Apparat {Archibald Rosier}
 :: Salon de Thé & Bar à chats ϟ :: Archives :: RP archivés

Augustus Rowle
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 499
pictures : Apparat {Archibald Rosier}  Giphy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Oct - 14:09


Apparat
« Instant d’abandon. Épaves cahotées sur le bas-côté. Dans la fange et le stupre glaviotent les ténèbres. Tenir loin de soi les craquelures de l’être fendillant l’apprêt. »

Sombre machination rouage le derme. Craquement sourd, latte de parquet empesantie d’un corps précautionneux. Bois vermoulu sous d’anciennes combles peu recommandables. Noirceur étouffante fringuent l’endroit. Hoquet d’interdit taxé aux Enfers. Alighieri Dante chouine. Paume ténébreuse agite la croix d’attelle au dessus du pantin. Chair blanche. Glaciale pelée. Le marionnettiste inhumain guide sa victime. Porte entrouverte dégueule une lueur faiblarde. Rougeoyante luciole éructe les flammes d’un jeu morbide et mortel. Jardinière et coffre se consolent au coin d’une âtre. A distance respectable du brasier, un canapé à joutes vieillot accueille l’immobilité d’un cadavre. Le moribond a craché son sang. A-t-il senti l’amputation de sa carcasse d’un dernier souffle vital ? Repas pris, gorge béante. Il faudra se débarrasser de cet infime macchabé.

Cristal tinte. Verre posé sur une basse console. Invité attendu. Sournoiserie. Haute silhouette penchée sur le corps échauffé des vestiges d’une vie. Doigts pensivement mêlés à une toison sombre. Chair tapotée. « Qu’avez-vous eu la bonne idée de lui faire pour devenir mon cadeau diplomatique ? » Interrogation légitime. Ce n’est pas le premier accord de ce type. Strige abreuvé au cou du brignolet. Problème d’autrui réglé sans passer devant chat-fourré. Relents de curiosité. Tractation marchande, offrande. Premier pas vers le fléau nocturne. Archibald Rosier a quelque chose à quémander. Le paiement d’abord. Toujours.

L’encre se fracasse d’un grincement. Porte poussée, pas régulier. L’orchestrateur vient contempler son œuvre. Menue instrumentalisation d’un allié prudent. Complices taulards ne se dénoncent pas. Assurance habile. Un peu éculée. Il faudra le lui dire, un jour. Comment en vouloir à ce petit ? Augustus Rowle veut bien se faire plus con qu’il l’est pour cet autrui-là. Le jeu en vaut l’indubitable chandelle. Soif étanchée, ne reste qu’à faire transaction. Coeur froid tressaute d’intérêt. Appétence si rarement stimulée. Les temps courent, prévisibles. Inattendu se fait rareté. Précieuse étincelle. Avidité crépite dans les veines maudites. Estomac calé, gorge au repos. Oeil bituré luit. Inquiétantes ténèbres d’une goule fouinarde.

«  Veni, care Archibald. » Latin. Piqûre de snobisme ancien. Amusant glapissement de gouaille érudite. Haute silhouette retournée, main tendue. Ordre. Invitation. Nuance subtile bien vite éludée. « Veni ad contemplendum opus tuum. » Viens contempler l’œuvre commanditée par toi. Sois esthète s’éprenant d’une blandice voluptueuse. Glauque spectacle placé sous les mirettes. Flatterie, séduction. Les pièces crament sur l’échiquier. Le mort est blanc. Pâle fantôme tapine sur un coin de bergère. Frusques intouchées. Pas une goutte sur l’encolure. Verre fauché au passage. « Je t’en propose ? Un délice... » Babines retroussées en un sourire carnassier. Le sang attend, quiet. Complaisante bravade. C’est de bonne guerre.
code by bat'phanie


Sanglantes rencontres
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1393
pictures :

Apparat {Archibald Rosier}  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
Apparat {Archibald Rosier}  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Oct - 13:54
ASSOCIE DU DIABLE
augustus & archibald

L'éternité.
Cinabre incandescent.
Le diable est dans le détail. D'un âge canonique. Sentinelle du temps, brunie et sanglante. Braises de satin dans la houle temporelle. Il est Souverain saignant l'homme. Barbier roulant - carnassier et libertin - de la nuque aux reins des faunes effarés. Plus courtois que l'image d'épinal rivée dans moult carafes. Auguste et grandiloquent. Sans toutefois se pousser du col. L'époque usée d'une jeunesse où il jetait sa gourme sans vergogne paraît poussiéreuse. Faut-il craindre l'Ombre? Baisers grenat, perles de safran. Ratiches creusant la chair à l'humeur journalière. Oui…le spectre de la tourmente effeuille encore l'échine, toujours après tant d'années. Une décade à se tordre l'hypogastre au rythme des imprudences. Stryge rencontré aux lendemains de sa nomination. Une cuvée après avoir gagner éperons, quittant sans regret son étiquette de rond-de-cuir et tranchant le nœud gordien des impasses secrets.  A défaut de n'être né dans le pourpre, chemin frayé jusqu'au étoiles à l'eurythmie échevelée et vorace.

Col dressé à l'embrasure meurtrière, saule frissonnant, Archibald mire passion au badigeon d'Edvard Munch. Écrin moribond griffonné au devant de ses mirettes tachetées de prudence. L'hominien se pince babines, ajuste cravate et rive attention sur l'œuvre d'Hadès. Freluquet moissonné à l'aube. Jeune de type caucasien, sans doute la trentaine, affublé d'une tignasse à la hauteur de ses haillons. Sous la mollesse charnue, réseau sanguin galetteux à s'en pourlécher la margoulette. Une chair prête à se faire défruiter le coton de pâles baisers. Sarcelle de qualité. Le dessus du panier pour satisfaire l'éminence grise et ainsi éluder quelques guerres picrocholines.

Voix qui s'enroule jusqu'à ses tympans. Enfin. Les mots bourdonnent d'un défunt dialecte. Une civilisation éteinte mais pas oubliée. Le nénuphar se froisse au ton mielleux. Douceur toxique. Outrance vénéneuse. Pensif, rêveur, l'oiseau décroché des astres d'or bat des cils, croque labre et darde profondeur rétinienne sur l'ogre déboîté de sa viande.

« Grossier »

Son seul crime. Péché capital aux yeux du Condor. Affront encaissé de bon matin, ébaudi d'inflammation. Peste coriace. Rance discourtoise. Poudre de perlimpinpin pour vainement récurer l’âcre fléau. Fatalité. Sacrifice sur l’autel de Salomon. Inéluctable ruine. Idiosyncrasie de l’intolérance. Salopes philistins.  Quelque part, le casque sent toujours le hareng. Glèbe lynchée, décantée de ses béotiens.  

Approche timorée. Le dos se creuse et l’échine se dégauchit sous la poudreuse photonique. Défroissant biceps, les phalanges patinent sur la console, évasives. Crachant ses belles plumes, essaimant sacerdoce du haut de son corsage fièrement dressé. L’humble employé aurait ravalé sa bile d’une vague de ‘ça se bouscule au portillon’. Mais Rowle est bien différent de la commune piétaille. L’échine rouge dessous le col en témoigne. Stigmates de faveurs consacrées. Saigneuse intimité. Valse des cannibales. Dévorante tunique de Nessus.

« Je m’en voudrai de t’en priver »

Murmure crispé. Le sang… Goût ferreux. Gratin de cruor sur les lèvres. Plusieurs fois, il s’en est gamahuché d’une langue fiévreuse. Dans la folie de l’acte et d’un bouquet mortifère, cueillant sève biotique entre ses remparts en émail. La saveur demeure toutefois insipide une fois l’ardeur échue et les reins refroidis.  

« Des informations »

Réclamation. Archibald ne tergiverse. Sur les lambris d’albâtre fêlé de vieillesse, un rictus songeur, une œillade soucieuse. Le mortel s’arrime non loin du profanateur, paluches posées sur quelques poussières, table ci et là. Antre des diables.

« Pavel Monroe »

Le patronyme ronfle avec douceur hors des lèvres. Langueur subtile, martel ostensible. Picotements mordant la chair sous les précieuses soieries.  Les saphirs accrochent l’immortel d’un soupirail hermétique.

« Employé du ministère. Il n’est pas ce qu’il prétend être. »

Omission d’une affection sous bonne garde. D’un loupiot embauché dans ses bonnes grâces. Grené de formalité, l’apôtre reste clos à d’autres détails. Curiosité tendre. Obsession maladive. Intérêt revigorant pour l’espèce humaine. Il sait Rowle doué pour l’irriter au possible.  

.
(c) DΛNDELION
Augustus Rowle
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 499
pictures : Apparat {Archibald Rosier}  Giphy
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Oct - 12:36


Apparat
« Instant d’abandon. Épaves cahotées sur le bas-côté. Dans la fange et le stupre glaviotent les ténèbres. Tenir loin de soi les craquelures de l’être fendillant l’apprêt. »

Pioncent les anges et les démons. Voluptueux emmêlements de corps endormis. Le vent claque au dehors et tringle les anfractuosités du bois. Les étoiles mirent les sillons de la Terre. Sol a disparu derrière l’horizon. Diabolus entre vie et mort. Suceur coincé dans un crépusculaire accouplement avec le trépas. Long sommeil. Éternel désespoir. L’ironie gueule à la tempe. Le crâne sourde de pouvoir. Estomac calé, verre à la paume. Apparat subtil. L’échine dramatise l’instant d’un frisson d’expectative. L’ossature s’entrechoque dans une valse morbide quand se déplie le corps hautain. Danse macabre jouée à l’ère de la modernité. Étreinte du suppôt. Le Strige s’avance, passe main sur le dos de l’amant. Chair putréfiée légère effleurant à peine la morsure d’un tissu précieux sur la carne. Ces corps qu’il a parfois dévêtus dans de langoureuses caresses. Un long doigt blême court sur la naissance d’une nuque si souvent couverte de baisers glaçants. Les embrassades d’un mort.

« Quelle regrettable austérité que la tienne, Archibald. Je t’ai connu plus aventureux en d’autres nuits... » Sourire mutin s’évasant sur le purpurin d’une babine alléchée. « Je dois toutefois te concéder que le grossier personnage que tu m’as envoyé était une trouvaille charmante. » Lentes caresses dans les épis du trépassé. Presque amoureuses. Toucher cadavre n’a jamais gêné le Juste. La Faucheuse et lui s’accommodent fort bien de leur familiarité nouvellement renouvelée. Chaque instant qui s’écoule est une goutte de plus dans la clepsydre de l’immortel. Le poids des ans voûte l’esprit d’une moribonde apathie. Et lorsque s’envoleront les ultimes braisées de son intérêt pour les vifs, le monde sombrera alors dans le chaos. Un nouveau prince du mal sera né pour succéder à l’aîné tombé en poussière. La coupe de cristal tinte. Il l’a posée. Humaine gestuelle. Erratique hiératique. Persona de tragiques comédies.

La demande d’Archibald vient. Des informations sur un certain Pavel Monroe. Le nom lui est inconnu. Sous-fiffre, sans doute. Si subalterne qu’il ne l’aura pas même remarqué dans la grisaille d’une vie quotidienne. Peut-être travaille-t-il exclusivement en diurne temps ? Ce pourrait être un problème exaltant s’il n’était si aisé de le résoudre. Le Ministère est son fieffe. Le serf lui viendra en bonne nuitée, offert sur un plateau d’argent par quelque ordre doucereux. L’intérêt de la requête n’est pas là. Les pupilles sombre d’un prédateur repus squattent la face d’Archibald Rosier. Il ne perd son masque d’inflexibilité qu’en de rares compagnies. Quelque chose se relâche dans ses muscles. Une crispation infime délitée dans le songe d’un sentiment inavouable. Auguste chasseur s’avance vers sa proie, prise lente d’une paume tiédie par le repas s'égarant sur la joue du suppliant. Doigts s’infiltrent sous la toile immaculée d’un col de chemise. Cravate desserrée avec douceur sur la brûlure d’un derme où pulse le sang. Le vampire n’a pas faim. Sommeil repus d’un fauve en quête d’une marrade. « Pavel Monroe, hm ? Si tu veux... »

La main s’égare sur l’épaule encore protégée sous trop de frusques. L’effleurement taquin pourrait devenir effeuillement sur un signe, un seul signe d’Archibald. La voix ponctue la lente exploration d’un corps déjà connu, toujours redécouvert. Cueillette de frissons le long des phalanges, avidité à peine dissimulée d’un délassement des corps sur la scène de crime. Ordalie divine, jugement des Enfers. Dangereux éveil d'un monstre de curiosité. « Tu m’intrigues, Archibald. Pourquoi cet homme t’intéresse-t-il ? Espères-tu que ma petite enquête te donne une excuse pour l’assassiner ? » La main jumelle rejoint sa sœur pour s’égarer sur les boutons d’une veste à l’ajustement parfait. Le démon n’attend pas du directeur qu’il se fasse victime consentie d’une morsure ou d’étreintes en cette soirée là, mais cela ne gâche rien au plaisir de l’instant. Le toucher est un commode recours pour obtenir aveux bien qu’Archibald Rosier se soit aguerri à son contact à l’élude des questions. Murmure glissé à l’oreille du redoutable maître des mystères. « Ou bien souhaites-tu qu’elle t’aide à le posséder ? » L’évidence d’une réponse attendue. Nuisible cafard ou proie alanguie ?
code by bat'phanie


Sanglantes rencontres
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1393
pictures :

Apparat {Archibald Rosier}  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
Apparat {Archibald Rosier}  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 14:02
ASSOCIE DU DIABLE
augustus & archibald

Blandices, mignardises picotant le tissu épithélial. Ver-coquin essaimé dans son houache. Charybde et Scylla s’adonisent dans l’ombre coquette d’une heure vespérale.  Une alumelle tendre et charnue lutine sur le grand dorsal. Phalanges polissonnes. Remous ratissant des lombaires jusqu'aux trapèzes.  La dernière étreinte est vieille comme Mathusalem et le corps se fait judas aux moindres disettes primitives.

Le Berbalang trotte et gambade du malemort à l’aigrefin, lui rivant son clou l’espace d’une bagatelle. L'enclos s'éventre et accueille l’intrus dans son giron. A force de temps et d’usance, Archibald s’hurlupe avec continence des faciendes du gouliafre. Se ferait presque l'haquenée ou quelque docile herbeline de l’immarcescible hétère. Prompt au plaisir, prompt à souffrir. Mauvais coucheur, vieux damné. Fil d'Ariane épousé du coucher au lever. Mots savoureux - ô combien dangereux! Il deviendrait volontiers son hiérodule s'il se vouait - âme et corps dévolu - à l'hédonisme. C'est mal connaître le corbac... Si ribambelle sont parés à devenir ilotes des libidineux hospodars, le sang-mêlé, lui, convole dure compagne et s'éperle aux rythmes des hostiles gabegies.

- Pavel Monroe, hm ? Si tu veux...

Quelque chose lui dit qu'il n'en a guère fini...
Glissant gouttes-d'eau sur les prunelles voisines, il se sent comme un grimelin pris en faute. Nébuleux sentiments, oraison pétulant.Sur l'arête dorée de sa mandibule se crayonne hésitation et famélique fringale. La pensée du quidam chambarde ses idées, comme les haptiques manies du vampire effleurant et pressant doigts canailles  sur sa charpente. Hasterel en ébullition. La glabelle se fronce entre les modestes broussailles. L'halenée soupirée contre son oreille lui arrache secousse. Le bougre! Rougeur à l'encolure dont il se passerait bien...

"Il me rend curieux..."

Articulation de mots. Vérace faconde. Insolite aveu. Confessions clairsemées dont Rowle est l'un des rares élus. Il saisit les phalanges intrusives de ses deux mains charnues pour crucifier papillon de lèvres sur les culmens ronds et blanchâtres. Délicatesse contre rudesse. Archibald s'étonne toujours de la vénuste grâce. Charme de l'Hamadryade, virginale horreur pour laquelle nombreux en deviendraient happe-chairs. Ineffablement doux, les babines libèrent les doigts d'un baiser fugace. Indicible invitation.

"Alors si tu peux éviter de l'abîmer...de trop" De ses herpes de limier...

Moelleuse prière.
L'éphémère darde instance. Autorise incertaines aventures sujettes à caution. Après tout, le vampire a passé l'âge de s'embesogner de quelconque chamérage. Contrairement à moult de son espèce, il est dieu clément, saignant sans excès, avec parcimonie, tant que papillonne les réjouissances. Il le sait toutefois prompt à tromper l'ennui de sanglantes boucheries tel le Christ catholique.

"Potter organise audience à Malefoy le jour de commémoration, viendras-tu?"

Détournement.
Falots au regard.
Il le sait bon chrétien à semer la discorde et jeter à ses émules un chat-en-jambes. Kraken dans les flots de chair humaine, ratiboisant  chiliade  de brifauds dans son hallope sanguinaire. Il s'humecte le labre à cette haletante ébauche. Pour sûr, s'il fait acte de présence, il ne risque de s'alanguir. Promesses rubescentes.

"Ca risque d'être amusant..."

Plus ronronnement que murmure, Archibald occulte péniblement son excitation en perspective. Damoclès s'abattera sans vergone. Aux dires, le fugace s'est rapproché de l'antique squelette jusqu'à frôler sans faillances son hongreline - sous laquelle se musse immuables arabesques -  contre les belles étoffes de l'ignivome huron.  Pâleur, cristallin qu'il imboit d'une lucarne assotée. Camille houspillerait grogne s'il le savait à minauder ainsi. A dire vrai, l'Hélode se prête peu à ces mondaines manières. Certains y voient une nécessité journalière. Lui s'en accommode à l'occasion, lorsque la chrysalide se fait renégate à l'horée grivoise. Rowle, c'est différent... Enclin à se perdre dans quelques égrillardes immanités. A boire chasse-cousin et battre sa coulpe jusqu'à orgiaque floraison. Vieux démon! Les paluches jusqu'alors conjuguées se dénouent et l'une, évasive, giboule jusqu'aux lippes gonflées et cramoisies. Tiédeur palpitante. Chimère d'une vie sous le tégument. Facétie, imposture. Cueillette d'une perle incarnat oubliée au coin du féroce avaloir. Ronde lymphe qu'il achemine au creux de sa propre bouche, curieux du goût. Succulence distillée sur les papilles gustatives. Grime. Roulade insipide.

"Ferreux..."



(c) DΛNDELION
Augustus Rowle
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 499
pictures : Apparat {Archibald Rosier}  Giphy
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Oct - 10:54


Apparat
« Instant d’abandon. Épaves cahotées sur le bas-côté. Dans la fange et le stupre glaviotent les ténèbres. Tenir loin de soi les craquelures de l’être fendillant l’apprêt. »

Épithalame de phalanges égarées sur une carne camée trop connue. Bruine des ans et des caresses, volupté enivrante d’un éternel instant suspendu au faite vibrant d’une haute tour de cristal. Le colosse aux pieds d’argile s’effondrera bien assez tôt lorsque les èbes bouillonnants cavalcaderont loin des socles délités. Et le monde s’effondrera.

Sans un bruit.
Sans un souffle.
Pas même un regret.


L’orbe blanche du cagnard ne cessera de s’émerveiller d’est en ouest, comptant jour après joue un bal d’ininterrompues brûlures. Sélène lui répondra, de marée en vent, de tempête en éclipse. Les astres guideront les nefs jusqu’aux barbares rivages où s’échouent argonautes modernes. Coques fracassées, bois et métal entremêlés de l’iode bouillonnante. L’éventration du cargo, maïeutique du chaos. Le monde du strige ne cesse de se déliter avec l’obsédante lenteur d’un flot refermé sur des fondations mal assurées. L’éternité n’est que seconde maintes fois rejouées. Partition virtuose de platitude. La monotonie du contrepoint et son inaltérable régularité seules gardent sur l’onde le rafiot de sa mémoire.

Les pépites distillées sur la peau d’Archibald sont presque gestes machinaux. Presque. Subsiste une attention lointaine, voilée par les ans. Une lueur d’intérêt pour le ribaud batifolant dans l’antre de tous les pouvoirs. Le vers dans la pomme bourdonne dans l’essaim. Carillon et glas. Le destin de ces putains courtisanes du petit Potter est scellé. Loup dans la bergerie, agneau sous ses doigts. Un joyau précieux à chérir de maintes attentions. Les phalanges dansent sur la carne frissonnante. Le sang bat, distille sa chaleur sous la pulpe glacée couronnée d’ongles griffus. Graphite sous l’épiderme, le contour flou d’un tatouage apposé sur la page blanche, tiède, souple qui se contorsionne sous lui d’un indicible aveu. « Curieux... » Mot répété à la rime, rythme langoureux d’un effleurement de la nuque. Curieux. Sentiment si bien compris, si vif pour le monarque couronné de soleils. Le seul qui le fasse encore vibrer autant que les lèvres d’Archibald papillonnant sur la main de son bourreau.

Sourire s’esquisse sur le masque de glace, dévoilant chicots acérés. L’émail blanc scintille dans la pénombre mouvante des flammes. Interstices entre les langues de feu. Obscurité qui seule possède la force de faire jaillir la lumière. Babines étirées se promènent contre le galbe glabre d’une mâchoire. « Il t’appartient, Archibald : je ne le tourmenterai pas plus que tu ne me le permettras. » Promesse. Ne s’en est-il assuré par bon paiement sonnant et sanguinolant ? Mol rubis pressé sur la joue d’un fugace patin. Glissade, glissante pente pour deux tourteaux attirés par les seules flambées de l’interdit. Le roulement d’une conversation déviée sur les réjouissances organisées par Potter. La caresse légère d’une paume se distille sur le flanc de la belle mécanique humaine. Un pantin dans le monde de chair, de sentiments. Au royaume du cœur, celui d’Archibald est une parure diamantée de funestes inclusions. « Je viendrai. Je ne rate jamais ce genre d’occasion » Le croc égrené sur la joue se fait flatterie de durs émaux sur la souplesse d’une peau. « Ton département s’occupe de la sécurité, je crois ? Je tâcherai de ne causer l’ombre d’un… problème. »

Tandis qu’Archibald se fait enfin goûteur du savoureux dîner offert en arrachant à la commissure des lèvres une perlette carmine, le vampire se coule dans son dos d’un mouvement souple. Pas de deux, il enlace la taille de l’humain, apposant un torse de marbre sur la longue épine dorsale étirée sous le costume. Mains labiles se délient, s’égarent le long des bras jusqu’à s’échoir sur l’abdomen. Menton glissé sur l’épaule, papillonne sur le cou, longe la gorge, effleure l’oreille tandis que se resserre la prise sur l’automate incarné, incarcéré. « Dis-moi encore, carissime, comment donc ce Pavel Monroe a éveillé ta curiosité ? » Pointe d’amusement. Le roi se distrait de sa cour enclose.
code by bat'phanie


Sanglantes rencontres
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1393
pictures :

Apparat {Archibald Rosier}  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
Apparat {Archibald Rosier}  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 21:38
ASSOCIE DU DIABLE
augustus & archibald

Ne pas semer d'hurricane?
Dispache contestable. Bandolier qu'il ne connait que trop bien. Le croit-il, dans l'ignorance nébuleuse d'une insaisissable véracité.

« Je ne suis pas contre un peu de fantaisies... »

Parle t'il pour l'heure ou l'avènement?  Le maxillaire se retrousse de complaisance. Rowle, ce matois personnage... Patron des incubes. Moissonneur d'intrigues.  A fronder avec le Temps sans sourciller de quelques patte-d'oies. Le poumon brûle sous l’œil séculaire, dans l'air impalpable d'une envie coupable. Imbroglio de cytolytiques verves. S'agite le Démon jusqu'au putrescent cloaque des funestes ventrailles. Dans le sérail aux souvenirs, il se lorgne, moins suranné, moins obombré. Forjeter d'un pied clandestin jusqu'au Diabolus dans une condottiere virevousse. Mué d'un vasouillard fatum dans la famine aux intrigues. S'il n'est point seule chimère dans son armille de fines-mouches, leur relation se constelle  pourtant d'un caractère unique. Amas d'années sans trop se casser la margoulette. Parade des greluchons dans le septum aux faciendes. Commission aux teintes carminées. Une décade  à faire suer burnous le moindre palpitant pour leurs propres ambitions.

Soudain, Demogorgon bouge et remue dans son houache. Les muscles convulsent sous la percale. Position à son désavantage, chatouillant par principe poignée de venettes. Il toiserait le brave casse-cou s'il n'avait été Rowle. Apprentissage de compromis. L’appréhension reste immuable malgré la décade de concubinage. Enclos d’alphas. Prédateurs se lubrifiant d’extase en quelques rares occasions.  

La présence se faufile dans l'encolure de sa gorge, effleurant, ventilant frimas sous le lobe auditif. Mammon frissonne dans l'étau du lovelace, embarrassé d'un malaise familier. Inconfort d’un Moloch fredonnant à l’invisible de ses glauconites. Défaut dans la cuirasse. Remembrance des horreurs jadis. Les cauchemars d’antan, raclant l’enfant au soir échu, à coups de baudrier et de poing serré. Croque-mitaine, père vomissant hargne dans l’ombre dorsale d’un poupon judas buvant calice jusqu’à la lie. Le sang-mêlé grimace au flash back. Fugace et tranchante. Ire logée au creux de la moelle, envers et contre tous, d’une famille ardemment méprisée.

Mais passons…

Entre 'Maubec' et 'Gourgandin', Archibald à choix d'humeur contre l'abatteur de quilles. Coudoiement de vautours. Routine des agneaux. Le Prince des Enfers le déboise – certes - d'un méthémérin train-train.

Une question giboule enfin d'entre les pyramidales ratiches.
Aubaine! Sans s’éloigner, le corbac se défriche de l'étreinte pour mieux affronter – ou plutôt admirer - Bélial dans toute sa splendeur. Charisme écrasant. Paradis latin. Il se presse dans un face à face contigu, ralliant les torses nippés sous de pécunieuses soieries.

« Tu es soudainement bien curieux… »

Articulation. Rauquement trahissant état. Les mignardises saupoudrées sur son armeline le galvanisent d'une ignescente ardeur. Rosace nuance. Granulation du derme. Humble fard tavelant séniles rainures. Il s'étonne parfois de courir le guilledou en si improbable compagnie. D'ordinaire si modeste Casanova, préférant la compagnie des pattes pelues aux extravagants debaux, il en deviendrait presque puterelle du diable…

« Carat perçant la roche »

Bourdon murmure. La réponse s’écoule malgré tout des lèvres frissonnantes. Satisfaire l’appétit Léviathan. Firmament de curiosité qu’il est souhaitable d'émousser. Soif moribonde, bien au-delà des siennes. Charon tout beau tout fier, contre lequel il souffle fébrile haleine. Bouquet de gingembre et de réglisse d’une tisane lippée avant rendez-vous. Au bras s’étirant par-dessus les clavicules, le corps s’écrase sans vergogne contre le bronze sempiternel de son compagnon. Associé du diable.

« A travers la puanteur prophylactique et la sueur despotique de ses piteux haillons…il me captive ?  » Question à lui-même. « Oui...Comme une luciole crevant l’obscurité sous la cime pesante de Nyx »  Le ventre grésille d’une putride délectation. Un bien énigmatique manant… « Et l’envie de joindre cette clarté me lacère l’échine » Jouer avec le feu, danser avec Satan. Comme la valse présente, où les museaux s’effleurent et les babines s’étirent à l’interdit.

« Et toi…? »

La question dévale ric-rac.

« Depuis la mort de ton Sire… » Sujet délicat sur la calade des tabous. Il ignore l’implication paternelle comme le meurtrier tant pourchassé se dressant contre lui. Dantesques lacunes. « La Solitude n'est-elle pesante? » Le fardeau de l’immortalité, qu’il ne voudrait pour rien au monde. Allusion aux infants. Ces doux chérubins, céladons des ophites titans. Quelle hocquemelle l’entrave ? Une quelconque sagesse ? Le mirliflore s’intrigue, bien imprudent, dans l'Achéron inexploré du cœur vampirique. Journoyant d'une moindre apologie, radius contre clavicule, il gratine l'arête du cou de coquets blandices, les phalanges aériennes, chaudes et gourmandes de chair millésime.   

.
(c) DΛNDELION
Augustus Rowle
MODÉRATRICE & MJ
hiboux : 499
pictures : Apparat {Archibald Rosier}  Giphy
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Nov - 20:20


Apparat
« Instant d’abandon. Épaves cahotées sur le bas-côté. Dans la fange et le stupre glaviotent les ténèbres. Tenir loin de soi les craquelures de l’être fendillant l’apprêt. »

Coup de grisou lorsque l’étreinte devient une valse. Mine d’émotions crache gravats. Détonation. Le carmin d’une gueule doucerette vomit mots, phrases, lacérations. Rosier délie les muscles endoloris de son échine. Rebuffade aventureuse, inversion des pouvoirs. Torses unis dans l’ébattement d’un tango langoureux, les bras du strige virevoltent jusqu’au bas des reins, souveraines pressions. Le mystérieux directeur n’est, de son aveu propre, pas avare de fantaisies. L’ombre d’un reproche amuse la galerie lorsqu’elle s’exhale des babines du sorcier. Bien curieux, le vampire l’est. De bonne grâce, il incline la tête et love la face contre une joue empourprée pour y déposer un despote bécot. « Je suis toujours curieux quand il s’agit du redoutable Patron des Mystères que même Saint-Potter devrait apprendre à craindre, Archibald. » La bravade rubiconde s’étiole en un cristal de rires. Le discret éclat se distille jusqu’aux viscères du mort.

L’étau des bras se resserre à mesure que s’esquisse le carat d’une fascination diamantine pour le jeune Monroe. La rose semble prête à se dépouiller de quelques vénéneuses épines pour le bellâtre. A n’en pas douter, une histoire digne d’intérêt. « Je vois. » L’esquisse d’un racontar captivant. Les bonnes femmes au coin du feu en feraient chou gras. Murmure bas roule le long du lobe alangui. « Attrape-le, Archibald, capture ton feu-follet et ne le laisse jamais échapper à ton emprise tant que tu ne t’en seras lassé. » Tout à fait éveillé à l’instant présent, désormais, Rowle roule un sourire à l’attention du sorcier prisonnier de ses bras sur l’échine duquel virevoltent d’obséquieuses flatteries. Jouera bien qui joua le dernier. Le quêteur requerra ferraille, et la mitraille tombera dans le chapeau du mendiant. Tronc d’église, paume tendue dans la rue. Le malandrin seul arrachant le larfeuille à la poche mal gardée pourra s’en sortir sans perte. Le strige ne devine que trop l’approche d’une heure maudite où il faudra glavioter à l’oreille du tendre l’affreuse vérité. La voix enivrante de justesse frappe son tympan de questions mollardées. Trop justes interrogations, la corde sensible s’agite. L’esprit moucharde au bras de s’activer pour dissiper les doutes du narvalo.

Un doigt se glisse à la base du crâne. Invasion ottomane de la nuque sultane. Tête couronnée frétillante sous les griffes d’un fauve vorace. Par chance, l’ogre est repus pour la soirée, ivre seulement de tourmenter la glaise entre ses paluches audacieuses. « Les nuits sont longues et les distractions passagères. Mais je n’ai pas encore trouvé d’âme assez brisée pour la faire choir dans mes ténèbres et l'arracher à la clarté du Soleil. » Les ongles quittent le crâne pour s’aventurer sur l’ovale busqué d’un mâchoire où tombe la glace d’une embrassade. Et la mort vola au vif son ultime baiser, recueillant la chaleur de son souffle entre les canines acérées. Lèvres brièvement unies. Conquête amusante sous laquelle se musse vérité odieuse. « J’avais bien pensé à toi, lors de nos premiers ébats… Mais ton cœur n’est pas assez meurtri pour ces nuits éternelles. Tu serais au désespoir face à l’éternité, et ton tourment ne connaîtrait aucune fin. » Le front du petit Rosier s’orne d’une carmine fleur imposée avec la légèreté d’une bénédiction. « Tu es encore trop humain pour mériter ma monstrueuse damnation, Archibald. » Un amer constat.
code by bat'phanie


Sanglantes rencontres
Archibald Rosier
ADMINISTRATRICE
hiboux : 1393
pictures :

Apparat {Archibald Rosier}  1564215303-3095c565cfbdfadfb9d795d407c03d12
pour toi, je changerai l'or en fer,
& le paradis en enfer
Apparat {Archibald Rosier}  Tumblr_n5esgvY5lU1rvtlumo6_250
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Déc - 19:54
ASSOCIE DU DIABLE
augustus & archibald

« Potter se fera bientôt dévorer, mais je n'en serai pas l'ogre rassassié... »

Mouflet butine flammes et s'embrasera l'ailette. L'ombre équivoque coiffe lunetteux roitelet depuis l'exode des entrailles maternelles. Quiétude épineuse se dépouille de l'hommasse ouèche. Tarif d'être né, d'avoir été désigné, popularisé, ovationné. Ayant connu les vaches maigres comme les vaches grasses, se présente aujourd'hui l’indubitable argile pétrie par l'humanité.

« Trop ambitieux et peu malin, il se voue à la ruine »

Échec et mat s'annoncerait-il en perspective?
Question demeure nébuleuse sous la charbonneuse bobèche.
@Pavel D. Monroe tournoie dans les langues et roule d'une poudre avide au creux des margoulettes. Précieux qu'est sien. Carcasse damasquinée d'arcanes.

Croupe aux blanches tenailles, torses soudés et index charriant l'ove fragile, l'éphémère écroue sémillantes ocelles aux paraphrases immortelles. Rictus déforme macaron, trombine se tord aux clôtures couinant des langoureuses garde-fous. Jonction des canines, métaphase des chairs. Frimas et brasier. Purpurites chromophores au minois. Buée chaude s'exorde des babines rubis lorsque lèvres divorcent de l'étreinte mortifère.

« Encore trop humain? » Burlesque curiosité dans le ravin de sa voix. Paluches se dégarnissent des galons pour soieries de Charon. Tison aux entrailles, les boutons sont dépiautés, enfin. Phalanges patrouillent sur le thorax chauvi, déguenillé des premiers scellés. Carne froide sous pulpe charnue.  « J'ai pourtant tout perdu » Presque. Roi de cœur, Dame de Pique. Si @Camille Nott n'avait soutenu l'aigrefin dans ses vastes malheurs, peut-être l'aurait-il été. Tarasque infernal, ribaud félon, cafard sarclé à l'os. « Si tu avais osé l'infamie, je t'aurai arracher jugulaire de mes mignonnes canines » Ronronnement. Péril sur le fil d'un octave. Cajoleries de la chair morte pressée sous ses doigts. Albâtre figé, lisse et soyeux. Bourgeons de nacre taquinés dans un mouvement familier.

Corps pressé, corps poussé contre l'angle d'un bureau. Lorgne en coin glabre du poitrail. « Tantôt jeune, surtout vieux tu me fais sentir... Immuable au temps que tu es.. » Gueule vorace croustille cyanose boursouflé du gosier tandis que paluche roule des boutons d'éros jusqu'au gouffre des hanches. Prélude dans le soupirail, griffe noyée dans l'étoffe, corsète lopins de chair, presse le maudit d'une poigne passionnelle. Farandole des entrecuisses pressées dans un ballet impudique à travers remparts de brocart. Râle épais. « N'as-tu nulle clémence pour vieilles carcasses en mon genre? » Garce sous l'Adonis. Goule se fait chat pour les clochardes souris. Mendigot, ne l'est-il pas. Rowle est l'exception. Muse charmante, diable mirifique. Insolite obsession pour l'insolent fléau. En viendrait-il à mendier l'aumône du moribond sur son vélin boucané. Taquiner la marmoréenne égide de son inflexible sourire.

Pulsion, chtouille.
Brûlot d'hormones.
Lulibérine gondole sous bidoche.
Baisoter gorge, croûter mandibule. Tavelures couperosées mouchetant couenne dans l’houache des ratiches frustrées. Pouces baroudent jusqu'aux dernières boutons.

TOC TOC!
Nom d'un Détraqueur!

Ignorer.
Poursuivre décadence des doigts jusqu'à cilice en cuir.

TOC TOC!
Béotien soupir.

« Je vais arracher son cœur à la petite cuillère! »

Bellâtre délaissé, tapis mangeotté à grandes enjambées jusqu'à décapsuler bois de l'encolure dans un élan sourd. Ça couine subito et soubresaute dans l'ombre du hall. Petiot derrière, penaud. Larbin du ministre. Abbaddon busque sourcil, mi furieux, mi surpris. Question dans l'ocelle. En oublie t'il le stryge exposé dans le sillage de ses pas.

« Mo...monsieur Rosier! Je vous ai cherché partout! Monsieur le Ministre souhaite voir voir. Cela semble urgent... »

Timidité au creux de la voix.
Potter?
Que lui veut ce minouchet?
Hochement.
L'agneau s'élude avec hâte.

« Que me veut ce morveux... » Gras cornage s'évade des lippes encore rougies. « Nous allons devoir reporter notre auscultation un autre soir mon Cher... » Réajuste cravate et bigle lucarne vers l'hiémale muse. « Pavel Monroe, n'oublie pas, tovarash » Louche risette et plonge dans la sorgue des artères ministérielles.  Fedayin pris congé, chaleur moite entre cuissots.



.
(c) DΛNDELION

Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum