C l e a c h t. horaires coercitifs [ft. Meadow A. Quinn]
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Invité

Invité
Lun 12 Nov - 14:22
C l e a c h t. horaires coercitifs
ft. Meadow A. Quinn
« Vraiment, Ollivander me fera chier jusqu'au bout... » ▬ CONNOR.

« Minables. »

Le postérieur se précipita à l’assise en contrebas. Boucan des pieds du banc sylvestre sur la strate. Le corniaud fit fi de cette gêne. L’occupation encore à rognonner cet unique commentaire. Ses phalanges menant à la martyre crinière de jais sous sa crispation.
Pas une seconde information ne chuinta de ses lèvres. Mais doute ne pouvant être admis par son vernis. Carrure finement moulée dans divers tissus adéquats à l’activité physique. Soulignement d’une jeunesse virile entretenue par l’ordonnance d’athlète. Sans parler de sa laine reconnue de tous. Pourpre rayé d’or. Etincelant à son col le sigle témoin de son degré hiérarchique. Le Capitaine débarquait des sélections.

A sa trogne rembrunie, l’ondée des ombres orageuses n’annonçait que défaite. Cohésion avec ses mots que le cabot n’explicita pas plus. Surtout qu’affichait aucun éclair hargneux au cœur de la malachite. Mais bien pire. Rare chose à sa bouille calculée soudainement par ses comparses. La gueule d’ange était marquée d’inquiétude. L’inestimable confiance s’ébréchait à mesure qu’il considérait la guigne de l’équipe. Pourtant l’automne avait à peine pointé le museau. Samhain vaguement distinguée à l’horizon. Mais les braves félins se tenaient en bien mauvaise posture.

A tel point que dessins de lendemain de réussite se brouillaient à la certitude de la tête brûlée notoire. Chef de sa meute dépassée par l’exutoire. Comble par sa mutation en première source de stress. La détermination du mâtin plantée à ce départ critique par deux balles dans le pied. Péripéties en sentiers abscons et escarpés qui s’accumulaient. Un macaque en second acte de la tragédie. Inimitié d’intimité résolument désirée de l’hourpet qui fut raison d’une rébellion primate. A croire que l’échec ne suffisait pas au tableau. L’insupportable bestiau drapant sa facétie de sa pire incorrection. Docilité perdue pour qu’incontrôlable moussaillon ne mène à elle seule la mutinerie. Méprisant au travers d’ignorances son supérieur et ses directives.

Ce déboire en écho à un précédent collègue. L’illusion encore d’un spectre flavescent en les rangs. Les femelles ayant choisi l’indépendance des crinières. Emancipation débutée par le rempart final se faisant la malle. Anneaux dorénavant à cœur ouvert dont tout chirurgien remplaçant avait affligé le sélectionneur. Terrible menace en ces temps. Le poursuiveur s’en pinça l’arête du nez. Pourquoi avait-il fallu qu’Ollivander soit si chiante ?

En soit, non pourvu de honte de son départ. Jugeant même plus avoir été victime d’une de ces hargnes féminines. Les fameuses dont seules les mousmées portaient en force des cervelles aux arabesques trop anguleuses pour en saisir le sens. Engrenages d’hystérie complexes bien caractéristiques de la gent. Elle avait eu ses règles ce jour, c’était pas possible autrement, pestait l’insolent. Ignare volontaire des colères de sa comparse. Mais surtout de sa part de responsabilité.

Après tout, l’honnêteté ne lui avait fait défaut. Au contraire. Aveu à la poupée d’or de la raison de sa place consistant en ses talents. On ne gravitait pas sur le terrain pour son entité. L’efficacité égale au maitre mot. Joueur en moindre poids face aux palmes. Un bon Capitaine avait conscience que l’affinité préférentielle n’était à prendre en considération. Cynisme s’étira de sa gorge à ces pensées. Surtout que ce n’était pas la camaraderie qui asphyxiait les belligérants pour leur cas. Preuve en étant de l’exquise attitude de garce dans les traits innocents au sang pur. Ses lames roulant sur la langue. Exactitude de frappe. Non d’un naturel rancunier cependant, mais enfant des tourbières au pardon maigre de la trahison des siens. Chien blessé à son talon d’Achille. Une attitude en prix d’assumer que la chorale était à chier. Si ce n’était pas ridicule ça !

Querelle débouchant à la démission. Depuis ergotaient les protagonistes. Montés l’un contre l’autre dans une partie d’échec qu’il semblait forcé à abandonner. L’éclat des prunelles en bien des valeurs. La balance embarrassée à sa droite de son égo. L’homologue gauche prise de l’obsession de succès. Miroitant en la couronne de laurier une part encore d’orgueil. La toge de gloire embellissant dans des reflets rutilant son corps victorieux pour que fasse César délègue son dernier salut. Déglutition. Le choix fut pris.

« Je reviens. »

Schéma de son intervention établi. Carcasse dans les airs pour qu’à grandes enjambées furent détournées les madriers aux quatre fards. Destination le cyan et le bronze où détacha du cortège la longue cascade renarde entourée de sa cour. Cible verrouillée. Se décocha aux premiers charmes la sublime risette. Mandibule et babines en accord au minois subitement enjôleur. Réflexe à l’approche d’une radieuse fille d’Eve. Surtout quand l’exception était divinement fournie de charmes mystiques. Bénie à l’image du grand fauve par la génétique d’ancêtre. Triche agréable en surplus la délicatesse vélane. Fleur joyau coruscant dans bien des cœurs ravis. Sublimité coqueluche des mâles faibles. L’aigle majestueux qu’étonnement l’idiot canidé tenait en respect. Séduit par ses sens primaires.

« Mesdemoiselles, salua-t-il d’un ton chaud l’assemblée cérulée. »

Mimant ingénuité quant à l’intéressement invoquée par sa simple présence. Tâche de sang sur l’azurite. Etranger pourtant se comportant en maitre de ses appartements. Penché pour toquer à l’épaule d’un plus jeune en bordure de la douce. L’intimant d’une main autoritaire de lui dégager la place. Sans offrir une marbrure viride. Les orbes entrelaçaient à l’azelan en contrebas qu’il rejoint au niveau pour se placer à l’assise. Présentation au public ravissant d’adorables fossettes. S’enivrant en cette approche de l’éthérée suavité du nouveau vis-à-vis.

« Quinn, retroussa-t-il la pointe du museau, l’aménité d’un sourire en offrande. Je peux t’emprunter à tes copines juste histoire de quelques minutes ? soulignant les secondes convives pendant une pause pour revenir à elle : Ou même plus si l’envie t’en dit, mais on pourra déterminer ça plus tard. »

Le jeu d’acteur découlant au basculement de trombine en pastiche de désintérêt. L’hameçon minaudier tendu. Se complaisant à cette frivole espièglerie. Notoriété du félidé appréciateur d’user de son attrait. Sans déceler son âme de l’objectif tapis dans l’approche. Requin au fond venu parlementer. Choix stratégique par ailleurs de la compagne. Après tout, il était plus facile de plier le genou face à une belle femme.


Credits : Gasmask



Défis écriture effectués:
 

Invité

Invité
Dim 25 Nov - 15:15
HORAIRES COERCITIFS



Serdaigle. Bronze et bleu s’envolant dans les cieux. Oeil acéré, plumage superbe. Le saigneur des hauteurs. Reine en contrebas. Tresse rousse sur l’épaule, grand sourire d’insouciance. Pourquoi m’inquièterais-je quand tout peut aller bien ? Les tensions politiques sont savamment gardées loin du havre qu’offre Poudlard, écrin précieux de verdure et de pierre pour renfermer la plus lumineuse pièce de joaillerie qu’un artisan put faire. Moi. Ou disons que je travaille à devenir ce diamant éclatant. Notes brillantes, bonne joueuse de Quidditch, apparence soignée. J’ai à coeur d’être la meilleure dans tous les domaines possibles imaginables. Pourquoi se contenter de la plèbe lorsqu’on peut viser les sommets. Ambitieuse ? Bien entendu. Il faudrait être sot pour ne l’être pas.

Démesure appelle la chute. Les astres me gardent de faillir sur le chemin. Pour l’heure, tout se déroule à merveille. Longues boucles roulant autour d’un minois angélique. Grands yeux où papillonnent d’interminables cils. Petite princesse rouquine entourée de sa cour. Quelles meilleurs armes que la joliesse et la gentillesse pour régner en despote sur les cœurs et les âmes ? Je ne suis pas différente des autres humains en cela : se sentir désirée, appréciée est grisant. Le contact social est grisant, surtout lorsqu’il peut être tourné à son avantage par quelques artifices génétiques.

L’appel sonne. Une voix enjôleuse bien connue pour se faire rivale sur le terrain de Quidditch. Une voix qui narguait les autres capitaines d’équipe lors du tirage au sort des horaires quelques semaines plus tôt à peine. « Mesdemoiselles », qu’il dit. Sourire en coin arraché aux lèvres de la rouquine qui le regarde avec curiosité. Je me demande ce que peut bien vouloir le séduisant et insouciant O’Niallain.

« Quinn, je peux t’emprunter à tes copines juste histoire de quelques minutes ? Ou même plus si l’envie t’en dit, mais on pourra déterminer ça plus tard. »

Le sourire s’élargit. J’adore toujours autant pousser dans ses retranchements le mignon petit Gryffondor. Je laisse mon regard glisser sur la silhouette musclée que cache partiellement sa robe de sorciers. Comment résister à un peu de provocation ? Je me lève pour effleurer du bout de l’index le nez de Connor en affichant un sourire enjôleur :

« O’Niallain, mon chou, quoi que tu me proposes je doute que cela dure plus de quelques minutes. »


Le prenant par le bras, je l’entraîne dans un couloir déserté adjacent, et met les mains dans les poches de ma robe de sorcière. Le sourire aguicheur s’est effacé pour laisser place à une franche curiosité. Si j’aime particulièrement malmener le jeune gryffondor dont toute la personnalité est un appel à la plaisanterie, je sais aussi me montrer sérieuse de temps à autre.

« Alors O’Niallain ? Que puis-je pour toi, à part causer un infarctus à mes amies en les laissant penser que nous pourrions être en train de faire des choses peu orthodoxes dans une salle de classe déserte ? Tu sais que Suzie – la brune – t’aime bien, d’ailleurs… Je pourrais t’arranger le coup si ça t’intéresse de sortir avec quelqu’un d’un peu plus raffiné que les jolies bécasses de gryffondor que tu fréquentes d’ordinaire. »

Je suis une peste avec Connor. Et j’assume complètement.



533 mots

Invité

Invité
Ven 7 Déc - 0:08
C l e a c h t. horaires coercitifs
ft. Meadow A. Quinn
« Vraiment, Ollivander me fera chier jusqu'au bout... » ▬ CONNOR.

Blandices pour renarde. Usage topé d’un fripon accolé du même luth. Après tout, fauve à prasin de concupiscence. Son égo roucoulant mélodies amignotant prunelles clignées longs cils. Somme toute un notoire pêcheur où toute félicité résidait à la moisson de ses esches. Appâts par charmes. Des pâturages divins dont se bâfrait tout son orgueil.

Pour l’occurrence ici, vis-à-vis d’alezan émerillonné. Estime d’un challenger à sa mesure ; l’étoffe de toutes les convoitises. Courbes monarques de matous corvéables par le caprice de leurs hormones. Bestialité faufilée aux lézardes du frittage de leurs maturités. Ainsi aucune inusité à ce que phénix empereur sourdit fréquemment des gouailles des vestiaires. Hommes à en devenir, et nigauds déjà. Cependant nantissait souveraine les pré-phallocrates d’une ripopée de délices. Finesse d’une psyché aux arabesques corporelles bénies des aïeuls. Dague d’aménité pour céladon par communion de fanatisme sportif. Badaud lacéra de ses ovales de jais Vénus de myosotis.

Allumelle s’effilant sous ténue mignotise. Friselis surpris, fugueurs de lippes. Une ondulation sillonnant son échine. Infatué, la primarité oignit carreau. Lardant flambard à l’instar des badigoinces excavées de fossettes. Parée de ces soieries folâtres, l’allègre braise luisait de divins atours.

« Arf… Tu me déçois, Quinn. Je pensais que tu valais mieux que d’écouter les bêtises colportées par d’ex-petites-amies encore amères de m’avoir perdu. Après, je ne peux que te comprendre, bulletin de factice indulgence et hausse apathique d’omoplates. C’est difficile de croire qu’un homme peut être parfait sous tout rapport. »

Ultime trémolo valsant accotoir de risette. Fat dérobé par uraète. Grelot altier mais aussi sémillant caressa de rif sa gargue. Docile pour César. L’empereur disséqué d’une félicité brasillant au creux des perles d’encre.

« Je ne te savais pas si impatiente de rencontrer le fauve, Quinn. »

Facétieux luron gavé de son espièglerie. Au cadran des canines deux splendeurs de zygomatiques. Voués aux camarades éberlués du narguant.

Toutefois, exilés, vélane bagota sous d’astres abscons. Sinueuse bermes du revers de mascarade. Cependant ne formalisant guère corniaud badin. Edifiant à la truffe friponne de joviales enluminures. Dualité sibylline l’affriandait. Il y eut basculement de trombine à l’examen du contrebas.

Alors quémande du motif tinta. Probité incarnée à l’essor de parlure qu’étouffa les derniers vers. Relayant au paysage l’immolation d’une superbe. Escamotée de sa guillotine pour mieux coqueriner.

« Hum… on va dire que j’aurais un petit service à te demander. Mais d’abord mettons-nous d’accord sur une chose : je ne suis pas contre un peu de changement tu sais. Juste il s’avère que la plupart des autres filles sont purement coincées. Après, je ne suis pas contre le fait que tu me montres que j’ai tort. »

Nonchalance gazouillant pour que ne cule languissant bailleur. Index érigé aux ogives. Césure de galéjade en augure de balourdise. Une fois en accès oculaire de l’antre des agapes, viride guigna les oisillons récents orphelins.

« La brune t’as dit ? Cannelure de moue approbatrice sur mandibule, cyon agréa : Mignonne. »

Semblant d’emplettes pour favoris de mécène Nature. Sa devise antagoniste du gâchis. Tout du moins, margouillis en estime de canaille.

Finalement, lestes talons revoguant carrure au port rubigineux. Etrenne d’énième ris pour s’adosser aux briques dans diapason d’effronterie bonasse.

« Mais tu ne t’en voudrais pas si je viens à sortir avec une de tes copines au moins ? Parce que ce serait triste que tu te mordes les doigts d’être passée à côté d'une occasion pareille. Et puis entre nous : ce n’est pas beau une fille rongée par la jalousie. »


Credits : Gasmask



Défis écriture effectués:
 

Invité

Invité
Mar 1 Jan - 19:03
HORAIRES COERCITIFS



Mignarde se musse sous la rose qui ce matin avait éclose. Robe pourpre sommeille sous les liserais céruléens des aigles. Fiers rapaces fondant de coutume sur leur proie avec l’aisance gracile de la ballerine redoutablement carnassière. Sourire intrigué peint sur le minois tandis que le Gryffondor pérore dans les couloirs jusqu’à l’alcôve désertée où je l’emmène. Si je ne savais O’Niallain peu enclin aux épanchements de romantisme, je m’attendrais presque à une touchante déclaration… Aussi touchante que soit capable d’en produire l’un de ces rustauds attachants de Gryffondor ! Quelle mauvaise foi ? Où ça, de la mauvaise foi ?

« Arf… Tu me déçois, Quinn. Je pensais que tu valais mieux que d’écouter les bêtises colportées par d’ex-petites-amies encore amères de m’avoir perdu. Après, je ne peux que te comprendre. C’est difficile de croire qu’un homme peut être parfait sous tout rapport. »

Oeillade vers un ongle parfaitement manucuré tandis que le paon s’enorgueillit de la taille de son engin d’un air entendu… Sa queue, naturellement… Je me ressaisis mentalement pour ne pas éclater de rire en imaginant la roue du paon, et ne laisse filtrer qu’un petit tintement de voix en levant les yeux au ciel. Boys, boys, boys...

« Je ne te savais pas si impatiente de rencontrer le fauve, Quinn.

- Sans façon, petit chat, garde ton épée dans son fourreau : je sais très bien que tu n’es pas parfait. La preuve, le bruit court que tu es un si bon capitaine que ta gardienne t’a lâché… Dommage, elle était mignonne la petite Ollivander, douée aussi. Je me demande bien comment vous allez faire pour trouver quelqu’un d’aussi bon en cette saison. »

A peine un ronronnement contre l’oreille du brun tandis qu’un grand sourire narquois se peint sur le visage. Comment aurais-je pu n’être au courant ? Leur dispute ayant été entendue à proximité d’une salle de cours, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre, et les yeux doux à quelques Gryffondor m’ont suffit à obtenir confirmation. Je n’ai su avec exactitude quel a été l’objet de leur éclatante querelle, mais j’ai eu vent de ses conséquences. De réjouissantes conséquences. Je ne résiste pas à l’envie d’enfoncer le clou avec un sourire innocent sur les lèvres.

« Les paris sont déjà en votre défaveur. Carrow était ravie de la défection de sa ‘petite lionne’. Tu sais qu’Ollivander est proche de filles de Serpentard… Peut-être qu’elles ont enfin réussi à la faire fléchir pour leur plus grand bonheur… Et le mien aussi ! »

J’ai toujours aimé asticoter les garçons, et celui-là en particulier : adorablement futé, il a aussi ce tempérament de feu qui le fait démarrer au quart de tour me permettant de lui asséner les plaisanteries les plus vertes pour le faire sortir hors de ses gonds. Plaisant amusement que celui-là entre deux discussions sérieuses.

« Hum… on va dire que j’aurais un petit service à te demander. Mais d’abord mettons-nous d’accord sur une chose : je ne suis pas contre un peu de changement tu sais. Juste il s’avère que la plupart des autres filles sont purement coincées. Après, je ne suis pas contre le fait que tu me montres que j’ai tort. »

Roulement des yeux vers le ciel. « La brune t’as dit ?  Mignonne. »

Je hausse les épaules.

« Bien sur qu’elle est mignonne ! Et très demandée ! Si tu la fais trop attendre, peut-être tombera-t-elle dans les bras de ce batteur de Pouffsouffle… Comment s’appelle-t-il encore ? Tu sais ? Celui qui t’avait envoyé à l’infirmerie à coup de cognard en cinquième année ! »

Bon, allez, j’arrête de le houspiller… Une dernière ! J’arrềte après la prochaine… ou la suivante.

« Mais tu ne t’en voudrais pas si je viens à sortir avec une de tes copines au moins ? Parce que ce serait triste que tu te mordes les doigts d’être passée à côté d'une occasion pareille. Et puis entre nous : ce n’est pas beau une fille rongée par la jalousie. »

Je m’approche en rejetant une mèche rousse sur l’épaule et tapote la joue de Connor avec une mine pensive.

« Hm… attends que je te regarde mieux ? »

Je prends son menton entre les doigts pour observer son visage à gauche, à droite, et laisse tinter un éclat de rire.

« Désolée, chaton ! Contre Wilson, notre délicieux directeur des serdaigles, tu ne fais vraiment pas le poids ! Par contre… je pourrais vraiment t’en vouloir si tu me disais que tu ouvrais de temps en temps les jambes pour lui et que tu refusais de m'arranger un rendez-vous avec ton amant... Alors, des choses à m'avouer avec le beau maître des sortilèges ? »

Mine sérieuse revint orner mes traits d’un masque.

« Un petit service, tu disais ? »



754 mots

Invité

Invité
Dim 27 Jan - 14:55
C l e a c h t. horaires coercitifs
ft. Meadow A. Quinn
« Vraiment, Ollivander me fera chier jusqu'au bout... » ▬ CONNOR.

Echeveau de granite si exigu pour que tinte aux orillons renards le rancard sur flave et ses primesauts. Synclinal de viride. Abatant là l’as dont pointe excoria sa carcasse. Mustang s’ennoblit pourtant, malgré sa stature à défaut. Fers cimentés au triomphe de l’omnium. L’orfèvre de toutes choses avait enfanté un savant bijou ; la Quinn. Volutes de citrine bigarrées d’amènes allumelles allouées au sifflet charnu. Grisant et délectable en pile mais félon et transfuge de face.

Scient cependant non timoré, fauve s’enorgueillit avant riposte. Coussinets dans naumachie, théâtre de potentielle rixe. Coq versus Poularde. Non sans jouissance du baroud.  S’édifiant là duramen bourgeonneux de dilection : l’adversité réelle contre amazone de joutes autant que de charmes. Dualité des parallèles et perpendiculaires. Rivant l’atma de laves et sa sœur des zéphyrs.

Alors pétulance entama l’assaut, charibotant plainte. Puis conflagration des voutes par céladon. Pour qu’en consécration de marathon, quinquets ceignirent cacao du contre-bas.

« Ce qui fait fléchir Ollivander c’est surtout sa tête. Trop creuse qu’elle en a perdu l’équilibre. C’est le risque à payer quand on traine avec des vipères. »

Cagnard cortégeant timbre de rogomme par hausse des éclanches. Feintise d’atonie d’un cabotin. Trop probe pour pasticher sans hâblerie. Frimousse d’ange diaprée par explicite acrimonie. L’oisillon avivait indocte propitiation du fieu des Tourbières. Rappel d’aumône de fatuité. La gabelle des lauriers pour César. Cependant stolons réfractaires exhortant faraud à d’ultimes esquisses altières.

« C’est ça, fais-toi plaisir de penser que tu vois ici un point faible. Même sans Ollivander on vous bouffe tout cru je te rappelle. »

Pourtant épigone égale au héraut de sérénité. L’âne non assez béotien pour mépriser ce truisme. Malgré incartade sous trémolos des tribulations d’œstrogènes ; la lune de sang. Griffes finalement poinçons de sa nécessité plus que de l’entité. Les zigs étaient démunis d’affiliations loisibles. L’or et le marbre trop chieurs sous les pagodes des ténors baguetiers.

Chapelet suivant polarisant gouaille du Prince des graciés de la crinière. Goguenard du bec sous tous angles, la frime autant qu’en sa cavatine. En procession languissante cambrure sur chignon. Dans l’adextre étude d’alléguer la quintessence de sa trogne riotée.

« Cet idiot ? Non mais laisse-moi rire ! Orbes condescendantes mignardant l’écorce vélane. Justement : en trois ans il n’a réussi à m’avoir qu’une fois. Paie ton bras cassé. Si c’est ça que t’appelle être doué ça explique l’état de ton équipe. »

Castille aux badigoinces épaulées de facétie. Outrancier agrémentant de rif :

« Puis… c’est pas parce qu’il y un gardien qu’on ne peut pas marquer. Et je me ferais un plaisir de te rappeler autant qu’à cet abruti. »

Sans qu’embarras n’ankylose lichen ostentatoire. Baroudeur vadrouillant sur monts et collines gardés des pelures poudlariennes. S’adonner aux cartels octroyait d’exquises étrennes fallait-il croire.

« Mais si on parlait plutôt des fois où l’on t’a allongé toi… Et je ne parle pas que l’infirmerie. On te surnomme La Forteresse Quinn parait-il. »

Ecrin de risette par fossettes enjôleuses. Cependant chatte broncha patoche pour sa laie. S’hissant au mâle de plasticité éphémère. Consentie uniquement pour l’oraison en vérité. Toupet suintant avec allégresse des stomates du trifolium. La comptine des ronrons de maitre lion en exorde de l’examen. En revanche obombré rapidos aux tics et aux tacs de labres sibyllins. Le hoquet soustrait par outrage. Absolu pécher. Cyon pourvu hérisson par l’entièreté de son vair. Répugnance puissance répulsive des serres d’uraète. Des pertuisanes délétères captées par la ferme poigne de l’irrité monsieur Mâle.

« Ecoute tes fantasmes douteux, garde-les pour toi. Surtout quand ça implique que je… – l’argua son propre ergot, le grelot rauque rebuté comme butant par d’avilissante libidineuses arabesques pour que rogne marmotte – avec un autre mec. Mouille mortifiée s’ébaubissant. Je ne te savais pas de ces nanas cheloues qui chavirent à l’idée de deux mâles en action, mais pour info : avec le beau Wilson ça revient strictement au même que de se taper une nana. Sérieusement il a pour seules boules ses saloperies poilues. Niveau testostérone on repassera. »

Rogue sans s’en musser. Suprême des landes fates par la paire de lippes nimbées de ris. Benêt se gargarisa de ses rétorsions. Ascendance de sa cime sur vigne d’ocre. Ses ramilles enclosant le surgeon à étêter pour gausserie imprudente. De sa même manière. Pulpe mignotant mandibule de Vénus tandis que sienne se distendait de rictus. Equité des procédés.

« Mais c’est vrai que chez vous ça doit être un modèle de masculinité, vu la faune. Ça m’attriste pour toi. Mais après je peux me dévouer pour te montrer ce qu’est un vrai mec. Je sais être très doux tu sais. »

Promiscuité charriant sa sève à l’ébullition. Migration alors des sarments pour esseulée brindille de vermeil. Une exilée autarcique de son bouquet jusqu’au quidam généreux que fut cabot. Restaureur d’harmonie. Se délectant par sa prime au pensum d’œillades cajoleuses pour sa gorge. Melliflues ballades de fièvre. Les carillons des altos du ménestrel Dopamine.

Bien que corniaud fut-ce déréglé des diableries ménesses bulgares. Glas d’ambroisies aguicheuses pour temps des pourparlers sillonnant l’éther. Prestance reu à l’exact même tropique que gapette de capitainerie.

« En effet, un service. »

Palmes locataires ponctuelles de ses trousses. Epicéa d’Eire se ré-érigea à l’accotoir du grès. Factif  apathique, encenseur des voussoirs via prasin. A la débâcle de quelques secondes avant adjoindre :

« Il me faudrait revoir les créneaux d’entrainements. Un échange avec celui du samedi notamment. »

Omettant explicitation de tout motif. Foutue chorale de mes deux…


Credits : Gasmask



Défis écriture effectués:
 

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum