les corbeaux (camille)
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

les corbeaux (camille)  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
les corbeaux (camille)  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Oct - 13:39





Thor en émoi.
L'empyrée accouche d'impétueux momignards.
Sous les tambours dorés d'une voûte noire, bercé par les canons divins, Archibald honore à plein badin les Grands Cuistots, devantier au torse, surin roulant galoche aux paluches ménestrelles. Des poutres aux calcites enfumées, des mets de bon aloi ébrouent gourmets petrichors jusq'au museau avec une telle hargnosité. Fier comme Artaban, il exulte, renâclant, le ventre fondu de félicité, dans le siège des veloûtes parfumées. Généreuse médianoche, corne d'abondance. Pour sûr, les hôtes s'en régaleront! Tous fourbus qu'ils seront, après avoir avaler des poires d'angoisse à force de niveler dans la vêprée glaciale d'une perfide Albion. Le seuil à peine franchi, ils seront cueillis, tels des roitelets, de luxe ruisselant, au son des barcarolles, sans devoir montrer patte blanche.

Sucrant gâteau de quelques dragibus, un doigt déstructure le nuage de chantilly ligoté dans un bol et porte mouflet avorté dans l'antre chaude des lèvres gourmandes. Pléthore de mélasse, sucre à outrance. Sa vieille baderne croûtera sans déconvenue ces douces viennoiseries.

Aux fourneaux depuis le crépuscule, le cuistancier gouaille, stridule ritournelle et finit de laisser rôtir la dinde telle une chienne en rut. Un soupirail au sablier. Une petite heure pour tailler bavette. Parfait. Canapé, hameau de paresse. Aergie personnifiée baille aux corneilles le temps d’une croisière de pendule. Pantalon et chemise se défroissent sous la souquenille rose églantine tricotée un soir d'hiver. Tablier criard, pantoufles accordées. Hourvari de nacre enfantin. Charon à belle allure. Extravagance des aiguilles comme des eustaches entre ses dextres.

Infernal. Tartare félidé. Sous la férule du quidam faisant flanelle lanternent moult cerbères. Toison peinturlurée, moustaches opalines et ronronnements exotiques. Royaume des chats duquel règne Bastet. Fieffé dévot, puritain féal. Secte des monarques peluches. Les bénissant tous, tel une grenouille de bénitier, dans la sacro-sainte chartreuse. Citrouille pique-nique sur Morphée, lorgnade rivée tous azimuts dans le sérail engraissé d'appétents fumets et de Mozart antique. Prêt à planter ratiches aux intrus sentant le fagot. Félonne princesse.

Une demi horloge s'étiole. Grincement de porte.


(c) AMIANTE
Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1115
pictures : les corbeaux (camille)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 21:53
Bisou poutou pouet pouet.



Vendredi. Accouchement d’un gémissement épanché après une semaine de travail bien trop barlongue à son goût. Les nuits précédentes s’étaient garanties cahoteuses, empiétant  sa rémunératrice ronflette. Accusées par une bête noire qui se régalait de son entropie, Nott déshabillait deux épuisettes éteintes, signalées sous l’adroite arabesque de ses ardoises. Sa débandade dans la gnôle avait édulcoré dans une moindre mesure son ébranlement noctambule. Un travers qu’il en avait fait une assuétude. Les admonestations puritaines de ‘monsieur le ministre du ministère de la magie’,  à l’égard de son inclination véreuse pour la bistouille, n’étaient percutantes qu’à son retour de Poudlard. Une fois dans la bergerie, l’agneau noir se faisait gourmandé par la ‘louve chaperonne’ qui grognonnait en Archibald. Minouchet houspillé. Œillade peccante. La promptitude de regagner ses pénates de bonhomie était contrariée par l’inéluctable mercuriale de la mère-poule à l’indocile poussinet. On se demandait bien qui était le lardon entre lui et sa mouflette, Remy.

L’équipage fignolé dans sa modique valoche sans fond, Nott ‘croquait le marmot’, l’humeur agitée. Pressé de se dilapider les labres des entremets emmiellés que son avenante mais boudeuse ‘fée du logis’, il consolait son insatiable appétence sucrée dans les dragibus. Source irrécusable. Fidèle galante. Le rouge était spontanément suivi du rose, puis du noir. Un protocole étudié qui s’était délayé dans la croûte de son misonéisme.  Ses oreilles bourdonnaient de contentement quand une enjambée pressée faisait aboyer le sol dans un écho criard. La bienséance de son momignard disputait la légèreté d’un troll.

« En route mon petit poussin » Après un superlatif ‘gouzi-gouzi’, il poignait dans son escarcelle, léchée d’un pelage noir, un chicot de poudre de cheminette. Apostés dans l’encadrement de la cheminée, la petite main de Remy papillonnant dans la sienne, le professeur d’arts obscurs dardait avec dextérité le nombril du brûloir engourdi,  en déliant sa lécheuse de concision ; « Manoir Rosier »

Esquisses sémillantes dans le portrait du feu de bois cagnard du bercail familial. Des bourgeons badauds épluchaient l’amphithéâtre de moiteur où  se panachaient les miasmes les plus amènes dans une carmagnole capiteuse. Les fragrances édulcorées folâtraient sur le contour de son esquisse dans une gerbe affolante, émouvant ses papilles de malacie. Après avoir balayé ‘le boudoir de chatterie’ qui servait de salon, d’une mirette fouinarde, il tombait enfin sur l’objet de son désir. Ouatiné dans la cambrure moutonneuse du canapé, Archibald froufroutait de quiétude dans sa narcose. Escorté d’accessoires funambulesques, Camille ne pouvait décrocher son regard des chaussons veloutés de rose qui débordaient du flanc gauche du canapé. Il croyait même distinguer des…pompons ? Incartade humaine. L’égarement coquet qui grignotait rondement le lascar, publiquement mouillé de rigorisme, ne l’ébranlait plus comme naguère. A tâtons, il accostait prudemment les rives du fourvoiement. Le tablier crayonné de licornes et de pâquerettes lui arrachait un roucoulement fractionné. Hilarité ou désolation ? Il étudiait sérieusement la question.  

Miaouw

Ce nigaud de patte-pelu de Citrouille l’envisageait d’une prunelle culottée. Boulette de follicule pileux qui glapissait de déplaisir devant lui.

« Sale bête ! »

Brandillant son ultime écu, un spray à eau, dans un « sproutch » inattendu, le mistigri carapatait dans un ronchonnement courroucé. Ses lèvres se paraient d’un rictus conquistador pendant qu’il s’inclinait près de la ‘belle-au-bois-dormant’. Attendri, une main papillonnait mielleusement dans sa toison qui, alors qu’elle était d’ordinaire si impeccable, laissait décaniller quelques mèches insurgées. Une tiédeur bécotait doucement son poitrail, édulcorant davantage son épicentre. Une vraie taffe de plénitude écrasait son for intérieur en présence d’Archibald.

« Debout princesse » Lutin doucereux qu’il était. _ Avant qu’une ‘bacchanale vivante’ ne bombardait l’appesanti de tout son étalon, débordant son amour de cajolerie. « MAMAAAAAAAN »  Aie les tympans.  « Doucement Remy… »




(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

les corbeaux (camille)  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
les corbeaux (camille)  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Oct - 10:17





Lourdeur blépharique.
Amphigourique cataracte.
Dans le bergot chimérique des songes, il écume les vastes flots, les Océans Noirs. Vogue d'une creuse Odyssée, sans joie ni cauchemars, sous la sclère débonnaire d'Hypnos. Qu'il n'est plus soporifiques remugles que les lointains fumets - o' combien balsamiques - des agapes sur le feu et de l’assonance ronronnante des princiers félins tout autour. Sur la chair grasse et moelleuse du kacheveul, bercé d'une ryhoteuse acédie, Archibald fredonne borborygmes d'un ténor capiteux et tenu.

Rien n'aurait put étayer le rituel.
Rien...outre une pléthore de sirupeux petrichors annonçant l'avènement du faiseur de diabète. Une présence, un toucher. Paluche calamistrant tignasse jusqu'à la dépanailler tel un battant-l'oeil. Dessous le mâche-dru attendri, le paresseux gambille aux mignardises distillées. Doux réveil. Un instant, l'eut-il crû. Une fraction d'utopie! Crapoussin lutin poulopant jusqu'au macaroni alité et vomissant quelques esbroufants ulleries du giron de ses novices poumons. Indécrottable nabot du happe-lopin qu'il ne saurait - après un dantesque sursaut - gourmander.  

Sarclé des bras de Morphée, Archibald cueille la schroumpfette dans une étreinte chaperonne et distille croquignols baisers sur le satin moucheté de nuances roses.  

"Mon petit brontosaure!"

Gloussement. Le morillon fermente d'allégresse contre son torse avant de se décaniller telle un croquette d'hardiesse dans le cossu moûnier. Bon, et son adorale cromagnon? Un regard coule au sommet pour y découvrir sa mignarde mulasse. Chaleur narcotique. Emoi raccoisé. Roideur professionnelle émaillotée sous l'enclume des sentiments mis à nu. L'auguste félon devient cardonette, ainsi bénoyé sous l'affectueux rétinien. Hisse t'il charpente de sa méridienne pour saisir - par-dessus le râble en cuir du meuble - son diable de zouave entre ses bras roméo, collant féru et glutineux bécot au coin des lèvres charnues.  


"Ma crème d'emplâtre à la graisse de hérisson...!"

Onctueux roucoulement. Archibald rive ses ribauds malachites sur l'Adulé en se pressant - tout impudique qu'il est - contre son hargneux colosse dans une pirouette 'casse-pipe'.

"Tu m'as manqué amour"

A la vue, l'odeur et le toucher du professeur, le bombyx se pourlèche babines. Renifle et grimace. Corne de bouc!

"Tu empestes le dragibus! Tu vas t'empâter à croustiller douceurs à toute heure. Ce soir, c'est dinde rissolée...et légumes!"

Grief ronchon. Hanche qu'il saisit entre ses férules pour en pincer un lopin de chair contestable.

"Regarde, tu vas devenir gros comme la vieille Simone"

Voisine. Indécrottable hulotte affairée à entretenir sa solitude d'invraisemblables épopées et de leçons de cuisine bien en beurre bien en graisse. Vieille baderne qu'il côtoie dans une hercotectonique humeur... Cuisine? Les parfums de charbonnade en cuisson l'émerillonnent et, tel une fringante biche, il coulisse hors du canapé en s'étirant d'une flexion féline. Non loin, des ronronnements patibulaires. Citrouille retroussée dans l'abîme, fort mécontente. Le godelureau pivote vers le convive d'une gueule soupçonneuse, croisant biceps.  

"Que lui as-tu "encore' fait petit cornichon?"


(c) AMIANTE
Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1115
pictures : les corbeaux (camille)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Oct - 11:46
Bisou poutou pouet pouet.



Le romanesque gargantua de despotisme s’était abandonné dans l’étoupe des phantasmes. Moutonneuse soie de miel qu’était le carcan qui le moisait à Morphée. C’était dans sa couarde niche, étuve douceâtre de mignardise, que le pharaon d’omnipotence rhabillait sa naturelle houppelande de croquignolet paon. Froufroutant de complaisance dans sa narcose, il se recoupait dans la silhouette d’un ‘pré-salé’ engraissé de mamours, fléchissant Camille dans une mucosité de cassonade.

"Ma crème d'emplâtre à la graisse de hérisson...!"


Ses orles églantines se frangeaient d’un bellot sourire, les vasistas indigos, moites de berlingot, dépeignant sa muse à roupettes comme un couteau barbouillant sa tartine de marmelade. Pécore sapidité. « J’espère que tu t’appliques autant dans ton métier que dans ta qualité pour élaborer des petits noms d’amour, ma petite papillote de lichouserie… »

Il ne tombait plus en pâmoison devant les inclinations amitieuses de son ami, pour ne pas clairement dire les ‘becquetages licencieux’. Le lèchement de leur corps, dans une familiarité dépouillée de pudibonderie, n’était plus qu’un ordinaire-onctueux dans la modalité de leur train-train. Il s’étonnait même d’enquérir cette promiscuité dans une synapse engageante. Sa truffe d’hérisson frétillait de malacie, appréciant le bouquet grisant qui s’échouait sur la voûte de son encolure.

"Tu m'as manqué amour"

Quiconque badaud aurait assurément traduit ces langoureux pantomimes comme graveleux.

« Toi aussi mon petit ‘sucre-d’orge’ » Prosopopée melliflue.

"Tu empestes le dragibus! Tu vas t'empâter à croustiller douceurs à toute heure. Ce soir, c'est dinde rissolée...et légumes!"

Tandis que sa trogne s’était brossée d’une minauderie délictueuse devant cette médisance irréfragable, ses lèvres de Lucullus s’étaient molletonnées dans une risette suffisante. Diantre d’intempérance qui se fardait derrière le ‘secret de Polichinelle’.

« Je prépare mon corps pour l’hiver ! Il a besoin de réserve humpft ! Des légu-keuuuwa ? Beurk non j’ai pas envie de brouter de l’herbe ! » Outrecuidant minot qui s’exposait à une rouste calleuse, le minois éculé par une soudaine inappétence. Ce n’était qu’une candide foucade qui s’épuiserait instantanément à la première becquée de ses friandes agapes.

« Tu as fait un dessert ? » ânonnait-il tel un petit poupard, confit d’appréhension.

"Regarde, tu vas devenir gros comme la vieille Simone"

« Laisse mes coussinets tranquilles ! Sinon je t’exclus de mon lit ce soir et je garde le petit brontosaure avec moi ! Na ! »

Les hanches dandinant dans un indice de fâcherie, ses lèvres débordaient de feulement devant les pétrissages réprobateurs de son ami. Faux frère ! En apostat qu’il était, il n’allait sûrement pas concéder son empâtement au diantre de tyrannie.

« J’ai encore de la marge…De toute façon, avec le régime ‘sans-sucre’… » Instant étouffé, le temps d’un capon friselis. « Que Severus m’a assigné, je ne risque pas de m’engraisser… » Fulgurante lorgnade qui se voulait cauteleuse, Camille circonstanciait la moindre contraction postiche qui pourrait brûler l’inscience d’Archibald. « Par hasard, ce ne serait pas toi qui lui aurait proposé cette ‘fâcheuse’ idée ? » Sa gorge décapait un timbre nébuleux.

"Que lui as-tu "encore' fait petit cornichon?"

Un plaignard grognement, qui n’était pas le sien, encombrait soudainement le salon. Camille dardait la moumoute boudée d’une prunelle comminatoire.

« Je connais un excellent taxidermiste… » Fugace et cinglant. Il ne brûlait vraiment pas pour cette boule-de-poils.



(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

les corbeaux (camille)  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
les corbeaux (camille)  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 29 Oct - 19:11




Entropie atomique.
Echaffourée d'humeurs sous l'ergastule osseuse. Dans la houlette du compagnon immuable, Archibald s'encapucine comme une igniscente vestale. Achille et Patrocle s'entre-baisant d'un virginal eros, sans jamais battre le briquet. Sacrosanctus Gémeaux. Enfants bleus rescapés s'emmuscadinant tels des glorieux vauriens dans l'ouèche des pseudopyges Alburostres. Dans la semailles de leurs fariboles, ils se balancent à bout d'escarlopette, gouaillant, pimpenaudant à gosier déployé dans le firmament céleste.

Régime sans sucre?
La margoulette s'éructe à l'excès.

"Non...il n'aurait pas osé...?" Tendre sarcasme. Il devra penser à remercier ce diabolique émerillon enchâssé dans sa Tour. Quoique... Un hérisson privé de ses berlingots en deviendrait fort invivable. Prêt à s'encouardir au devant d'un monstre façonné d'une carence en sucre, il était prêt à rendre couvre-chef et rejoindre les Ordres Sacrosaints si ça pouvait l'épargner d'un apoptotique pot-de-colle sirupeux à l'excès. Venant de lui, escogriffe à blandices, la menace avait du poids. A mi chemin entre l'effarade et l'admiration, le corbac roule des mécaniques et se hisse sur ses pénates toutes buissonneuses en plumes roses. Pantoufles à pompons du haut desquelles il froufroute  granit poli jusqu'au réfectoire.

"Hâtons nous de se taper la cloche alors...avant que tu ne deviennes un fakir bisounours"

Hors de question de sacrifier sommeil à donner taloche au séant d'une ventouse suceuse de chair parce que 'Mônsieur' n'a point eut loisir de faire détoner sa glycémie. Direction les fourneaux! Hum? Cuisine broussaille de croquignolets couinements. Il redoute le pire... Glisse un œil. Rousseur prédominante. Remy! Le petit troll trempe doigt, pattes hissées, dans le Bavarois édifié avant roupillon.

"Bats les pattes moussaillon!" Roumègue t'il sous les mignognets gloussements du menu Détraqueur. Minipouce en cavale, chicots de mousse fruitée ourlant sa bouche.  Petit démon! Ripaille qu'il s'en va quêter. La dinde mijote au four, encore tendre et peu croustillante.  "Mets toi à l'aise mon bichon au citron. Je m'en viens apporter quelques mets qui sauront te faire oublier les mésaventures de la semaine" Les entrées se dressent sur les assiettes dans un art culinaire dont Archibald détient le secret. Poêlée de foie gras au jus de mangue et jeunes carottes. Fricots dont raffolaient à l'usuel ses convives. Sur le départ, il fignole avec une pincée de sucre dans la soucoupe de son 'bougre de cornichon'. Quant à 'bébé cromagnon', son diabète - merci Camille - la privait des moindres gourmandines. L'Ophidien jonglait entre deux pôles pour satisfaire ses Crèmes d'Amandes afin de ravir leurs cœurs tel un chevaleresque écuyer.

"A table!"

Autrement dit, direction grand salon où se calcinent moult braises prompt à accueillir les naufragés de l'hiver. Assiettes aux griffes, il y retrouve dragounet roux assise en tailleur, se rassasiant d'une lecture insolite. Un regard oblique pour saisir le titre. Astronomie?  

"Remy, tu liras 'Petit Guide du Ciel' après repas"

Moutard docile. Bouquin déposé entre deux mistigris dodus froufroutant sur le cuir princier. Bien... Il échoue entremets sur la table basse, y associant couverts et serviettes dans une organisation frôlant la psychopathie.

"Poélée de foie gras au jus d'amandes et de carottes comme vous l'aimez"

Dans la mélasse de fragrances veloutées, le trio réveillonne dans l'ardeur d'un foyer chevronné, les oreilles délicieusement abusées par un fond de jazz crachoté du platine vinyle restauré par ses soins.

"Alors..." Argote t'il entre deux bouchées de foie gras, blottit tout dissolu contre sa petite Cannelle grincheuse.  "Comment se déroule la cohabitation avec ton crétin de l'Himalaya?"

Qui? Severus Rogue pardi!

"Je devrais lui rendre une petite visite de courtoisie à l'occasion..."

Germe d'idées. Horrifique confession, à priori platonique lorsque marmonné de manière si équilatérale. Severus... Tant d'années. Vraiment? Il s'en pourléchait babines. Falot espiègle crevant lucarne.

Une furtive sillonne jusqu'aux cuisses de Bambi. Citrouille, Reine des Paillasses, lorgne un bout d'assiette de bébé Nott. Petite audacieuse. A contrario du vieil ours, petit dragibus rouge affectionnait avec entrain la compagnie des pelucheuses créatures. Brave petite.



(c) AMIANTE
Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1115
pictures : les corbeaux (camille)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Nov - 20:58
Bisou poutou pouet pouet.



« Siiiii ! Il a osé le diantre ! » Tonnait-il ex-abrupto d’une gorge garrottée. Il avait toujours la désagréable sensibilité d’avoir été embouti par un magicobus. Severus était bien plus insidieux qu’il ne l’aurait pensé. Le soupçon et la bile allaient devoir pétrir son bourrichon afin de purger toute expectative d’illusion à l’égard de son atlante marmoréenne.

L’algarade que lui faisait apprécier son directeur s’était instantanément liquéfié devant les incartades parures de sa muse. Les prunelles glissaient de criticisme sur les pompons de ce dernier qui louvoyaient autour des jointures de ses chevilles. Cette entorse bien trop familière à la mignonnette lui laminait toujours les lèvres dans une esquisse d’hilarité. La caractéristique primesautière de fantasmagorie de sa schtroumpfette, salée de suavité et de chatterie, était si bien mutilée par la gerbe d’absolutisme qu’il crachait dans le dépotoir de labeur du Ministère, qu’il se demandait parfois s’il n’avait pas, dans la dérobée, un jumeau malfaisant. Les deux arlequins formaient une telle discordance, fourvoyant Nott dans un chambardement de conduite. Cette suggestive démangeaison de gratouiller le plastron hermétique que mère dragonne déployait devant ses auxiliaires, vaillants de déguster son humeur sardonique, lui brûlait la croûte jusqu’à la charpente.  Pour l’instant, il ne tenait pas à être davantage paupérisé de mignardises après un hypothétique chatouillis d’asticotage. Snape se débourbait déjà un peu trop bien dans cette évangélisation.

« Miam oui ! On commence par une ‘entrée sucrée’ alors ? » Figure des mots pour déguiser le gredin qu’était le dessert.  Les ‘épiques’ fois où il avait folâtré dans l’épluchure de l’hôte, il avait engagé la pitance sur une générosité sirupeuse, soulevant l’émotion gustative, pour ne pas dire la pétrification, de ses priés.

« Snape ne sait pas encore ce qui l’attend…Je l’aurais prévenu »
 Apostume de grogne croquée sur ses bajoues, avec cet infinitésimal contraction qui se muchait dans l’interstice droite de ses labres. Un flottement d’engouement se distinguait de sa contrariété.  Il pourra au moins justifier ses hardies démonstrations par une glycémie qui n’avait pu être étanchée.

Alors qu’il assiégeait l’ombre de son petit cordon bleu, une peccante petite souris s’était faite épinglée en plein viol culinaire. Tel père telle fille ? L’écho d’un délassement effleurait le contour de sa goguenarde  margoulette.

Après l’invitation langoureuse de son hôte à consolider son royal postérieur sur un des sièges de « l’antre de malacie », Camille trépignait déjà d’un empressement lécheur. «Si seulement on pouvait avoir des petits doigts de fée comme les tiens à Poudlard mon petit boursouflet en sucre … Depuis que j’ai goûté à tes délectations culinaires, tout autre fricot me semble à chaque fois bien insipide… » Roulement de lasciveté dans une gorge humectée de convoitise. Ses bourgeons croqués en amande picoraient d’un intime dévouement le dessin de son complice.

Lorsque la faïence se passementait d’un salmigondis de sucré-salé, châtiée d’une indiscutable qualité, les papilles de Nott s’aguichaient dans une liesse abusive. La pendarde pouparde jointe au couple insolite, le petit troll pouvait lancer l’offensive. Sa goule ébranlée d’une première becquée grisante, présentée comme potentiellement mijotée dans les mains du Sacré. L’émoi était abondant. Le corps maltraité d’amènes froissements, le gosier galvanisé de complaisance, il ne pouvait noyer le régal que lui faisait apprécier la popote de son petit coq en massepain.

« Miaaaaameuh… Si je n’étais pas égoïste et que je ne voulais pas te garder rien que pour moi, je vanterais tes qualités de petite fée de logis… »

Le nirvana de volupté saturé, les oreilles du croquemitaine froufroutaient de dividende à l’incantation de son ondine des cloaques. Ses sourcils confluaient dans une arête gibbeuse, les soupiraux dubitatifs.

« Notre dernière entrevue a laissé place à la banquise...Il n’a pas trop apprécié que je ‘stupéfixe’ son goulu volatile…Tu te souviens de Fumseck ? Le moineau de Dumbly ? »

Instant d’approfondissement avant de gouailler sous un mugissement éteint.

« Tiens il me semble qu’on a déjà essayé de lui lancer un sort non ? Je me souviens avoir été collé par ta faute… Espèce de potiron farci ! »

Un gamète de fantaisie fleurissait soudain l’esprit du maroufle lutin. Cahoteux dessein qui soulignait son horizon.

« Non patate ! Je sacrifie mon inexorable besoin de sucre pour me rapprocher du maigre lardon. Ne rends pas mes efforts vains. Il était convenu que tu ne devrais pas fourrer ta truffe à Poudlard…. Bon je sais très bien que tu n’en feras absolument rien parce-que tu es aussi buté qu’une autruche mais je n’aurais pas à culpabiliser de ne pas avoir essayé … »



(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

les corbeaux (camille)  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
les corbeaux (camille)  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Déc - 10:37




Liesse éthérique gravite sous la chair. Béatitude peigne cuistot à l'impudique gourmandise fardant gueule ursine. Affection de régaler, rassasier l'ogre 'prout-prout' dont l'appétit ne s'effeuille que pour dyscoles gourmets. Petit troll à côté se décalque comme sosie paternel, à lichailler bouchée culinaire entre ses gloutonnes babines. Fresque croquignolette de monstres mués poupons dans les nuées de pitances gastronomiques. Ardeur des ripailles où pétulant corbac se décarcasse des mollesses infernales pour limoger jus de citrouille des froidureux fourneaux. Pas de grand crû pour son oursin. Soupçons d'écume pictonnée à foison au crépuscule des cours. Défaut, Cheval de Troie, Larron en péché. S'étonne t'il d'une santé souveraine aux hectolitres de picatre et kilos de sucre qui poulopent sous la ventriculaire cuirasse. Ni joufflu ni rubicond, Camille gogaille et brave l'ordre naturel tel un sémillant gobe mouche.

Querelle? Fumseck?
Gorgeant chopines de liqueur mandarine, flanqué d'un grime goguenard, le serviable échanson note moindre camouflet de son oblongue python.

« Crois-tu? Tiens...tu as peut-être raison. Je crois que bien que ce piaf nous en tient rancoeur...»

Réflexion évasive à leurs frasques jadis. Râtelant écuelles vides jusqu'à la kitchenette, c'est avec dinde farcie aux pruneaux qu'il s'évaltonne jusqu'au fastueux boudoir où s'ergotent popelin et mignonne.  

«Voyons, je n'irai nullement à l'encontre de tes ardeurs amoureuses. Je ne tricoterai @Severus Rogue que...modestement, vaille que vaille. Je trouve que ça manque...de poilus dans sa vie? Sans te compter»

Rictus dévore commissure. Rocambolesque vérité d'un petit hérisson enflammé pour cagneux cornichon. Dumbledore en brocarderait dans sa tombe. « Dinde farcie aux pruneaux» Faïences trouvent paires de paluches. Fricots sirupeux, viande boucanée. Archibald pose croupion à côté du maquereau, gambettes croisées au bout desquelles brandillent rosaces pompons. « A défaut de ne plus avoir le fion de ta blondine sultane, il faut bien trouver autre merle à enviander » Blondine? @Lucius A. Malefoy faucille le bourrichon d'amers vestiges. «Qu'est-ce qui te plait tant chez lui?» Truculente curiosité se vomit au fond du gosier. Le félon se fait pot-de-colle, pressant hanches contre voisines dans un lascif déhanché, soucoupe en main, croûte au bec, se pourlèchant de sauce et de protéines. Foufroute t'il finalement contre frérot d'un pandémoniaque ronron. «Ses cheveux luisant de sébum? Son nez crochu? Son derme adipeux? Ses grognements langoureux? Son côté farouche? Sa tendance cagnarde? Dis moi tout» Belphégor fricasse lopin de dinde entre ses blancs chicots. A côté, Remy croustille ribote, truffe distraite, doigts noyés dans la toison féline de l'impudique avachie. Doit-elle cogiter entre astronomie ou mécanique, loin des clabauderies passionnées de père poule et "mère par procuration", vélin des fossettes encroûté de lymphe aux pruneaux.


(c) AMIANTE
Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1115
pictures : les corbeaux (camille)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 19:49
Bisou poutou pouet pouet.


Ses orbes indophénols flattaient sa péronnelle avec cajolerie. Les accords fragrants de ses délicatesses culinaires fleurissaient jusqu’à l’orée de son tarin. Un extrait lascif qui exacerbait sa ripailleuse inclination. Diableteau des cuistances, il réjouissait continuellement son gosier et, à priori, celui de son têtard.


[FLASH] POUDLARD - 1970


Les talons éreintaient muettement le caillebotis des fourneaux, le goulot étanché d’une doucereuse bamboche. Les narines foisonnées sous l’agrément grisant des pitances du prétendant petit-déjeuner, Nott papillonnait discrètement dans l’haleine des queux. C’était sans compter la présence d’un trublion qui piquetait constamment sa désescalade. Manitou de chinoiserie, Archibald Rosier s’était frelaté d’un fringant plastron nuancé d’une écarlate coquetterie. « Rosier » Halètement châtré. L’excentrique personnage s’extirpait de sa croûte en esquisse, la commissure droite allongée de folichonnerie. « Coucou Camille chéri, assieds-toi ! J’ai bientôt fini ma tarte citron meringuée ! » Tarte ? Ses pavillons ronronnaient de complaisance devant une requête aussi douce. Les jobards petits noms qu’il lui canonnait étaient presque épongés. Nott épinglait son royal postérieur sur une chaise, les contours de sa trogne lénifiés à l’effluve papelarde qui s’élaguait de la tarte en genèse. « Ça sent bon » Aisance qu’il déplorait déjà dans un gloussement circonspect. Une percée déroulée dans une docilité sciante. Imparti entre l’appel de l’envoyer brouter et sa malacie pour la chatterie, il se laissait finalement chatoyer par la seconde idée. Soie de moiteur balsamique.

[//]

Pourléchant la croupe rebondie de son hôte, agacé par le bouquet esculent de son plat, le temps de s’écurer de distraites tendresses dans un gémissement divisé _ Nott dénudait une chtouille d’humeur devant les asticotages de son cher et tendre.

« Tu siffles comme un vieux serpent… »

Poulpiquet qui charmait son exigence pour la facétie. Jamais fourbure il n’avait eu l’occasion d’apprécier sur ses rives. Rosier était une douceur trop mignarde pour son impassibilité, une douceur dont il ne pouvait s’interdire. Il était malgré tout ce casse-pieds attractif.

« Poilu ? Plutôt piquant pour ma part » se contentait-il d’articuler dans un souffle harassé, l’œillade délassée. Sa forme animagus était pour le moins singulière.

Il ne pouvait contrarier une saccade d’émotions grignoter sa charogne devant l’incantation du menu. Les pruneaux armaient les insipides de mignardise. Malgré les incidences coeliaques qu’un abus de ‘ce genre de’ chatterie réfléchirait sur son organisme dans les fastueuses toilettes du manoir, le prurit était plus dévorant que jamais. Surtout après l’hygiène pointilleuse que son croquignolet directeur lui imposait depuis peu.

« Miam je vais encore péter comme un vieux dragon » lâchait dans un rire frondeur le petit gnard rouquin. Remy persiflait.

« Tu as l’élégance de… hum Citrouille… » Goguenardise circonvoisine. Nott froissait d’une lucarne pétrifiante la boule de poils qui, elle-même, l’estimait d’une pouilleuse attention. Un échange de bonhomie pisseuse.
Et voilà ! Le diantre épanchait naturellement son infrangible curiosité. Pointant d’une langue racoleuse le sujet « Severus », il dégorgeait son appétence pour les non-dits de sa jouvencelle. Le portrait malséant qu’il lui bâtissait à travers des boniments litigieux lui ferait presque froncer les sourcils s’il n’était pas, en partie, en communion avec lui. Certes, Severus ne déshabillait pas une symétrie gironde de sa margoulette. On pouvait même consentir à l’égrotante intensité de son charme. Et pourtant, jamais la brûlure ne s’était étouffée. Une brûlure qui gangrenait son esprit depuis un antan immature. Elle picorait sa souche d’un agio macabre. Severus n’avait rien de cette aguicheuse sylphide aux reflets picrates qui lui avait pondu un mouflet, il était une arcarne diablement succulente. Ni bellâtre, ni convivial, et pourtant si saisissant.

« Vu comme ça, on se demanderait bien ce que je lui trouve, n’est-ce-pas ma petite mandarine au miel ? » Chuchotement onctueux et prélassé. Alors qu’il pomponnait méticuleusement sa réponse, la première becquée de son agape lui écorchait un roucoulement d’euphorie. « Mhhh cette dinde est un pur délice » baragouinait-il entre deux goulées. Les amandes perdreaux grignées devant tant jouissance culinaire, le simulacre de sa cénobitique cariatide se pâmait dans l’ombre, l’espace d’un instant. « Je crois que je vais démissionner de Poudlard pour être ta femme au foyer…Je sers très bien le thé » Lubie diablement appétissante.

Inutile de pinailler plus longtemps, la goule exigeait sa croustille.
Musard soupir qui violait le garde-fou de ses lèvres tandis qu’une main marivaudait dans la débandade de ses boucles. « Franchement … ? Si je le savais moi-même…Il n’a rien d’élégant si ce n’est son indéniable maîtrise pour les potions…Il n’est pas…beau ? (…) C’est malaisant de parler ainsi de lui…Bref… euh il n’a rien de chatoyant … il est aussi engoncé qu’une doudoune taille S… » Plus il se découvrait et plus il semblait discréditer son intérêt pour son directeur. « Ce n’est pas nouveau…tu savais déjà mon attention à son encontre lors de nos ‘pimpantes’ années… » Enrayé dans la dégustation de sa croûte, il s’égarait. D’où diable lui venait cette obsession ? Cette question l’émoussait. « Je sais juste te répondre que j’ai cette impérieuse envie de chatouiller sa bulle… » Plus que ça, il exprimait intérieurement l’insatiable caprice de lutiner son existence. Fébrile de le voir décaniller de sa coquille, il se régalait d’avance de ses malaises. « ll est comme …une tâche noire sur un fond blanc… » Une éclaboussure que l’on réclamait, une nébulosité qui calcinait l’attention. « Fssschttt ! Je deviens folklorique comme ce vieux fou de Dumbledore » pestait-il avec ascèse. « Tu m’emmerdes avec tes questions Archi ! » Sujet caduc lorsque blasphème s’invitait aux badinages.





(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1394
pictures :

les corbeaux (camille)  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
les corbeaux (camille)  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Jan - 18:18




'Vieux serpent'. 'Mandarine au miel'.
Sobriquets grenouillent en mamours du tendre suçoir.

"Beau?"

@Severus Rogue ?
L'adjectif râpe la langue d'une insolite glossolalie. Boursouflet d'orbites, rétine se dilate à l'absurde. Son asticot louangeait vieux laideron comme galantin houri. Parlaient-ils du même mouche-scorpions? Affirmée mordicus, l'insane passionnette fleurit de l'infundibuliforme goulot. Croquignolette esquisse d'un colosse arrondi par vieille bluette. Quel histrion s'était cloué plumes pour se crayonner facétieux Cupidon dessus antinomiques sinciputs? "Je ne te savais pas si romantique mon rondelet kiwi" Onctueuse surprise se lichotte en léonins ronrons. Chimère s'humecte palais d'une obséquieuse charade. "Et quand comptes-tu battre le briquet? Il serait temps de dépuceler cette Marie-Salope avant que le pistolet ne prenne retraite" Hoquet dans le voisinage. "Chichi, langage!" Melliflu nabot s'outre d'une mignarde grime, agates déracinés de la gourmette faience.  "Mes excuses ma petite gousse d'ail" Remy cloque rouges bajoues en gobichonnant ultime lampée de ragoût.

Moloch se louvoie sur hommasses cuissots, y pose fesses, à califourchon, tel un impudique céladon épris du vaillant hérisson. "L'as-tu déjà embrassé? Ses lèvres étaient déjà si douces jadis..."  Remembrance. Le hibou dans le sillage de farceur. Les monstres vagabonds quêtant les ombres. Trébuchant sur rachitique rongeur, s'en captivant comme bombyx sur lampe. Dans le Maelstrom représentatif d'Archibald, c'était de voir le zazou s'étirer jusqu'à chaste étourneau pour - à contrario de poser harnais comme son cher @Lucius A. Malefoy - asticoter mouton banni des raouts populaires. C'était le voir s'amaroucher aux loquedus freluquets de sa léthifère curiosité. Agir comme désinvolte polichinelle pour dessoucher ruade des nullipares marmots.

"Elles doivent être froides de solitude aujourd'hui" Parfum des songes. Murmure langoureux suinte de luciférienne margoulette. "Gourmandes d'attention" Hisse paluche jusqu'aux lèvres familières. Écrase, pétrit la pulpe charnue d'un pouce abusif. Position équivoque, ambiguïté félone. Quiconque violerait l'antre de son importune présence s'y tromperait au regard de la fresque. Une relation pourtant cristalline, où s'enchevêtrent amours fraternels. Achille et Patrocle bravant coudes à coudes  les Enfers. "De baisers chauds et captifs..." Tournoie langue derrière cuirasse en émail. Darde ocelle affective, se pâme d'une affreuse risette. Imagine @Pavel D. Monroe à la place du fieffé frérot. Ronronnerait-il sous ses mordants bécots? Réagirait-il à son sémillant priapisme? Curiosité ratisse les hanches. "Papa veut embrasser le vieux dirlo?" Couinement juvénile d'un biquet plus attentif qu'il n'y paraît. Libérant bouche des lubriques frictions, Archibald poulope intérêt vers le mignon lardon. "Oui Mimi, ton papa veut embrasser Rogue. Qu'en penses-tu?" Guttural malicieux. Prosélyte devinette. Avorton chatouille Citrouille, se plastronnant de pensifs émeraudes. "Si ça peut le rendre moins aigri..." Corbac s'esclaffe sur gigots de Camille. S'étire finalement loin de l'étreinte pour venir moutonner rousseur infernale d'une main affectueuse. "Dessert?" A l'attente d'un "oui" en choeur en l'honneur du prandial zénith. Le sucre courtise les entrailles comme une odalisque garce. Oblatif suppôt dévoué aux capricieux bedons de ses ogres coquets.


(couleur) Remy Nott, fille de @Camille Nott, 16 ans

(c) AMIANTE
Camille Nott
MEMBRE
hiboux : 1115
pictures : les corbeaux (camille)  Tumblr_mwow238Zyd1qgghb8o8_250
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Mar - 14:02
Bisou poutou pouet pouet.


Il pouvait renifler la gausserie ramper sur son astringente platine. Son masséter droit s’alésait d’humeur. Les jactances de son médisant oignon le feraient presque ‘hérisser’ s’il n’en était pas déjà mithridatisé. Tartufe bactérie. Larder sa pécore calomnie, un talent infus. Sa gueule, un entonnoir de cuistreries. « Romantique ? » Déculottage d’un relief jusqu’alors latent. « À côté de toi, ce n’est pas difficile mon coquet petit cactus »   Rhagade de siccité pour les bluettes. Maxyme avait été l’exclusive. Exquise sylphe qui avait su édulcorer le noyau détaché de son sinoque caramel. « J’aurais bien besoin d’un mode d’emploi. Je n’ai encore jamais batifolé avec un caillou. Il va me falloir beaucoup, beaucoup de lubrifiant pour l’acagnarder » Si son cher albâtre (@Severus Rogue) avait été là, il aurait sans nul doute raqué une bonne becquée de son ambroisie. Lasciveté de grattouiller sa contenance.

« On se demande qui est la maman ici » caquetait-il à sa mouflette, diverti. Le coquelicot minouchet rebroussait ses poissardes pupilles sur sa godaille. Papillote persifleuse pontifiait son poupard dargeot sur ses croustillantes jointures, les échasses ouvertes avec stupre. Critique croquis. Les clabauderies picotaient la fresque élusive qui carguait les deux branquignols.  Ses phalanges folâtraient sur la cambrure suggestive de ses lombaires, fignolant leur maquignonnage sur le contour velouté de son troufignon.  «  Comment fais-tu pour ne pas grossir avec tous ces bons petits plats ? Même pas un trublion de coussinet à taquiner ! » Bouderie fardée de délassement.

« Aigri ? »  Ses métacarpes plus tôt conciliants harponnaient maintenant le douillet de son panier dans une pincette acariâtre, une lorgnade bougonne également éconduite vers son poulpiquet. « Mauvaises langues que vous êtes… »  Hérisson caractériel grognassait. Dépourvu d’une allégation d’une paire d’ovaires pour disculper ses branles cagneux, il préférait prendre congé de ses deux tendres chiatiques. Rognonner dans sa bergère était sa spécialité. Poignée de lichouseries grippée au passage dans l’encoignure d’un placard.


FIN RP



(c) AMIANTE


Royal misanthrope

Il grogne et boude, mais ne mord (presque) pas.

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum