Helen Bladestone ¤ "Il n'est pas de vice si simple qui n'affiche des dehors de vertu." (W. Shakespeare)
 :: Administration Générale :: Examen de la baguette :: Baguettes recensées

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Helen Bladestone

Messages : 54
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 13:28
prénom p. nomGroupe
Nom BLADESTONE, famille de l'upper middle class, sans histoires au regard du monde moldu ; Prénoms HELEN ELIZABETH GEORGE, noms prémonitoires peut-être pour une femme aimant cultiver l'ambiguïté physique et idéologique ; Âge 33 années dont chacune, ou presque, aura été marquée d'une pierre noire pour nombre d'éclats peu recommandables ; Date de naissance NOVEMBRE 1969 ; Lieu de naissance NOTTINGHAM, quartiers résidentiels aux vertes et calmes pelouses promptes à susciter l'envie de plus acide chez la jeune peste ; Signe astrologique SCORPION ; Nationalité ANGLAISE, bien que citoyenne du monde à l'instar de Platon... car après tout, chaque nation « d'imbéciles heureux nés quelque part » se vaut ; Statut Civil CELIBATAIRE, trop heureuse de sa liberté et têtue pour la compagnie prolongée d'autrui ; Préférences sexuelles BISEXUELLES, curieuse de tout et pas contre l'expérimentation de relations variées ; Statut du sang SANG-MÊLE, depuis une copieuse dizaine de générations – merci aux frasques amoureuses de plusieurs aïeux aussi butés qu'elle... autant dire que cela fait bien longtemps que sa lignée n'appartient plus à l'illustre registre des sang Pur ; Baguette 22 cm, aubépine + plume de phénix ; Patronus UN DAIM – la drolatique angoisse que, dans les livres, traînent avec eux les animaux de la forêt la rassurent, étonnamment, autant que les élégantes lignes du daim la charment ; Dons AUCUN, si ce n'est sa propension à passer aisément de la dissimulatrice à la grande gueule ; Pouvoirs A une vraie prédilection pour les sorts aux apparences aussi instables que celles du monde : peindre avec l'ombre ou la lumière, souffler un vent de trouble dans les souvenirs ou jeter un voile sur les pensées d'autrui, telles sont les recettes d'Helen ; Particularités Entre des lèvres à l'ourlet charnu, une voix de petite roche érodée Activité Professionnelle, études, métier, autre Élève de Poudlard ayant laissé un souvenir fort mitigé, joueuse d'échecs, clubbeuse régulière en milieu moldu, passionnée de plume et tête pensante d'un journal alternatif signé d'un seul pseudonyme – jamais elle n'a officiellement dit où que ce soit qu'elle en était l'auteure.


caractère
Caractère


Une plante : l’hellébore. Ô folie, maîtresse universelle du monde ! Naviguant entre les imprévisibles lames d'un caractère que d'aucuns diraient instable et les discrets maillages de cette plante censée apporter l'apaisement, tel est le caractère d'Helen. Le perpetuum mobile de ses actions dans le vaste champ des domaines qui la passionnent n'aide pas qui s'essaierait à la cerner. Plus encore quand elle y ajoute ses réguliers recours à des sorts venant troubler obscurité et lumière, souvenirs et mémoire, pour elle : autant un vivant miroir de ses couleurs changeantes, qu'une autre façon d'écrire. De s'écrire. De faire un pied de nez au monde qui ne se prive pas d'agir de même. De ne donner à voir, enfin, à travers sa petite gazette, que des actes à l'auteur mystérieux – une voix sans personne. Certains diraient probablement que c'est d'elle-même qu'Helen se joue et se cache, dans un tel divertissement au sens le plus tragique du terme.


Une teinte : la Terre brûlée. Le sol sablé aux reflets cendreux est soulevé, harassé, charrié à chaque heure du jour par les vanités de la société. Un goût chaud mais aigre reste en bouche et dans les narines. Des sentiers noirs de lumière gémissent sous les aiguilles des talons... Autant de sensations à l'image de la vision désabusée et érodée que Helen s'est construite du monde. Tout est versatile ou hypocrite, même inconsciemment dans les esprits pourtant les plus éthiques et des meilleurs, tel le soleil tournant comme un phare qui tantôt réchauffe la terre, tantôt la brûle. Une même couleur, une infinité d'interprétations. Helen est peu confiante, le cœur serré par l'idée que l'on a jamais fini... de ne pas connaître même les personnes les plus proches. Faute de l'accepter, elle s'y est accommodée, et ce ne sont pas les débats actuels dans le monde de la magie qui lui tireront un démenti. Deux camps. Une guerre idéologique ouverte. Derrière les apparences cependant, chacun ruse, se cache parfois, et c'est sans compter la masse de ceux qui ne se retrouvent ni d'un côté ni de l'autre. Quand tout semble trop simple, alors tel est le moment où tout déraille.


Un animal : la salamandre. Un corps longiligne et charbonneux moucheté de taches de soleil ; un don de pouvoir régénérer l'un de ses membres blessés ou perdus ; des routes nocturnes de prédation et pourtant la mise en lumière sur certains emblèmes royaux... la volonté et l'ardent instinct vital de l'animal rampant imprègnent Helen. Mi-ombre mi-soleil, la vie se mène au fil des opportunités, des aventures à affronter dans les yeux – au risque de s'y trouver pétrifié – mais également des plaisirs et des mille domaines prompts à éveiller la grande curiosité de la Bladestone. Elle avance, mue dans ses émotions et expressions, va au-devant de tout ce qui l'intrigue, trouve en elle la force régénératrice en cas d'échecs et, dans les plus fâcheux et rares des cas, rampera seulement dans les apparences avant l'attaque.


Un artefact : le calame. Le roseau plie mais ne rompt pas. Ce roseau dans lequel les Anciens taillaient de quoi tracer leurs idées dans la chair de l'Histoire est une puissante source d'inspiration pour l'apprentie chroniqueuse et satiriste. Au même titre que la magie, la plume blesse ou guérit. Elle sait en outre semer parfois les troubles nécessaires à déranger les esprits dans de trop confortables sommeils.


Un tempo : allegro moderato. Les extérieurs sont à soigner comme un Empire de Signes. L'empire sur lequel règne Helen est fait de notes allègres, assorties aux accords rieurs de ses lèvres épaisses, aux couleurs fauves des excentriques bijoux qu'elle porte, aux flammèches ambrées logées dans ses cheveux bruns et raides. Tourne, tourne le monde, eh bien que tourne la danse autant de fois que la légèreté le permettra ou sera nécessaire – salvatrice. Dans le monde moldu, Helen hante les clubs de musiques electro où elle ondoie, rit, boit jusqu'au bout de la nuit. Sa spontanéité n'a de limites qu'un temps non extensible, qui ne lui permet pas de satisfaire son enthousiasme pour moult clubs, groupes, activités...


Un péché capital : l'envie. Pour son plus grand bonheur et ses plus amères peines, Helen veut avaler le monde. Tout instable et grinçant qu'il est, il continue de la passionner et jamais en elle ne se tarit l'envie de comprendre, de maîtriser pour ne pas être maîtrisée, de posséder pour ne pas être possédée. Hélène achète, collectionne, accumule. Et jalouse. Des connaissances qu'elle n'a pas ou des talents qui lui échappement sont autant de richesses perdues. Détenir ce que la société fait de meilleur, pour changer des récurrences du pire, et planer dans l'affection d'autrui donnent le change contre le vide et le non-sens.


Une pierre semi-précieuse : la cornaline. Fourbe et cornue de son petit nom, ardente voyageuse depuis l'Inde et l'Amérique du Sud, elle déploie de multiples veinules aux teintes subtiles et frappe le regard tel un Marteau Rouge, nom que lui donne George Sand. Son éclat est ténu et n'en retient pas moins l’œil, alors que son usage suit une infinité de variations aux bras et cous de qui la porte. Helen aime le caractère de cette pièce d'une couleur franche à l'image de ses émotions souvent vives et qui – si elles demeurent verrouillées derrière le glacis de son visage – interfèrent parfois avec sa magie impétueuse et espiègle.




histoire
Histoire



Bruine d'ennui à la fenêtre où tout est gris ~ Le calme résidentiel des petites banlieues pavillonnaires n'est pas du goût de tous. Les enfants de bonne famille y jouent, y étudient, y apprennent les conventions qui aux yeux de leurs parents donnent toute la distinction nécessaire à se faire un nom. La petite Helen recherche autre chose. Dès très jeune, ses institutrices lui trouvent à redire : fugues, farces à base d'animaux ou de jeux de mots bien sentis, propos éloignés de ce qui est attendu d'une « jeune fille rangée ». Si la Bladestone se répand en de tels comportements que d'aucuns jugent sournois, c'est que tout tend à lui montrer, au sein même de sa demeure, les grincements farceurs d'un monde facétieux. Jour après jour, elle a vu sa mère – brillante cadre d'une grande entreprise locale – sombrer dans les vapeurs du travail acharné. Trop acharné. Les exigences de la direction à son endroit croissent démesurément, des plans de licencient sont en cours. Bien que ses parents tentent de lui cacher ces coulisses, Helen est intelligente et saisit que partout, l'on éprouve qui est le pot de terre et qui est le pot de fer. Tout son soutien ne sortira pas sa mère du mal qui la dévore. Et le père est un pleutre. Oh, il est en partie excusable : il faut bien faire le dos rond, nourrir la famille, tenir son rang au milieu de « fils de » et assurer les futures études.
De cette enfance, Helen retiendra, une fois sorcière, une première leçon : la magie, au même titre que l'argent, la science ou le travail fourni, ne valent que ce dans quoi on exploite ces dons. Plus encore, ils ne valent rien quand des apparences, des jeux de dupes et d'écrasements mènent le bal.


Donne-moi un valet et j'en ferai un as ~ Les lettres... Helen a toujours apprécié les lettres, qu'elles soient anglaises, ou étrangères et passées au prisme des traductions avant qu'elle ne s'attelle à étudier d'elle même d'autres langues. C'est précisément une lettre – mais d'un autre type – qui vient à ses dix ans bouleverser le cours déjà délavé de sa vie. La missive lui annonce ce qu'elle aurait pris pour un ridicule canular, si ses parents n'avaient pas aussitôt entamé avec elle une conversation des plus sérieuses. Il paraît qu'elle est une sorcière.
Une sorcière ! Ce terme n'a jusqu'alors inspiré à la Bladestone que des visages de pauvres femmes condamnées, des odeurs de cendres, mais aussi des ombres joueuses au milieu des forêts animées par leurs cent sortilèges. Elle, petite gosse de riches un peu ronchonne, en était si éloignée... Entre quatre yeux, ses parents lui expliquent tout : elle a des pouvoirs. Elle va apprendre à les maîtriser à Poudlard. D'ailleurs, sa mère aussi est sorcière. Ses père et trois de ses grands-parents en revanche sont moldus : le sang pur s'est perdu depuis longtemps dans cette lignée. Devant les éclats de la fillette, il faudra plusieurs jours pour lui faire entendre que si on ne lui a rien dit, c'était pour lui éviter toute déception – et toute curiosité déplacée – si le moment venu le verdict tombait et qu'elle soit moldue. Par ailleurs, les temps sont troubles : celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom réunit des adeptes et terrifie tout le monde de la magie, au sommet de sa puissance. Il n'est pas la peine de mêler Helen à ces affaires, à plus forte raison si elle avait été moldue. Pour toutes ces raisons, sa mère n'a jamais évoqué ni pratiqué la magie devant la fillette et son mari gardait le secret. A présent cependant, les choses ne peuvent plus être cachées et Helen est suffisamment grande pour entendre des vérités.
La colère finit donc par retomber. Helen se prend d'une ivre curiosité pour les pans invisibles du monde qui s'ouvre à elle comme un jeu de cartes où elle pourra ourdir mille-et-un nouveaux plans. Un matin de Septembre 1979, elle scelle ses bagages pour la voie 9 ¾. Ici commence sa passion pour la magie et la manipulation des apparences. Ses premiers modestes entraînement auront lieu avec des jeux de cartes, dont elle s'amuse à métamorphoser les figures, en alliant les simples tours de passe-passe moldus avec ses balbutiements de magie. Puisse entre ses mains le valet devenir un as, une dame ceindre la couronne du roi ou se marier à une autre dame...


Et tournent les embruns dont la ronde s'affole ~ Dès son arrivée à Poudlard, la curiosité d'Helen, plus vorace qu'un puits sans fond, avale livres sur livres, boit les paroles de ses professeurs et développe une insatiable – et agaçante pour certains – envie de tout comprendre. Elle tournoie au milieu des innombrables portes qui s'ouvrent à elle, peines de splendeurs et de mystères, de réponses à ses questions... et de dangers dont elle est moins effrayée qu'agacée de ne pas les comprendre. Sa devise : percer les mécanismes et les rouages avant que de les maîtriser. Curieuse, mais pas nécessairement studieuse, la Bladestone suit le cours tumultueux de ses envies, pouvant tantôt enchanter ses professeurs et parents, tantôt entacher ses résultats de notes désastreuses qu'elle estimera pouvoir rattraper plus tard – ou par d'autres moyens.
Elle sait jouer habilement du système de points pour compenser ses résultats houleux, bien qu'elle pense déjà grand mal d'une telle attribution de bonus ou malus ne faisant que stimuler la concurrence entre les maisons et non souder les véritables amitiés. Bien plus tard, ce sera donc avec satisfaction qu'elle verra remis en cause, lors des débats au Ministère, le système de points qu'elle critiquait en tant qu'élève de Poudlard, derrières les apparences bien lisses de celle qui savait en jouer haut la main. Helen souhaite actuellement qu'il soit un jour aboli.
En tant qu'élève de Poudlard, c'est à Serdaigle que le choixpeau l'envoie, malgré sa dissipation : son désir d'érudition et son infatigable curiosité auront su faire pencher la balance en faveur de Serdaigle... plutôt que sur Serpentard, maison à laquelle certains traits de la personnalité d'Helen l'auraient tout à fait mariée. L'histoire continue de la passionner, celle de la magie au même titre que celle des non sorciers, et la science des moldus est la matière qui lui rapporte les plus brillants succès.
Au-delà même des affinités au sein des maisons, c'est à des individus qu'Helen estime avoir affaire. Elle se sera illustrée par de mauvaises farces à l'encontre de qui contrevenait à ses idées : serpensortia, petrificus totalus, furuculus et mucus at nauseam comptent parmi ses farces de prédilection. Cependant, derrière ses assauts de peste, Helen se sent véritablement reconstruite par l'univers de la magie et les perspectives qu'il offre. À Poudlard, elle déchiffre son passé, comprenant enfin certains événements étranges survenus dans son enfance, et jette les premières touches d'un avenir dans lequel elle ne veut pas se laisser détruire comme sa mère : Helen rencontre de vrais amis, fréquente assidûment les clubs d'échecs et de journalismes qui lui inspireront ses passions.
Ses études à Poudlard sont toutefois rapidement assombries par les premiers échos du retour de Voldemort, la peur qui règne sur l'école, ainsi que les premières attaques à l'encontre des "sang de Bourbe". Les murs de l'institution ne vibrent, en cette année 1981, qu'aux nouvelles du "Garçon qui a survécu" et des attaques de Vodemort contre le Ministère... Derrière l'apparence d'un œil neutre, Helen suit avec passion l'affaire et s'arrange, avec ses amis d'alors, pour grappiller toutes les informations qui l'intéressent. Chose guère difficile : toute l'école et tout le Ministère parlent déjà bien assez du petit Potter ayant survécu à Voldemort et des premiers massacres dus à ce dernier.


Le cruel éclair luit au bout de deux baguettes ~ Helen aura connu Poudlard en plein entre-deux guerres, dans la décennie qui a précédé les sombres années du retour de Voldemort. Durant sa scolarité, elle a déjà eu l'heur d'entendre parler de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, de ses premiers adeptes et de l'âge d'or de leur puissance. Au sortir de sa septième année, Helen s'établit à la fois comme secrétaire dans le monde moldu et comme gérante du courrier au Ministère de la Magie, trouvant ainsi des appuis stables dans chacun des deux mondes qu'elle entend concilier – au moins dans le secret de son esprit et de ceux de ses proches.
Jeune professionnelle, la Bladestone suit de son œil très intéressé mais cynique et désabusé les aventures du jeunes Potter, les résurgences de Voldemort et tous les rebondissements qui secouent Poudlard, puis l'ensemble du monde des sorciers. Pour elle, la guerre fait une fois de plus resurgir les meilleurs et les pires penchants des uns et des autres. Derrière les apparences, le combat tombe les masques et nourrit bientôt les pires velléités chez les adeptes de Voldemort... mais aussi, peut-être, chez d'autres personnes que les serviteurs du mal.
Helen n'arrive donc pas au Ministère dans ses meilleures années. L'endroit est retombé au mains de Voldemort et la Bladestone tente de dissimuler au mieux son "Sang de Bourbe" : tentative guère fructueuse. Ses origines sont vite découvertes et la pression subie à son travail est terrible. Isolée, harcelée, elle se jure cependant de ne pas reproduire l'histoire de sa mère et, fidèle à ses principes, de ne pas rompre. Afin de tenir le choc, elle s'accroche à l'idée que Voldemort et ses adeptes finiront bien par être vaincus et qu'elle doit coûte que coûte garder un pied dans les affaires du monde des sorciers. Pourtant, les choses ne s'apaisent pas et Helen s'apprêtait à démissionner quand, heureusement, l'Ordre du Phoenix finit par reconquérir le Ministère en mai 88. Elle s'allie toute entière à eux, fait de son mieux depuis sont humble poste pour apporter son soutien et fournir des informations, mais n'en reste pas moins une observatrice vigilante de tous les caractères humains -- du côté des "bons" comme de celui des adeptes du Mal.
C'est dans les premiers mois d'apaisement de ce contexte macabre qu'en secret, avec un petit groupe de complices, elle ouvre une gazette inspirée de l'esprit du "Chicaneur", qui entend ne faire de cadeau à personne, à aucun camp, et suivre d'un œil acide les conséquences qu'auront cette lutte entre le Bien et les forces du Mal. Son petit journal demeure cependant très artisanal et distribué à un public restreint lors de soirées diverses et variées. Au sortir de l'éprouvante année 88, Helen garde à l'esprit que tout ce qui veut paraître aussi simple est probablement ce qu'il y aura de plus dangereux.


Comment sans brûlure savoir être voyant ~ Aube du XXIe siècle : « Croc d'encre », la gazette clandestine d'Helen et ses amis dans laquelle elle signe du nom de Lucrezia, n'a pas le temps de chômer. Severus Rogue blanchi, les derniers mangemorts arrêtés et condamnés, arrivée de Harry à la tête du Ministère de la Magie, nouvelles lois en série... Helen couvre tous les événements qui occupent ce monde de la magie en reconstruction. Elle ne manque pas de donner son opinion et chacun tantôt est salué, tantôt en prend pour son grade. Ainsi apprécie-t-elle par exemple les débats quant aux points par maison à Poudlard, mais aussi, du côté de l'opposition : la ténacité de « l'enchanteresse », son regard plus que prudent sur les nouvelles mesures qui s'installent, ou encore le brillant coup d'éclat lors du 24 décembre 2002.
Helen n'a pas manqué de le relayer et a apprécié l'émulsion qui s'est créée autour de Malfoy, de la part de nombreux sorciers quelque soit la qualité de leur sang. Plus jamais elle ne veut entendre parler de harcèlement infligé aux "sang de Bourbe". La classe de Prima Sapientia récemment ouverte à Poudlard et le centre de formation du Ministère de la magie sont actuellement les plus gros sujets d'investigation d'Helen, qui cherche à connaître l'atmosphère qui y règne. Cependant, si le Ministère et ses nouvelles lois intriguent Helen, qui ne demande qu'à se faire confirmer que le monde de la Magie est désormais entre les meilleures mains souhaitées, elle n'est pas moins sévère avec l'obsession de Narcissa Malfoy et de ses adeptes pour la pureté du Sang. Pour elle, ce conservatisme revient à oublier un peu vite de quoi se compose l'histoire des peuples quels qu'ils soient, et peut ouvrir sur les pires dérives.
Armée de sa baguette à base d'aubépine et de phénix, elle tentera au mieux de dominer ses émotions pour conserver son implacable et inaccessible masque. Au milieu de telles scissions, une question obsède Helen : comment savoir rester voyant ? Et comment se comporter quand aucun des camps qui prétendent incarner l'idéal ne lui semblent satisfaisant ? Est-ce elle qui est trop butée et négative ? Oh, sans doute. Elle devra bien finir par admettre que la guerre est terminée et que la réussite du Bien est évidente. Méfiante et cynique, elle observe tout, écoute, voyage, joue de ses tours de prédilection pour aller pécher les informations en divers lieux... et pose ses pions sans avoir encore complètement décidé la partie qu'elle jouera. Helen ne souhaite que se rassurer.





FT. Willow Photography ; Pseudonyme Helen Bladestone ; Âge 25 printemps ; Comment as-tu trouvé le forum ? Sur les bons conseils de l'une des vénérables modératrices de cet endroit ^^ ; Un petit mot à ajouter ? Wingardium Leviosa ! ; Ta fréquence de connexion Tous les deux ou trois jours ~


[Je souhaiterais intégrer le groupe Crin de Sombral et un poste d'ouvreuse de courrier au Ministère de la Magie si possible... Merci !]


Daphné Greengrass

Messages : 158
avatar
floodeur d'or
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 13:54
Bienvenue parmi nous ! Bon courage pour ta fiche :smi62:

Augustus Rowle

Messages : 238
avatar
rpgiste aguerri
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 14:35
Enigmatique apparition que voilà. Bonne chance pour la fiche =D

Sanglantes rencontres

Helen Bladestone

Messages : 54
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 14:46
Je vous remercie ! Grand hâte de faire plus ample connaissance et de RP en votre compagnie :smi46:

Veredis S. Beurk

Messages : 190
avatar
modératrice & mj
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 16:02
Salut ! Bienvenue par ici :smi7:

Bonne chance pour la fiche :smi26:

Si tu as besoin d'aide pour redimensionner ton avatar (200x320 pixels) fais-nous signe.

Helen Bladestone

Messages : 54
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 17:36
Ah effectivement ! C'est vrai qu'il est un peu étiré, alors volontiers pour un petit coup de pouce concernant les dimensions de l'image Smile
Merci !

Connor O'Nialláin

Messages : 1091
avatar
plume d'argent
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 17:40
Bienvenue parmi nous !
Je me suis permis de refaire les dimensions de ton avatar que tu trouveras sous spoiler ci-dessous.
En tout cas bon courage pour ta fiche et à bientôt. ~

Avatar:
 


Casadh bean-tsí dom thíos ag Lios Bhéal an Átha, d`fhiafraigh mé di an scaoilfeadh glas ar bith grá.  Is é dúirt sí os íseal i mbriathra soineannta sáimh « Nuair a théann sé fán chroí cha scaoiltear as é go bráth. ».

Pavel D. Monroe

Messages : 386
avatar
Administratrice & mj
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 19:43
Welcome =)

Bonne chance pour la fiche ^^ Merci pour l'avatar, Nonor <3

Archibald Rosier

Messages : 370
avatar
modératrice
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Oct - 20:32
Oh oh, une petite créature qui viendrait gonfler les rangs?
Bienvenue parmi nous :smi1:
Hésite pas à contacter le staff au besoin :smi11:



NUITS FAUVES

Alys Irvine

Messages : 58
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Oct - 23:44
Bienvenue par ici :smi40:
Et bon courage pour ta fiche !

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum