique aime les énigmes et les talents cachés. Réputé faible ou peu utilisé, il est l’apanage de ceux qui ne paient pas de mine mais pourraient bien surprendre le monde. Bois de l’inattendu, il donne sa chance à tous ceux dans lesquels il devine un potentiel inexploité.) ; mélèze larcin (Le mélèze larcin - ou l’Epinette rouge - est rare et difficilement trouvable. Les sorciers possédant des baguettes faites dans ce bois le sont tout autant. Venu d’Amérique du Nord et inemployé au Royaume-Uni, ce bois fait le bonheur des sorciers les plus excentriques.) ;

noisetier (Doté d’une grande sensibilité, le bois de noisetier est fortement influencé par les sentiments de son possesseur. Ces baguettes aiment les sorciers empathiques mais néanmoins capables de dominer leurs sentiments et émotions. C’est la baguette parfaite de l’occlumens.) ; noyer (Ce bois aime les inventeurs et les innovateurs. Particulièrement souple et flexible, ce bois est docile s’il répond à un sorcier sachant où il va et ayant un peu d’expérience) ; noyer noir (Ce bois sombre rare et puissant cherche des sorciers profondément perspicaces et ayant un instinct sûr. Si son possesseur perd sa sincérité et sa conscience de lui, la baguette ne lui répond plus.) ;

orme (Bois exigeant et noble, l’orme ne répond pas au premier venu. Difficile à conquérir et fidèle à son propriétaire, il donne généralement des baguettes convenant parfaitement aux sorciers dignes, au caractère affirmé et capables d’une grande dextérité magique.) ;

peuplier (Cette essence de bois est très répandue dans la production de Garrick Ollivander, elle convient parfaitement aux sorciers ayant une vision morale très claire et capables d’une droiture exemplaire. Les baguettes des justes, des juges et des hommes et femmes de parole sont généralement en peuplier. ) ; pin (Le Pin est vivace, adaptable, flexible et mystérieux. En cela, il est un bois de choix pour les baguettes des sorciers aimant la nouveauté et l’inventivité. Cette essence, particulièrement indiquée pour les sortilèges informulés, choisit généralement des sorciers indépendants et curieux.) ; poirier (Bois résistant à la texture douce, le poirier cherche des sorciers généreux, sages et profondément bienveillants. Doté d’un caractère affirmé et suave, ce bois répond généralement très mal si on tente de le contraindre à l’emploi de sortilèges de magie noire) ; pommier (Comme son cousin le poirier, le pommier est un bois particulièrement peu indiqué pour la magie noire. Cette essence élitiste aime les sorciers désirant accomplir de grandes choses et s’élever à la seule force de leurs convictions) ; prunellier (Ce bois solide, doté d’une grande longévité et d’une endurance certaine est idéal pour les baguettes de duelliste.) ;

rose (Bois précieux et rare, il est peu employé au Royaume-Uni. Quelques fabricants français aiment particulièrement le travail de ce bois somptueux qui donne des baguettes caractérielles mais puissantes) ; roseau (Souple et résistant, le roseau est un ingrédient de choix pour les baguettes magiques. Employé abondamment, il donne le jour à des baguettes fiables facilement utilisables par tous. ) ;

sapin (Très résistant, ce bois est employé pour la fabrication de baguettes exigeantes. Cette essence de bois est tout à fait indiquée pour la métamorphose mais un peu difficile à prendre en main.) ; saule (La baguette de saule est particulièrement indiquée pour les enchantements curatifs. Apaisante, elle procure bien-être et contact rassurant aux sorciers éprouvant un manque de confiance en eux ou un sentiment d’insécurité injustifié. Toutefois, cette essence de bois préfère les sorciers ayant un grand potentiel.) ; séquoia (S’il est une essence attirée par la chance et la favorisant, c’est bien le Séquoia. Rare et précieux, ce bois n’est que très inhabituellement employé pour la fabrication de baguettes magiques… car celles-ci sont si exigeantes qu’elles peuvent rester plusieurs décennies sans propriétaire !) ; sorbier (Le Sorbier protège et défend, ce bois convient particulièrement aux sorciers à l’esprit clair et au coeur pur.) ; sureau (La baguette la plus connue dans ce bois est celle de sureau, l’une des trois reliques de la mort. Toutefois elle n’est pas seule à être taillée dans ce bois. Ces baguettes sont généralement exigeantes, difficiles à maîtriser et assoiffées de puissance. On l’emploie très rarement, car il a la réputation de porter malheur à son propriétaire. Garrick Ollivander lui-même n’a taillé que deux baguettes au cours de sa carrière dans ce bois) ; sycomore (cet élégant bois est particulièrement avide de découvertes et d'expériences nouvelles. Il désire naturellement un propriétaire à son image : curieux, dynamique et aventureux.) ;

tilleul argenté (Ce bois inhabituel est particulièrement adapté aux sorciers possédant le don de divination. Souple et sensible, il nécessite une grande maîtrise, ce qui en fait également le bois idéal pour les émérites utilisateurs de la légilimancie.) ; tremble (Ce bois rare est associé, non sans raison, à une capacité de révolution et de changement. Il aime les sorciers audacieux, flexibles et doués. C’est l’allié des enchantements offensifs et le meilleur bois possible pour les émérites duellistes.) ;

vigne (Ce bois croît et porte fruits avec une déconcertante facilité. Il aime donc les sorciers aux objectifs élevés qui se donnent les moyens de leurs ambitions. Imprévisible, ce bois aime les surprises et les sorciers surprenants) ;


Coeurs de baguettes
Les trois principaux coeurs de Baguette employés par Ollivander sont les suivants :

- Crin de Licorne : Le Crin de Licorne est souple et fiable. Peu exigeant sur le sorcier possédant la baguette, il offre une grande maniabilité et une grande stabilité dans l’usage de la baguette. C’est le coeur de bon nombre de baguettes, car le Crin de Licorne est à l’image de la créature magique : bienveillant. Il accompagne les débutants, protège les jeunes gens, préserve les sorciers expérimentés en leur garantissant à tous l’entière coopération de leur baguette. C’est le coeur le plus aisé à conquérir par la force. Coeur de l’initiation, mais également de la douceur et de la finesse, les baguettes qui en sont pourvues ne sont pas à sous-estimer.
- Plume de Phénix : La plume de phénix est le coeur le plus polyvalent qui soit, offrant à la baguette une grande variété d’usages, mais également le coeur le plus rare qui soit. Charmes, métamorphose, enchantements, potions, botanique, aucun champ de la magie n’échappe à la vigilance des plumes de Phénix. La contrepartie de cette grande polyvalence du coeur est également un certain élitisme : la plume de phénix est exigeante et ne se lie pas facilement sinon à un sorcier qu’elle juge exceptionnel. Cela donne généralement des baguettes difficiles à apprivoiser pour révéler leur plein potentiel, mais très fiables une fois que l’on s’est accoutumé à elles. Leur allégeance ne se gagne que très difficilement.
- Ventricule de coeur de Dragon : Quoi qu’il n’existe que deux variétés de Dragon en Grande-Bretagne (le Vert Gallois et le Noir des Hébrides), le ventricule de coeur de Dragon est un coeur de choix pour les baguettes magiques les plus puissantes mais aussi les plus instables et donc les plus susceptibles de provoquer des accidents. Celles-ci facilitent grandement l’apprentissage des sortilèges et établissent toujours des liens très forts avec leurs possesseurs du moment. Toutefois, ces baguettes ont tendance à se tourner plus volontiers vers les forces du mal quoi qu’elles n’y soient pas enclines par elle-mêmes.

Toutefois, il lui arrive d’utiliser plus rarement des produits venus de créatures magiques que l’on ne trouve pas sur le sol anglais. Ces produits sont extrêmement rares, précieux, et Ollivander ne les emploie qu’en complément de certains bois ou pour des commandes spéciales.

- Cheveu de Vélane ou de Nagin : Vélanes comme Nagin sont des êtres magiques féminins dont les cheveux ont d’exceptionnelles propriétés. Quelques très rares baguettes sont pourvues de ces coeurs, et ont généralement été commandées par la Vélane ou la Nagin pour un enfant de sa famille auprès d’un fabricant. Garrick Ollivander ne réalise de baguettes avec ces coeurs que sur commande et avec la certitude qu’elles resteront dans la famille de l’être ayant donné le cheveu et avec lui une partie de sa personnalité. Ces baguettes ont généralement un caractère particulièrement bien trempé.
- Crin de Sombral : Une seule baguette est connue pour avoir utilisé un crin de sombral en tant que coeur, et c’est bien la Baguette de Sureau, relique de la mort, désormais en possession d’Harry Potter. Ollivander se refuse à travailler ce coeur qui donne des baguettes si difficilement maîtrisables que leur fabrication même est dangereuse.
- Epine de Monstre de Fleuve Blanc : l’épine dorsale de Monstre du Fleuve Blanc est un ingrédient particulièrement rare qui n’a été utilisé que par un seul fabricant de baguettes magiques, Thiago Quintana. Désormais décédé, certaines de ses baguettes sont encore en circulation. Ce coeur très rare donne une certaine rigidité à la baguette, mais également une grande précision dans l’emploi de sa magie. Les sortilèges qui résultent de ces baguettes sont puissants et élégants… pour peu que l’on arrive à maîtriser la baguette. Celle-ci, généralement caractérielle, refuse bien souvent d’être utilisée par un sorcier jugé trop grossier ou trop rustre pour apprécier sa finesse d’utilisation. Garrick Ollivander n’utilise pas cet ingrédient.
- Plume d’Oiseau Tonnerre Les plumes d’Oiseau Tonnerre sont très rarement utilisées en tant que coeur, et jamais par Garrick Ollivander. Shikoba Wolfe, descendante des Chactas, avait fait de l’usage de ce Coeur sa marque de fabrique au début du XXe siècle. Lovée dans des bois précieux finement ouvragés, la plume d’Oiseau-Tonnerre libérait alors sa grande puissance parfaitement adaptée à la métamorphose. Particulièrement indépendants, les Oiseaux-Tonnerres ont donné à ces baguettes un fort caractère qui les rend très difficiles à manier. Quelques unes sont encore en circulation.
- Plume d’Occamy : La plume d’Occamy est un ingrédient relativement rare qui vient tout droit des Etats-Unis. Particulièrement employée au début du siècle précédent, on la trouve dans quelques baguettes « vintages », souvent de seconde main. A la puissance variable, la plume d’Occamy confère à la baguette une étonnante aptitude aux enchantements de protection, mais surtout un caractère tout à fait détestable. Prudentes, ces baguettes se lient peu, et jamais par contrainte, de sorte que ces quelques baguettes encore en circulation peinent à trouver propriétaire.


Note : Certains fabricants de baguette emploient également des cristaux et gemmes qu’ils sertissent à même le bois tandis que d’autres taillent leurs baguettes dans de l’os. Ces pratiques ne sont pas celles d’Ollivander, toutefois ce type de baguette existe, et peut-être en croiserez-vous un jour.

Conquérir une baguette
Comme nombre d’entre vous le savent, il est possible d’obtenir de diverses façons une baguette magique. Bien entendu, la manière la plus simple est de l’acheter auprès d’un fabriquant. Ce dernier se sera assuré que vous repartiez avec la baguette faite pour vous. Mais à la vérité, un sorcier peut avoir plusieurs baguettes magiques au cours de sa vie : certaines achetées, d’autres gagnées. La conquête d’une baguette peut se faire de plusieurs façons : en tuant ou désarmant le sorcier qui la possède, par exemple. Cependant, ce n’est pas parce que vous désarmez quelqu’un que sa baguette vous revient obligatoirement. A la vérité, il faut que vous ayez la volonté de vous emparer de l’objet, d’une part, et d’autre part, il faut que la baguette vous accepte à son tour. Tout est une question d’affinité magique, une fois encore.
Sorcellerie
GRAND MAÎTRE
hiboux : 412
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Aoû - 18:11
fociD'autres pratiques magiques
Aussi étonnant que cela puisse paraître, tout être doué de magie n’utilise pas la baguette. Les Centaures, par exemple, ont recours aux plantes et aux mixtures, les gobelins travaillent les métaux et forgent de leurs mains, les nagins chantent, les vampires emploient leur sang. Nous avons longtemps véhiculé l’idée que la baguette magique est l’apanage du sorcier humain par contraste avec les êtres magiques. Là encore, c’est faux. Tout être doué de conscience et connecté au monde magique peut comprendre une baguette et se lier à elle. A l’inverse, tout sorcier humain n’utilise pas nécessairement la baguette magique.

C’est sans doute contre-intuitif pour vous, jeunes élèves de Poudlard à qui l’on apprend à se servir de cet outil depuis son plus jeune âge. Toutefois, certaines communautés magiques – certaines traditions – se passent allègrement de baguette magique. Ce n’est pas qu’ils n’emploient pas de focus pour canaliser leur magie, c’est plutôt que ce focus n’est pas le même que le nôtre.

Le choix d’un focus est culturel, sachez-le. Vous pourrez très bien décider, à la suite de cette présentation, de casser votre baguette et d’embrasser de nouvelles voies magiques. Toutefois, ces nouvelles voies ne seront jamais totalement vôtres. Votre compréhension pleine et entière d’un focus ne peut se faire si vous n’avez pas grandi dans la culture où il est né. Il vous manquera toujours un attachement à ce moyen de faire de la magie, et si vous pouvez atteindre un bon niveau de maîtrise malgré tout, cette nouvelle forme de magie ne sera jamais totalement vôtre. Vous l’aurez compris : la culture est une part essentielle du rite magique.

Notez qu’il est possible, pour un sorcier, de maîtriser plusieurs foci. Bien qu’il aura toujours une pratique de prédilection qui est la première qu’il aura apprise, rien ne l’empêche d’étudier avec acharnement d’autres approches de la magie. La survie de quelques traditions est pour le sorcier curieux une aubaine de s’aventurer dans d’autres terres inexplorées.

Bijoux (Extatiques)
Quel focus est plus adapté qu’un bijou ou un ensemble de bijoux que l’on porte constamment sur soi ? Collier, bague, bracelet, bijoux de peau incrustés à même les chairs, quelques communautés d’extatiques emploient l’apparat comme focus. Ces bijoux sont généralement gravés de symboles magiques, faits dans des métaux précieux (or, argent, platine) et rehaussés de gemmes plus à même de catalyser les puissances magiques. Sont particulièrement appréciés le diamant (pierre précieuse par excellence), la labradorite (pierre protectrice), l’améthyste (pierre de sagesse), entre autres choses. Naturellement ces bijoux ont, pour les extatiques, la même préciosité que la baguette à nos yeux. De même que nous activons nos sorts avec des formules et des mouvements, ce type de focus s’active par le chant, la danse, la chorégraphie, l’expressivité des gestes. Faire de la magie devient alors un art visuel particulièrement impressionnant.

Miroirs (Extatiques, Euthanatoï)
On dit que les surfaces réfléchissantes ont d’étranges propriétés. Les Extatiques comme les Euthanatoï emploient les miroirs en tant que focus de soutien, en complément d’un autre focus (baguette ou bijou pour les Extatiques, baguette ou tatouage pour les Euthanatoï). Le miroir permet d’accéder à une vision différente du monde, par réflexion. Surfaces parfois teintées, elles montrent au-delà des apparences et sont fréquemment employées pour voir la vraie nature des choses, communiquer par-delà les distances, capturer la puissance ou l’âme d’un autre. Ces objets s’activent au contact de certaines substances ou au moyen de formules magiques et requièrent un grand pouvoir de concentration.

Modulations vocales (Choeur Céleste)
S’il est un focus exigeant, c’est bien celui-là. De nombreux Choristes Célestes l’ont d’ailleurs abandonné pour se hasarder au maniement de la baguette magique. Il est toutefois encore quelques réfractaires à la facilité pour apprendre les mille et unes façons de poser sa voix pour faire naître dans sa gorge l’essence de la magie. La voix, le son, et par extension tout le corps qui produit la vibration sont le focus. Cela requiert une excellente oreille et une grande capacité de concentration et d’écoute. Peu parviennent à maîtriser si finement les hauteurs de notes et les vibrations produites par leur corps qu’ils en deviennent capable d’incanter sans baguette magique. Produire de la magie avec sa seule voix est un art exigeant et long : deux notes ne suffisent pas, il faut tisser longuement de complexes mélodies qui seules seront à même de changer le monde.

Oghams (Verbenae)
Certaines communautés Verbenae, descendantes des druides celtes, ont conservé en tant que focus le set d’oghams. Composé de vingt bâtons divinatoires, chacun dans une essence d’arbre différente, et chacun frappé d’un symbole, ce jeu permet de faire naître la magie. En conservant un ou plusieurs oghams dans sa main et avec la formule adaptée, le Verbena peut convoquer les forces de la nature et puiser en elles la sagesse des dieux et la puissance des tempêtes. Art exigeant requérant une bonne connaissance des essences de bois (nombre d’entre elles sont communes aux oghams et aux baguettes) et des symboles celtes, il n’est pas à la portée du premier venu. Pour votre information et votre curiosité, voici un guide succinct des oghams.

beith bouleau (nouveaux départs, purification)
luis sorbier (beauté, protection magique)
fearn aulne (stabilité)
saille saule (inspiration)
nuin frêne (intuition, connexion au monde)

uath aubépine (peurs, désespoir, conscience)
duir chêne (audace, force, sagesse)
tinne houx (équilibre, maîtrise)
coll noisetier (sagesse)
ceirt pommier (connexion avec l’autre monde, abris, choix)

muin vigne (expérience, mémoire, communication)
gort lierre (humilité, adaptabilité)
getal genêt, fougère, roseau (guérison)
straif prunellier (adversité, transformation)
ruis sureau (passion, décision)

ailm sapin, épicéa (introspection)
onn ajonc (mouvement, traversées)
uir bruyère (connexion à la terre mère, mort),
edad peuplier (pouvoir, communication avec l’au-delà)
idad if (mémoire et sagesse des anciens)


Pendules (Extatiques)
De nombreux extatiques ont recours au pendule, ces chaînettes au bout desquelles pend un poids de métal, de minéral ou de bois, que l’on laisse osciller dans le vide jusqu’à obtenir des mouvements spécifiques. L’objet leur permet d’obtenir des informations, de retrouver des objets, des lieux, de communiquer avec l’au-delà ou d’accéder à des stades de conscience divers. Employé pour lancer des sorts, son usage est fréquemment complété par des incantations et des séances de transes. Il est en revanche difficile de se montrer véritablement offensif avec un pendule, sinon par l’esprit : ce focus est particulièrement employé dans la manipulation d’autrui, ce qui lui confère une réputation exécrable dans le monde de la magie.

Runes (Verbenae)
Si les descendants des druides emploient les Oghams, une partie des Verbenae apparentés aux anciens sorciers vikings emploient le futhark, l’ancien alphabet runique norrois. Composé de trois séries de huit symboles gravées sur des morceaux de bois ou sur des minéraux, le set de runes d’un Verbena est son équivalent de la baguette magique. Il connaît précisément le symbole et la signification de chaque rune et peut les employer une à une ou combinées de façon à lire l’avenir, se protéger, lancer des sortilèges. Magie insidieuse car les runes sont profondément ambivalentes, elle n’est pas à mettre entre toutes les mains et nécessite un long et rigoureux apprentissage. Les runes peuvent en effet servir à dire leur sens littéral comme son exact opposé selon le but dans lequel elles sont employées, ce qui fait de cette magie une arme redoutable.

Oett de Frey (série de huit runes décrivant le cheminement intellectuel et culturel des hommes)

fehu fortune / infortune (sens initiatique : la vie)
uruz pouvoir / violence (sens initiatique : limites)
thurisaz force / faiblesse (sens initiatique : contrôle)
ansuz connaissance / obscurantisme (sens initiatique : le savoir)
raidho voyage / isolement (sens initiatique : l’expérimentation)
kenaz feu / destruction (sens initiatique : l’illumination)
gebo don / sacrifice (sens initiatique : l’empathie)
wunjo bonheur / souffrance (sens initiatique : l’amour)

Oett de Hagal (série de huit runes symbolisant les éléments extérieurs, les forces du destin échappant aux hommes)

hagal éléments / tempête (sens initiatique : la peur)
nauthiz nécessité / envie (sens initiatique : la liberté)
isa glace / immobilité (sens initiatique : le renoncement)
jera terre / infertilité (sens initiatique : la persévérance)
eihwaz la mort (le repos) / la damnation (sens initiatique : l’impermanence)
perthro les scaldes (poètes voyants scandinaves) / la folie (sens initiatique : la transcendance)
algiz refuge / piège (sens initiatique : la protection)
sowilo la lumière solaire / l’ombre (sens initiatique : l’épanouissement)

Oett de Tyr (série de huit runes symbolisant les valeurs de l’âme humaine, et le cheminement spirituel)

tiwaz loyauté / trahison (sens initiatique : l’honneur)
berkano charmes / illusions (sens initiatique : l’alchimie)
ehwaz les serments / mensonges (sens initiatique : l’engagement)
mannaz racines sociales et culturelles, la société / misanthropie (sens initiatique : la communion)
laguz source, point d’origine / oubli (sens initiatique : la mémoire)
ᛜ ᛝ ingwaz harmonie / chaos (sens initiatique : l’éveil)
dagaz le temps, le progrès / la régression (sens initiatique : éternité, temps cyclique)
othala symbolisme / malédiction (sens initiatique : le sens caché des choses, l’héritage magique des anciens)


Tatouages rituels (Euthanatoï)
S’il est un focus en perte de vitesse, c’est bien celui des Euthanatoï. Cette antique tradition, bien consciente que tout est voué à disparaître et surtout l’humain, a employé le focus le plus fragile mais également le plus puissant : le corps du sorcier lui-même. Ces symboles magiques gravés à même la peau au moyen d’encres ensorcelées, dont le secret est jalousement gardé, au cours d’un rituel long, douloureux et mortel, transforment le sorcier en arme magique. Chaque sorcier est unique, chaque tatouage l’est aussi. Sont généralement touchés la nuque, le dos, une partie des bras et des jambes, mais les lieux de tatouages peuvent être plus exotiques et toucher crâne, visage, mains, pieds, ventre par exemple. La fragilité de ce focus est manifeste : toute entaille mal cicatrisée peut corrompre irrémédiablement les lignes magiques tracées dans les chairs et rendre plus ardue la pratique de la magie pour l’euthanatos. C’est pourquoi de nombreux membres de cette tradition ont renoncé à ce focus, ou du moins le complètent avec l’usage de la baguette magique qui est moins fragile que la carne.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum